WRC

Sweden: Michelin Michelin pr?sentation

2ème manche : Rallye de Suède (1 -- 3 février 2002) Si le récent Monte-Carlo a prouvé qu'il pouvait offrir un spectacle de qualité même dépourvu de son manteau hivernal, un Rallye de Suède sans neige ni glace est un peu comme une...

2ème manche : Rallye de Suède (1 -- 3 février 2002)

Si le récent Monte-Carlo a prouvé qu'il pouvait offrir un spectacle de qualité même dépourvu de son manteau hivernal, un Rallye de Suède sans neige ni glace est un peu comme une journée sans pain. Les flocons qui sont tombés et les températures glaciales ayant sévi ces derniers jours dans la région du Värmland (lire "terre de douceur" !) réjouiront donc les concurrents comme les spectateurs qui peuvent se frotter les mains d'avance. Car en dehors de son décor exceptionnel, cette épreuve fait partie des plus rapides et des plus spectaculaires du calendrier. Etonnant pour un terrain où les hommes ont du mal à rester sur leurs deux jambes!

Quel que soit le dénouement de cette 51ème édition du Rallye de Suède, une chose est certaine : on va tout droit vers l'exploit. Exploit si Peugeot-Michelin réussit à signer son troisième succès consécutif dans cette manche si particulière. Mais exploit également si une équipe rivale parvient à contrer l'équipe française tellement la formation de cette dernière, composée des deux derniers Champions du monde et des deux derniers vainqueurs de l'épreuve, semble bénéficier de bien des atouts.

Et si cette année 2002 devait être celle qui verra l'hégémonie des pilotes scandinaves enfin brisée. Nombreux sont les envahisseurs venus du "sud" qui rêvent de devenir celui qui parvient à barrer le chemin aux suédois et à leurs voisins finlandais sur ce terrain de chasse si jalousement gardé. Combien de fois alors lirions-nous ou entendrions-nous le mot "exploit" dans les compte-rendus des témoins privilégiés de cette passe d'armes?

Enfin quid du combat opposant les stars archi-expérimentées comme Juha Kankkunen (Hyundai- Michelin) et Stig Blomqvist (Skoda-Michelin) aux jeunes loups tels Sébastien Loeb (Citroën-Michelin) ou Jani Paasonen (Mitsubishi-Michelin), tous deux quasi néophytes de l'épreuve au volant d'une WRC officielle ? Que l'âge prennent le dessus sur la jeunesse ou que l'ambition l'emporte sur l'expérience, là aussi on serait en droit d'évoquer la notion d'exploit.

Comme quoi un paysage, des spéciales et des voitures spectaculaires associés à des pilotes plus avides de succès les uns que les autres restent les ingrédients intemporels qui assurent à ce sport son attrait si populaire.

Les clous tiennent incontestablement la vedette au Rallye de Suède. Il y en a plus de 1 500 sur chaque voiture au moment où elle s'élance dans les spéciales glacées. Pour vaincre, il faut faire en sorte qu'il en reste autant au point stop suivant. Or, l'ensemble pneus/clous Michelin jouit d'un palmarès particulièrement riche dans cette classique hivernale. En toute modestie, et en exclusivité bien sûr, l'un des clous qui participera ce week-end a accepté d'évoquer le rôle qui sera le sien... "Ne comptez pas sur moi pour révéler les détails du collage. Chut... Top Secret!"

Commençons par les présentations...
"Je suis de forme cylindriqu tourné dans un acier spécialement traité. Pour être le plus résistant possible, ma pointe est en tungstène. Par mes lignes, mon poids et mes dimensions, vous constaterez que je suis un spécialiste du Rallye de Suède. Mes cousins du Monte-Carlo sont sensiblement plus petits car ils doivent se conformer au code de la route français. Pour ma part, les autorités suédoises me permettent d'être plus long et plus large afin de mieux m'accrocher aux chemins de terre gelés du parcours."

Quelle est votre mission sur ce rallye ?
"Malgré notre taille réduite, ce sont moi et mes camarades qui soutenons la voiture. Au repos, les pneus ne touchent même pas le sol ! D'ailleurs, il y en a qui prétendent que les pains de gomme ne servent que de support pour nous, les clous. La réalité est évidemment plus complexe que cela. Mais notre mission première est bien sûr d'assurer un niveau d'adhérence tel que les voitures puissent atteindre des vitesses époustouflantes sur un terrain où les hommes peinent à rester debout."

C'est une grande responsabilité...
"Tout à fait. Dans les spéciales, il faut savoir que je frappe le sol environ 500 fois par kilomètre. A la vitesse de 120km/h, ma pointe vient percuter la glace - dure comme le béton- près de 17 fois par seconde et la puissance de chaque impact dépasse 1kW. Qu'est-ce que j'en encaisse pour ma taille ; et dire que je ne pèse que quelques grammes ! Il faut être sacrement bien conçu et parfaitement ancré pour tenir le coup sur des groupes de spéciales allant jusqu'à 51km en longueur. J'en frissonne d'avance, et ce n'est pas à cause du froid !"

Vous devez fort bien vous entendre avec les pneus...
"Et comment ! Surtout avec de telles forces en jeu. Mais avec mes camarades, même si chacun de nous ne servira qu'une fois, nous tenons à aller jusqu'au bout de notre mission, à résister jusqu'au dernier mètre de la dernière spéciale qui nous est confiée. Nos aïeuls ont apporté 20 victoires aux partenaires de Michelin sur les 22 dernières éditions. C'est une série dont on est très fier et nous avons à cœur de la prolonger."

"Pour cela, nous devons être parfaitement ancrés dans les pains de gomme qui nous hébergent. Mais vous imaginez bien que le mariage entre le métal et le caoutchouc n'est jamais facile. Pourtant, c'est ce lien qui dicte la qualité de notre prestation et celle-ci dépend de la forme de notre partie inférieure, du procédé utilisé pour nous ancrer dans la gomme et de la qualité de la colle employée pour nous y fixer."

C'est un travail très pointu ?
"Absolument. Michelin a d'ailleurs confié mon mariage avec le pneu qui m'a été désigné au spécialiste suédois Däcksproffen avec lequel il collabore depuis de nombreuses années. En effet, on s'est parfaitement occupé de moi, mais ne comptez pas sur moi pour révéler les détails de ce procédé. Chut... Top Secret ! Allez, si j'ai bien compris le langage des humains, on vient me chercher pour me monter sur la voiture. C'était sympa de discuter avec vous mais le travail m'appelle. Une dernière chose : ayez une petite pensée pour moi lorsque vous me voyez filer devant vous dans la spéciale. Moi, au moins, je ne risque pas d'avoir froid !"

L'effectif de Michelin en Suède s'élève à 28 personnes. Le nombre total d'enveloppes pour le rallye est de 2270 transportées dans 7 camions ateliers. Toutes sont équipées du système ATS (Appui Temporaire Souple).

L'édition 2002 du Rallye de Suède retient son découpage désormais traditionnel de trios boucles à travers les forêts et champs enneigés au nord de Karlstad. Après un départ cérémonial mis en scène sur la place principale de la capitale du Värmland le jeudi soir, les équipages effectueront l'aller-retour quotidien jusqu'au parc d'assistance unique organise dans la commune de Hagfors. C'est à partir d'ici qu'ils rayonneront pour atteindre les 16 spéciales du week-end (5 lors des 1ère et 3ème étapes ; 6 le deuxième jour). Le travail de reconnaissance des concurrents a été facilité dans la mesure où ils ne devront noter que 10 épreuves différentes. Enfin, le Rallye de Suède de 2001, dispute par des températures de jusqu'à --25°C, a été nommé Rallye de l'Année.

Les dix derniers vainqueurs du Rallye de Suède :
2001 Rovanperä / Pietilainen (Peugeot-Michelin)
2000 Grönholm / Rautiainen (Peugeot-Michelin)
1999 Mäkinen / Mannisenmäki (Mitsubishi-Michelin)
1998 Mäkinen / Mannisenmäki (Mitsubishi-Michelin)
1997 Eriksson / Parmander (Subaru-Pirelli)
1996 Mäkinen / Harjanne (Mitsubishi-Michelin)
1995 Eriksson / Parmander (Mitsubishi-Michelin)
1994 Radström / Backman (Toyota-Michelin) *
1993 Jonsson / Backman (Toyota-Michelin)
1992 Jonsson / Backman (Toyota-Michelin)
(*Championnat 2-litres seulement)

Calendrier 2002 : MC (Monte-Carlo, 18-20/1), S (Suède, 1-3/2), F (Tour de Corse, 8-10/3), E (Catalogne, 22- 24/3), CY (Chypre, 19-21/4), RA (Argentine, 16-19/5), GR (Acropole, 14-16/6), EAK (Safari, 12-14/7), FIN (Finlande, 8-11/8), D (Deutschland, 23-25/8), I (Sanremo, 20-22/9), NZ (Nouvelle-Zélande, 4-6/10), AUS (Australie, 31/10-3/11), GB (Grande-Bretagne, 14-17/11).

-michelin-

Write a comment
Show comments
About this article
Series WRC
Drivers Sébastien Loeb , Jani Paasonen , Stig Blomqvist
Teams Citroën World Rally Team