Phillip Island: Presentation du Michelin

Championnat du monde de Superbike-2ème Manche-Phillip Island (Australie) Troy Bayliss brillant leader du championnat C'est en dominant superbement les deux premières courses disputées à Valence (Espagne) que l'Australien Troy Bayliss ...

Championnat du monde de Superbike-2ème Manche-Phillip Island (Australie)
Troy Bayliss brillant leader du championnat

C'est en dominant superbement les deux premières courses disputées à Valence (Espagne) que l'Australien Troy Bayliss (Ducati Infostrada-Michelin) s'est emparé du commandement du mondial Superbike. Après avoir dominé les essais de février, le Champion du Mo vnde en titre faisait honneur à sa plaque numéro 1 en s'imposant lors de la Superpole, puis en remportant les deux manches. "Mes pneus et ma moto marchaient très bien. J'étais un peu nerveux le matin mais tout s'est mis en place pour les courses. Ma moto fo nctionnait vraiment bien et j'avais confiance, quand au milieu de la 1ère manche mon cerveau m'a rappelé de me concentrer et de finir le travail."

La 2ème course s'élançait après que Bayliss ait changé rapidement de moto au stand. "Au départ de la course 2, nous avons eu quelques instants dramatiques, mais ma deuxième moto est identique à la première et les choses se sont bien passées. Il m'a fallu u n peu de temps pour revenir avec le groupe des leaders, ensuite tout s'est bien déroulé quand j'étais en tête jusqu'au drapeau à damier."

Troy Bayliss : "Nous avons beaucoup travaillé sur les pneus après avoir défini un bon réglage de base. Je pense que ces essais de Phillip Island constitueront un bon point de départ pour la course. Colin Edwards sur sa nouvelle Honda sera mon plus grand ri val pour le Championnat cette année. D'autres pilotes gagneront des courses, mais il faut que je surveille Colin. Je suis très content d'avoir réalisé le meilleur temps sur mon circuit national. Je n'ai encore jamais remporté de course du Championnat du Mo nde ici, mais après ces trois jours d'essais, pendant lesquels nous avons choisi les bons réglages et les pneus, je suis sûr de pouvoir gagner en Mars. Michelin travaille toujours beaucoup pour nous fournir les meilleurs pneus."

Ruben Xaus : "Les essais ici à Phillip Island se sont très bien passés et j'ai confiance pour le début de saison. J'ai réalisé mon meilleur temps des trois jours en configuration course, ce qui est important. J'ai fait plusieurs tours en 1'34 après 20 à 30 tours et j'en suis très content. En particulier mon 1'33.5 réalisé au 18ème tour d'un essai longue durée avec des pneus course montre que nous sommes compétitifs."

Colin Edwards : "Je suis plus que content des progrès que nous avons réalisés. Nous sommes arrivés avec un état d'esprit positif suite aux tests de Kyalami, puis nous avons encore amélioré la nouvelle SP-2. Nous avons trouvé de bons réglages, en particulie r pour le châssis et la fourche avant. Nous en avons appris plus également sur les nouveaux Michelin dont nous sommes équipés cette année. J'ai une nouvelle machine avec la SP-2 et depuis les premiers essais effectués fin 2001 je sais que cette moto peut g agner le titre. Je me sens au moins aussi bien maintenant que c'était le cas en 2000 quand j'ai remporté le titre, cette nouvelle moto est la meilleure Honda Superbike jamais construite."

Le circuit de Phillip Island et les pneumatiques

Troy Bayliss : "C'est mon circuit national. L'an dernier ce fut un cauchemar en raison du mauvais temps. Cette année nous avons testé ici, c'était même la première fois que j'effectuais des tests sur une Ducati à Phillip Island, et tout s'est très bien pas sé. Je suis donc prêt à courir à Phillip Island devant mon public. J'aime tout à Phillip Island, c'est rapide. J'ai couru souvent ici et je connais bien la piste. Ce peut être un endroit étrange sur le plan météorologique, ça peut changer très vite. Mais j 'aime beaucoup courir ici et je m'en fais une joie d'avance."

Colin Edwards : "C'est le meilleur circuit ! Phillip Island est mon circuit favori, là où je préfère me rendre pour courir. Le paysage, la vue, les gens, la piste^Å Le circuit possède tout, du virage en cinquième au virage en première, des appuis, des déver s, du relief, tout ce que vous souhaitez d'un circuit."

Alors que les amateurs de sports mécaniques utilisaient les routes proches de Phillip Island pour leur loisir dans les années 20, le premier Grand Prix d'Australie automobile y eut lieu en 1928 sur un parcours de 6,5 miles/10,4585 km. Dans l'esprit du Tour ist Trophy, les motos y disputèrent leur première compétition en 1931 sur une piste longue de 12 miles/19,308 km. Le circuit permanent a été inauguré en 1956.

Long de 4,445 km, ce circuit de Phillip Island comprend des épingles (rayon minimum : 23 m) comme des courbes rapides (rayon maximum : 207 m). Les courbes rapides sont nettement plus nombreuses que les virages à droite au nombre de deux : Le "Honda Corner" et le "Turn 10". Dans les virages à gauche les plus rapides, comme celui qui précède la ligne droite des stands ("Turn 12"), les pneumatiques sont soumis à des températures supérieures à la normale. Ainsi, un slick arrière fonctionne généralement entre 8 0 et 120°C, or à Phillip Island, sa température dépasse régulièrement les 130°C. On utilise donc des pneus bi-composants. "Ce sont des pneus dont les rigidités de gomme sont différentes entre la gauche et la droite, explique Jean Hérissé, responsable Miche lin Compétition Superbike. On utilise la gomme la plus rigide à gauche et la moins rigide à droite quand la majorité des virages sont à gauche."

"La fabrication des pneus bi-composants n'est pas beaucoup plus difficile que celle d'un pneu classique. Il faut disposer de la machine appropriée et du savoir-faire nécessaire. On doit en particulier soigner le mariage des différentes gommes." A Phillip Island, le pilote doit se préoccuper de ses pneus, pour ne pas trop les solliciter. Certains sont meilleurs que d^Òautres à ce petit jeu, notamment ceux qui sont un peu plus légers sur la poignée de gaz.

"Phillip Island est le circuit le plus asymétrique du championnat, précise Nicolas Goubert, responsable Michelin Compétition pour la moto, où les virages à gauche sont le plus pénalisant car on y atteint une très haute vitesse. On a toute la charge sur le pneu arrière à l'épaule, ce qui est pour les manufacturiers le cauchemar. Le grip n'est pas vraiment le problème en soi, la difficulté est d'être capable de faire des pneus (architecture et mélange) qui résistent aux contraintes très fortes et localisées."

L'intendance

Michelin amène pour cette course australienne un total de 600 pneumatiques pour piste sèche ou humide. Les dimensions sont de 19/67-420 (16,5 pouces) pour l'arrière en slicks, en pneus pluie et en intermédiaires. A l'avant, elles sont de 12/60-420 (16,5 po uces). Il y a un total de 200 pneus avant et de 400 pneus arrière.

Le personnel présent sur place comprend un responsable, deux techniciens, quatre monteurs et un attaché de presse.

Troy Bayliss : "Quand nous quittons l'Australie, nous donnons tout ce que nous avons."

Né le 30 mars 1969 à Taree (Australie), Troy Bayliss est devenu en 2001 le deuxième Australien Champion du Monde en Superbike après Troy Corser (sur Ducati-Michelin en 1996). En 1999, il gagnait le British Superbike Championship sur Ducati GSE, avant de ré aliser la pole position des 200 miles de Daytona l^Òannée suivante sur Ducati Vance & Hines. Il remplaçait ensuite Carl Fogarty blessé et devenait Champion du Monde en 2001 avec 6 victoires : Monza (2), Lausitzring, Misano et Assen (2).

Troy, le début de votre carrière internationale a commencé le 5 octobre 1997, quand vous avez terminé 6ème du Grand Prix de Phillip Island sur une Suzuki.

J'ai pensé que ça pourrait être le départ car beaucoup de gens ont été très intéressés. J'ai eu un bon résultat ce week-end là ce qui a étonné beaucoup de monde. J'ai donc parlé à de nombreux teams et j'aurais pu courir pour beaucoup d'entre eux. Mais il fallait que j'amène de l'argent, ce qui m'était impossible. J'ai essayé de trouver de l'argent en Australie, mais sans succès. Bien sûr, si j'avais été espagnol ou italien j'aurais été en Grand Prix en 98, mais ce ne fut pas le cas. Puis j'ai eu un appel de GSE et notre famille est partie pour l'Angleterre. C'est là que ma carrière a vraiment commencé.

Pourquoi y a t-il autant de bons pilotes autraliens ?

On a la place de conduire des motos. D'une certaine manière, c'est un peu similaire à l'Espagne, où beaucoup de garçons commencent très jeunes à se servir d'une moto dans une ferme. Il y a maintenant des bons pilotes australiens en Superbike, Supersport, Grand Prix, moto-cross, enduro et Speedway en Angleterre. Quand nous décidons de quitter l'Australie, nous donnons tout ce que nous avons pour avoir un travail en Europe.

Vous avez commencé à courir jeune ?

J'ai commencé jeune en Minibikes, puis j'ai fait du moto-cross jusqu'à 14 ou 15 ans. C'était une période étrange, quand nous avons déménagé sur la côte où il y a moins de place. Donc j'ai arrêté la moto pour me consacrer à l'école, comme un adolescent no rmal. Puis je suis entré dans le monde du travail et à 23 ans j'ai acheté une 750 ZXR Kawasaki. Quelques semaines plus tard j'ai décidé de participer à une course de club. C'est ainsi que j'ai commencé à 23 ans.

Quelle est votre relation avec Ducati ?

J'ai piloté de manière privée une Ducati pour GSE en 98, puis pour l'équipe d'usine au milieu de la saison 2000. Je pense avoir eu de la chance car tous les teams pour lesquels j'ai couru sont composés de gens biens. J'ai toujours eu une bonne relation a vec mon équipe. Je suis très heureux même si la différence de langues complique parfois un peu les choses.

Appréciez-vous les pneus Michelin ?

J'ai commencé à utiliser des pneus Michelin au milieu de la saison 2000. J'avais fait toute ma carrière sur Dunlop, donc je les ai utilisés avec précaution au début car ils sont différents. Depuis le début 2001 je suis très heureux et satisfait. Les Mich elin me conviennent très bien. Ce sont les meilleurs pneus

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series World Superbike
Drivers Troy Bayliss , Colin Edwards , Ruben Xaus , Troy Corser , Carl Fogarty , Phillip Island