WRC

Rallye de Sanremo - compte rendu Michelin

Nouveau podium intégralement Michelin sur l'asphalte Pour la seconde année consécutive, Gilles Panizzi et Peugeot-Michelin ont prouvé qu'ils étaient l'équipe à battre sur les routes goudronnées du Rallye Sanremo. Après Ples attaques ...

Nouveau podium intégralement Michelin sur l'asphalte

Pour la seconde année consécutive, Gilles Panizzi et Peugeot-Michelin ont prouvé qu'ils étaient l'équipe à battre sur les routes goudronnées du Rallye Sanremo. Après Ples attaques venues en début de course des Citroën-Michelin pilotées par Jesus Puras et Philippe Bugalski, le Français a pris les commandes pour de bon le deuxième jour (samedi) pour remporter finalement la troisième victoire de sa carrière en Championnat du monde. Cela dit, lorsque la pluie commença à tomber sur la Riviera pour la dernière étape, aujourd'hui, la révélation Sébastien Loeb (2e, Citroën-Michelin) faillit créer la surprise. Il termina à seulement 11,4s de son compatriote. La troisième place de Didier Auriol (Peugeot-Michelin) couronne le triomphe des pilotes français, des voitures françaises et... des pneus français !

Premier en Corse et au Sanremo en 2000, deuxième en Espagne au mois de mars dernier et vainqueur à nouveau aujourd'hui à Sanremo, Gilles Panizzi est en train de s'établir lentement mais sûrement comme l'un des pilotes les plus glorieux sur asphalte de l'histoire du Championnat du monde. Même quand Jesus Puras exerça la pression sur lui le premier jour, le Français sut s'adapter calmement au rythme imposé avant d'hériter d'une confortable position de leader quand l'Espagnol et son coéquipier Philippe Bugalski, 3e du classement provisoire et à l'attaque, sortirent de la route leurs Xsara WRC au début de la deuxième étape. A partir de ce moment, Panizzi fut capable de contrôler la course, parvenant à conserver une partie de l'avance qu'il s'était ménagée sur Sébastien Loeb, seul survivant de Citroën, quand la météo se détériora pour la dernière après- midi de course. Alors que la dernière manche sur asphalte de la saison, en Corse, se dessine, le succès des 206 WRC en Italie relance clairement les chances de Peugeot de conserver son titre de Champion du monde, grâce aux six points supplémentaires apportés à l'équipe par Didier Auriol (3e). Si le duo de pilotes français venait à répéter ce succès sur l'île de Beauté (19-21 octobre), la porte sera grande ouverte pour un fantastique match à trois entre Ford, Mitsubishi-Michelin et Peugeot-Michelin lors des deux dernières épreuves de l'année (Australie et Grande-Bretagne). En même temps que la remarquable performance d'ensemble de Peugeot, avec quatre 206 WRC parmi les sept premières voitures classées, a donné un nouveau visage au Championnat du monde 2001, Sébastien Loeb a créé une véritable sensation en Italie. A 27 ans, le leader ­ avec trois victoires lors des trois premières épreuves - du Championnat du monde Super 1600 n'avait jamais disputé de rallye au volant d'une World Rally Car officielle. Citroën a réparé cet "oubli" en l'engageant à cette occasion sur une troisième Xsara WRC aux côtés de Puras et Bugalski.

Auteur d'une course parfaite d'intelligence, le jeune Français a pris ses marques vendredi avant d'augmenter le rythme le lendemain, atteignant la 2e place grâce à deux meilleurs temps. Puis il a magnifié sa performance le dernier jour en réduisant de 34,5s à 11s son retard sur Panizzi au drapeau à damier. En ce qui concerne les pneumatiques, le résultat de ce week-end conforte l'invincibilité de Michelin sur asphalte qui dure depuis le Rallye Sanremo 98. Les dernières évolutions apportées au fameux pneu "FP" pour temps sec ont donné aux partenaires-constructeurs de la firme française la confiance, la régularité et la vitesse en virage qui leur ont permis de faire la différence. De son côté, Marcus Grönholm (Peugeot-Michelin) a profité de son séjour sur la Riviera italienne pour prouver qu'il est également un pilote à prendre très au sérieux sur le goudron en dépit de sa nationalité finlandaise. Malheureusement, des problèmes de direction assistée le matin du dernier jour l'ont fait reculer de la 4e à la 7e place, hors des points, derrière Carlos Sainz (4e, Ford), le privé italien Renato Travaglia (5e, Peugeot-Michelin) et François Delecour (6e, Ford). Les deux co-leaders du Championnat du monde Tommi Mäkinen (Mitsubishi-Michelin) et Colin McRae (Ford) n'ont pas augmenté leur score en Italie. McRae n'a terminé qu'en 8e position, cependant que la Finlandais est sorti de la route dans l'avant-dernière épreuve spéciale. Rappelons que la Subaru de Richard Burns avait été éliminée dans un accident dès la première spéciale du rallye.

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series WRC
Drivers Tommi Makinen , Colin McRae , Carlos Sainz , Richard Burns , Gilles Panizzi , Didier Auriol , Marcus Gronholm , François Delecour , Sébastien Loeb , Philippe Bugalski , Jesus Puras , Renato Travaglia
Teams Citroën World Rally Team