Circuit Sportsland de Sugo pr?sentation du Michelin

Circuit Sportsland de Sugo (Japon) - 21 avril 2002 6 victoires consécutives pour Troy Bayliss C'est un record historique qu'a établi Troy Bayliss (Ducati Infostrada-Michelin) en remportant les six premières courses consécutives du...

Circuit Sportsland de Sugo (Japon) - 21 avril 2002
6 victoires consécutives pour Troy Bayliss

C'est un record historique qu'a établi Troy Bayliss (Ducati Infostrada-Michelin) en remportant les six premières courses consécutives du championnat à Valence, Phillip Island et Kyalami. Depuis le début de la saison, le Champion du Monde en titre est invai ncu. Jamais dans l'histoire du mondial Superbike, créé en 1988, un pilote n'avait été capable de gagner les six premières courses. Seul Doug Polen a fait mieux avec sept victoires consécutives en 1991, mais il ne s'agissait pas des manches initiales "C'est incroyable, constate le champion australien. Je n'imaginais même pas que cela me serait possible." Bayliss arrive donc au Japon en solide leader du championnat : "Je n'ai rien contre Sugo, mais ce circuit ne me réussit pas. Vivement Monza ! Plutôt que d'a ller à Sugo, j'aimerais volontiers un week-end " off ", mais j'irai avec l'intention et la détermination de marquer le maximum de points."

Leader du championnat avec 150 points, Bayliss compte 45 points d'avance sur Colin Edwards (Castrol Honda-Michelin). "La SP-2 est une très bonne moto, constate le Texan, et Michelin nous fournit de bons pneus. Je suppose que si quelqu'un m'avait dit qu'ave c 5 podiums en 6 courses je ne serais pas plus près de la tête du championnat, je ne l'aurais pas cru. Ce que fait Troy (Bayliss) n'a jamais été accompli auparavant. Mais il reste encore beaucoup de courses cette année et je sais que je suis capable de rem porter le titre. On verra comment ça se passe pour nous à Sugo."

Grâce à ses 4 podiums obtenus en 6 courses, Ruben Xaus (Ducati Infostrada-Michelin) occupe une excellente troisième place au classement provisoire du championnat. Depuis ce début de saison, les 3 pilotes Michelin ont donc remporté 6 courses sur 6 et sont m ontés 15 fois sur le podium sur 18 fois possibles. Si Michelin obtint dans le passé de bons résultats à Sugo, l'édition 2001 fut décevante. Mais les récentes victoires obtenues cette année laissent espérer une performance plus satisfaisante en 2002. Les meilleurs temps des pilotes Michelin à Sugo l'an dern ier étaient lors des essais : Edwards 1'29.803, Bayliss 1'30.658, Xaus 1'31.064, et en course : Edwards 1'30.351, Bayliss 1'30.878, Xaus 1'31.994. Des tests ont eu lieu depuis, avec des résultats plus favorables. L'essentiel sera pour Bayliss et Edwards de repartir aux deux premières places du championnat afin d'être dans une situation favorable pour la course suivante qui aura lieu à Monza.

Le circuit de Sugo et les pneumatiques

"Notre défit à Sugo est de trouver un bon niveau de grip" précise Nicolas Goubert, responsable Michelin Compétition pour la moto. "Il n'y a pas de contraintes particulières sur les pneus. Ce circuit n'est pas trop dissymétrique, il est relativement homogèn e entre les virages à gauche et ceux à droite. La traction est très importante. Surtout à la sortie de la chicane qui conditionne la ligne droite. Si jamais on n'a pas à cet endroit une bonne traction, les pilotes se font petit à petit décrocher. Ils ne so nt jamais en position facile pour doubler et c'est pénalisant. La surface de la piste est particulière par rapport aux revêtements de l'ensemble des autres circuits et le grip n'y est pas facile à trouver pour nous. Il faut aussi à Sugo que les pilotes soi ent à l'aise sur l'avant, notamment dans le premier gauche du circuit et surtout quand il fait froid. Donc il faut des pneus qui se mettent très bien en régime si on a des conditions froides, qui aient un bon grip et qui tiennent la distance."

Troy Bayliss : "Sugo, quel cauchemar ! Je n'aime simplement pas aller au Japon. J'aime le circuit de Sugo, mais pour quelque raison que ce soit je n'y ai encore jamais eu de chance. J'espère que ça va changer. J'y suis allé l'an dernier avec de bonnes sens ations et ayant besoin d'un bon résultat, mais ça n'a pas très bien marché pour moi. J'y retourne donc cette année avec l'espoir d'une belle performance."

Colin Edwards : "Parfois je passe une bonne journée ici lors de séances d'essais, mais il semble que ça ne fonctionne jamais bien en course. L'an dernier, nous sommes venus tester après la course de WSBK et nous avons tourné plus vite que Tamada quand il a gagné la course. Je suis motivé en venant ici pour prouver que Honda et Michelin peuvent bien faire."

Ruben Xaus : "C'est un circuit difficile car il est très technique. Les pilotes japonais y ont beaucoup d'expérience. Nous avons effectué des essais l'an dernier après Imola, la moto marchait bien et les pneus étaient bons. J'espère faire de bons résultats , comme ça mon opinion du circuit changera! La chicane est très intéressante car particulièrement technique".

Inauguré en 1975, le circuit Sportsland de Sugo est situé à 300 km au Nord de Tokyo, entre les villes de Shibata et de Murata. Construit à l'origine comme piste d'essais par Yamaha, il comprend des virages aux courbures variées, allant de la chicane à la c ourbe rapide (250 m de rayon au maximum). D'une longueur de 3,737 m, il est marqué par une forte déclivité pouvant aller jusqu'à 10% de pente. La différence d'altitude entre le point le plus haut et le plus bas est de 70 m. La montée qui caractérise le déb ut de la ligne droite est ainsi un test imparable pour la puissance des moteurs. Cette ligne droite de départ-arrivée mesure 704,5 m. "Le premier défi est de battre les très nombreux pilotes japonais équipés de pneus locaux," explique Nicolas Goubert. "Ces pilotes connaissent parfaitement ce circuit où ils roulent deux fois par an à l'occasion du championnat national ainsi bien sûr que lors de la manche du mondial Superbike "

Jean Hérissé, responsable Michelin Compétition Superbike, nous explique les difficultés de cette dernière catégorie : "Notre problème majeur est de ne pas pouvoir effectuer autant d'essais que nous le souhaiterions."

Interview : Neil Tuxworth, Race Team Manager de l'Equipe Castrol Honda.

L'association entre le Team Honda Castrol et Michelin a toujours été synonyme de bons résultats. Aux deux titres mondiaux en Superbike de John Kocinski (1997) et Colin Edwards (2000), il faut en effet ajouter 21 victoires pour Edwards, 4 pour Carl Fogarty (en 1996), 14 pour John Kocinski et 13 pour Aaron Slight. Un titre de Champion du Monde constructeurs (en 1997) est complété par 8 pole positions pour Edwards, 6 pour Slight et 3 pour Kocinski. Agé de 50 ans, Neil Tuxworth a remporté plus de 70 victoires en vitesse en tant que pilote, gagné plus de 200 courses régionales et 6 championnats de motocross, représenté pendant 5 ans la Grande-Bretagne en course sur glace et piloté une saison en Speedwa y. Toujours en activité en " sand racing ", Tuxworth vient de remporter son 10ème titre dans cette discipline où il totalise plus de 700 victoires.

Neil, quelle est l'importance du Championnat du Monde Superbike pour Honda ?

- Il est très important. Ce que Honda apprécie dans le mondial Superbike, c'est qu'il consiste à faire courir des motos commercialisées. Les clients peuvent voir en compétition les mêmes motos qu'ils peuvent acheter chez les concessionnaires. Il y a donc u ne relation étroite avec le public.

Que pensez-vous du règlement technique pour 2004 ?

- Les règlements changent et, dit de manière simple, en 2004 toutes les machines pourront avoir une cylindrée allant jusqu'à 1000 cm3. Si vous rendez la catégorie plus compétitive, vous aurez plus d'opportunités. Pour le moment bien sûr les machines bicyli ndres semblent avoir un avantage, c'est évident. Ce sera bien de voir une plus grande variété de machines. Si en changeant le règlement on permet à plus de gens d'être compétitifs, je pense que ce doit être une bonne chose.

Parlez-nous du Team Castrol Honda.

- Le Team Castrol Honda a commencé à être impliqué en mondial SBK en 1994 quand Honda a décidé de s'engager officiellement en tant qu'équipe. Nous étions déjà associés à Castrol et aussi manifestement à Michelin et cette association a été prolongée à l'équ ipe du mondial Superbike. Je pense que nous avons eu beaucoup de succès, nous n'avons jamais fini hors des trois premières places lors de toutes les années où nous avons été engagés. Nous avons également remporté deux fois le Championnat du Monde, en 1997 avec John Kocinski et en 2000 avec Colin Edwards. Je pense que l'équipe travaille très bien en tant que groupe. La clé du succès, ce sont les gens qui composent l'équipe. Je fais beaucoup d'efforts pour avoir les bonnes personnes aux bons postes, puis je prends un peu de recul. J'ai confiance à 100% dans tous les gens qui travaillent pour moi, quel que soit leur rôle. Je pense que nous sommes une équipe heureuse et que nous travaillons bien ensemble. Il n'est pas bon d'av oir une équipe où les gens travaillent mais ne s'entendent pas, car on est sans arrêt en train de voyager, de prendre l'avion, de séjourner à l'hôtel et de travailler ensemble. Ce n'est pas un métier normal et pour avoir du succès une équipe doit avoir un environnement de travail agréable. J'essaie d'y réussir. Nous sommes l'une des équipes qui a le plus de succès et nous espérons continuer.

Quelle est votre relation avec Michelin ?

- La relation entre Honda et Michelin est très bonne. Elle dure depuis longtemps et nous travaillons très bien ensemble. Michelin semble réagir vite quand nous avons un problème. Parfois c'est notre moto qui ne marche pas parfaitement, parfois Michelin ren contre peut-être aussi un problème, mais ensemble nous semblons éliminer les problèmes. Au final, la solution idéale est de faire fonctionner les bons pneus avec les bons réglages de la moto dont nous disposons. Et manifestement nous avons eu beaucoup de s uccès ainsi que Michelin, donc nous sommes satisfaits de cette relation.

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series World Superbike
Drivers Troy Bayliss , Colin Edwards , Aaron Slight , Ruben Xaus , Carl Fogarty , Neil Tuxworth , Phillip Island