WRC

Rallye de Catalogne - pr?sentation Michelin

Championnat du monde des Rallyes 2002 4ème manche : Rallye de Catalogne (22 -- 24 mars 2002) On prend les mêmes -- ou presque Moins de deux semaines après son formidable quadruplé en Corse, le staff technique de Michelin fera escale ce ...

Championnat du monde des Rallyes 2002
4ème manche : Rallye de Catalogne (22 -- 24 mars 2002)

On prend les mêmes -- ou presque

Moins de deux semaines après son formidable quadruplé en Corse, le staff technique de Michelin fera escale ce week-end à Lloret de Mar pour une nouvelle confrontation au sommet sur asphalte. Impérial sur le sec comme sur le mouillé sur l'Île de Beauté, Peu geot-Michelin aura sans doute le vent en poupe sur les routes catalanes où ses voitures ont signé un doublé retentissant il y a douze mois. Mais que ce soit dans les rangs des Lions ou chez le manufacturier français, foin de triomphalisme, car les uns com me les autres savent que chaque nouveau départ est une nouvelle remise en question. D'autant plus que les héros de la manche française ^Ö Panizzi (1er), Grönholm (2e) et Burns (3e) ^Ö retrouveront en Espagne une opposition vouée à la revanche et renforcée pa r la présence de Citroën-Michelin, la seule marque à avoir contesté la suprématie des 206 WRC lors des empoignades sur asphalte les plus récentes.

Imaginer d'office que le Rallye de Catalogne se résumera à un simple remake du tiercé corse serait trop vite oublier le niveau extrêmement relevé du Championnat du monde actuel. Certes, le trio Peugeot-Michelin aura la volonté de se montrer aussi intraitab le sur les routes rapides autour de Barcelone qu'il ne l'a été sur les lacets de l'île méditerranéenne. Mais, selon l'expression consacrée, leurs adversaires n'arrêtent pas de progresser non plus...

De plus, tout comme les pistes défoncées de l'Acropole n'ont rien à voir avec le "toboggan" du Rallye de Finlande, il est important de ne pas confondre l'asphalte de la Corse et celui de la Catalogne. Qui lui-même se différencie entre les spéciales notoire ment abrasives du sud et celles du nord.

Voilà pourquoi Michelin a préparé la manche espagnole avec le même respect du terrain que toujours ; les évolutions de son célèbre Michelin N "FP" ont été spécifiquement adaptées aux exigences du tracé et développées en étroite collaboration avec les ingén ieurs châssis de ses partenaires-constructeurs. Or, par rapport à la Corse, ces derniers compteront une deuxième marque ayant déjà démontré sa capacité récente de vaincre sur asphalte^Å Citroën-Michelin. Face à des garçons comme Philippe Bugalski et Sébasti en Loeb au volant d'une Xsara WRC, Peugeot, Panizzi et les autres prétendants aux lauriers vont devoir mettre les bouchées doubles pour vaincre ce week-end en Espagne.

Côté technique

LE MOT D'UN SUPPORT'AIR

Optimiser la courbe de performance sur toute la longueur d'une spéciale asphalte chaude et abrasive exige la mise en oeuvre d'une technologie pneumatique avancée, une collaboration rapprochée avec les ingénieurs châssis et une sensibilité ex-acerbée de la part du pilote. Celui-ci doit gérer seul le phénomène inévitable de prise de pression à l'intérieur des enveloppes ; aucune donnée n'est encore disponible sur son tableau de bord, même si la technologique actuelle le permettrait. En attendant, nous avons e u la chance de rencontrer une molécule d'air ayant vécu la compétition routière "de l'intérieur". Elle nous a relaté cette expérience mémorable^Å

"C'était parti pour 35km d'apnée en tant qu'invité d'un Champion du monde"

Tout d'abord, comment vous êtes-vous trouvée en rallye ?

"Du pur hasard. A un moment, je profitais du soleil printanier de la Costa Brava. Le suivant, j'étais aspirée dans un compresseur. Après, plus rien ; le noir complet. Mais je n'étais pas seul et mes cons^Üurs m'ont rapidement renseignée : j'étais dans un pn eu du Championnat du monde des Rallyes."

Pas banal, en effet. Comment est ce sport vu de si près ?

"Assez reposant, au début^Å tant qu'on n'était pas en spéciale, même si la place s'est mise à manquer lorsque nous avons été mises sous pression. Puis j'ai entendu compter 5-4-3-2-1 et subitement^Å waouhh !! J'ai été centrifugée, ballottée et malmenée dans t ous les sens. Près de 17 tours de roue complets toutes les 17 secondes à 120km/h. Du grand huit puissance 10. De plus ça chauffe. Il fait plus de 100°C là-dedans. J'aurais été une molécule d'eau, j'aurais été en ébullition. Et plus ça chauffait, plus la pr ession montait et plus c'était serré. On n'était pas malheureuses que ça s'arrête !"

Vous n'avez rien dû comprendre :

"C'est vrai. Heureusement, une molécule voisine avait déjà vécu une expérience identique. En Corse, me semble-t-il. Elle m'a expliqué que nous étions à l'intérieur d'un pneu "racing" Michelin, un produit extrêmement sophistiqué. Elle m'a raconté comment le s ingénieurs oeuvrent aux essais pour parfaire la liaison au sol des voitures en harmonisant la façon dont la suspension et les pneus travaillent ensemble. Par les réglages, ils cherchent à avoir la plus grande "empreinte au sol" possible pour optimiser l' adhérence et la transmission de la puissance. Or, la conservation de cette aire optimale lorsque la pression d'air monte ^Ö inéluctablement ^Ö avec la chaleur est la clé n°1 de la performance et exige une grande maîtrise de la technologie mise en ^Üuvre : gom me, construction, forme^Å Ensuite, c'est tout le génie et la sensibilité du pilote qui font le reste. Vous voyez, j'ai bien appris ma leçon !"

Avez-vous rencontré votre pilote ?

"Très furtivement. Peu après la première spéciale, la voiture s'est immobilisée. J'ai senti que ça bougeait dehors, et subitement j'ai aperçu un faisceau de lumière. Le bouchon de la valve venait d'être enlevée. Par ce trou, j'ai juste eu le temps d'aperce voir l'^Üil du pilote au moment où il installait un manomètre. Vous vous rendez compte ? Combien d'automobilistes ne contrôlent la pression de leurs pneus qu'une fois par an ? Et voilà qu'un champion automobile prend le temps de baisser celle des siens pour quelques dizaines de kilomètres afin de bénéficier de la plus grande aire de contact possible au départ de la spéciale suivante..."

Parce-que votre aventure n'était pas terminée ?

"Eh non ! Si quelques copines ont profité de cette man^Üuvre pour s'échapper, moi je suis restée dans le noir. Et c'était reparti pour un tour ! Encore 35km d'apnée totale en tant qu'invité d'un Champion du monde. Je commençais à y prendre goût. Mais au par c d'assistance suivant, le bouchon s'est à nouveau ouvert et un monteur Michelin m'a rendu la liberté. Le lendemain, par hasard, je suis passé devant le podium. C'est mon champion qui recevait la coupe. Moi, il ne m'a même pas remarquée, mais je n'étais pa s peu fière d'avoir participé à sa victoire à ma façon. Et qui sait ? Peut-être l'expérience se renouvellera une prochaine fois. Ici en Catalogne ou ailleurs. Qui peut le dire?

L'effectif de Michelin en Corse s'élève à 24 personnes. Le nombre total d'enveloppes pour le rallye est de 3 860 transportées dans 9 camions ateliers. Toutes sont équipées du système ATS (Appui Temporaire Souple).

Le Rallye de Catalogne 2002 en bref^Å
Plaque tournante: Lloret de Mar
Longueur totale *: 1 949km
Longueur totale des spéciales *: 395 km
Revêtement: asphalte
Nombre de spéciales *: 18
(*) données de l'organisateur

Après un départ dit "cérémonial" le jeudi soir à Lloret de Mar, sa ville d'accueil traditionnelle, l'édition 2002 du Rallye de Catalogne visitera les même régions que les années précédentes, avec une étape centrée sur Tarragone et deux sur le bourg catalan de Manlieu. L'ordre dans lequel les concurrents les aborderont est le plus grand changement notable avec, dès le vendredi, deux boucles des spéciales abrasives au sud de Barcelone dont deux passages dans le redoutable "Escaladel" (48km). Cette première journée s'annon ce d'autant plus difficile qu'elle compte pour près de 45% de la longueur totale des tronçons contre la montre (176km sur 395km) !

Informations diverses

Les partenaires WRC de Michelin en Catalogne :

CITROËN SPORT
Philippe Bugalski/Jean-Paul Chiaroni (F/F) ; Sébastien Loeb/Daniel Elena (F/MC) ; Thomas Radström/Denis Giraudet (S/F)

PEUGEOT SPORT
Richard Burns/Robert Reid (GB/GB); Marcus Grönholm/Timo Rautiainen (FIN/FIN); Gilles Panizzi/Hervé Panizzi (FIN/FIN)

MARLBORO MITSUBISHI RALLIART
François Delecour/Daniel Grataloup (F/F); Alister McRae/David Senior (GB/GB)

HYUNDAI MOTORSPORT
Armin Schwarz/Manfred Hiemer (D/D); Freddy Loix/Sven Smeets (B/B); Tomasz Kuchar/Maciej Szczepaniak (PL/PL)

SKODA MOTORSPORT
Kenneth Eriksson/Tina Thörner (S/S); Toni Gardemeister/Paavo Lukander (FIN/FIN); Roman Kresta/Jan Tomanek (CZ/CZ)

PEUGEOT - BOZIAN
Harri Rovanperä/Risto Pietilainen (FIN/FIN)

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series WRC
Drivers Freddy Loix , Richard Burns , Harri Rovanpera , Gilles Panizzi , Marcus Gronholm , Daniel Grataloup , François Delecour , Alister McRae , Sébastien Loeb , Tomasz Kuchar , Armin Schwarz , Philippe Bugalski , Hervé Panizzi , Timo Rautiainen , Thomas Radstrom , Kenneth Eriksson , Robert Reid , David Senior , Tina Thorner , Risto Pietilainen , Toni Gardemeister , Roman Kresta , Denis Giraudet , Paavo Lukander , Sven Smeets , Jan Tomanek
Teams Citroën World Rally Team