WRC

Rallye d'Australie compte rendu Michelin

Rallye d'Australie Dimanche 4 novembre 2001 Grönholm casse la baraque... et place Peugeot-Michelin au zénith ! Le champion du monde en titre, Marcus Grönholm, a remporté son second Rallye d'Australie d'affilée à l'issue d'une course ...

Rallye d'Australie
Dimanche 4 novembre 2001

Grönholm casse la baraque... et place Peugeot-Michelin au zénith !

Le champion du monde en titre, Marcus Grönholm, a remporté son second Rallye d'Australie d'affilée à l'issue d'une course magistrale. Cette victoire symbolique permet Légalement à Peugeot-Michelin de prendre les commandes du championnat Constructeurs, alors qu'il ne reste plus qu'une épreuve à disputer cette année, le Rallye de Grande-Bretagne. Dans le championnat Pilotes, il n'y a plus que deux points d'écart entre McRae (Ford), Mäkinen (Mitsubishi-Michelin) et Burns (Subaru), ce qui promet une sévère empoignade pour l'épilogue du Mondial 2001 qui aura lieu dans un peu plus de deux semaines au Pays de Galles.

Pratiquement dès le coup d'envoi, il n'y eut aucun doute sur qui était le patron de ce Rallye d'Australie 2001. Marcus Grönholm (Peugeot-Michelin) a émergé en tête de la première étape avec un maigre avantage sur ses poursuivants, avant de sonner la charge le lendemain et de s'adjuger une belle série de meilleurs temps. Avec plus d'une demi-minute d'avance dimanche matin, le Finlandais put aisément verrouiller la course pour signer sa deuxième victoire de la saison après le succès obtenu chez lui aux "1000 Lacs".

Bien que Grönholm ne soit plus dans la course au titre mondial Pilotes qu'il décrocha l'an passé avec la 206 WRC-Michelin, sa performance dans ce pénultième rendez-vous 2001 a hissé l'équipe française en tête du championnat Constructeurs pour la première fois de la saison. Ce qui veut dire que Peugeot, dont les chances de conserver son titre semblaient fort compromises pas plus tard qu'en août dernier, a aujourd'hui retrouvé le sourire. Avec l'équipe Ford en point de mire de Peugeot, on se prépare à un final explosif en Grande-Bretagne (22-25 novembre).

De plus, avec le combat attendu pour le titre Pilotes ­ le championnat est aujourd'hui emmené par Colin McRae (Ford), Tommi Mäkinen (Mitsubishi-Michelin) et Richard Burns (Subaru), tous trois séparés par deux points ! ­ , l'épreuve britannique réunit toutes les conditions d'un excellent "thriller". Ce week-end, la domination de Grönholm fut telle que Burns, qui encaissa en moyenne 3/10e de seconde par kilomètre le deuxième jour, paraissait plutôt ravi de sa 2e place, un résultat qui le met en bonne position dans cette partie de chasse passionnante qui s'annonce au Rallye de Grande-Bretagne, une épreuve qu'il a remporté ses trois dernières années.

En plus des points marqués par son champion du monde "maison", Peugeot-Michelin pouvait aussi se réjouir de voir Didier Auriol à la gauche de Grönholm sur le podium final, la troisième médaille de bronze du Français en trois courses, alors qu'Harri Rovanperä maîtrisa la pression exercée par Colin McRae le dernier jour pour ramener trois points supplémentaires à l'équipe française qui, du coup, compte pas moins de trois 206 WRC dans le top-four !

Co-leaders du championnat Pilotes avant le long voyage en Australie, McRae et Tommi Mäkinen (Mitsubishi-Michelin) ont glané respectivement deux et un points. L'Ecossais fut sévèrement pénalisé par sa position sur la route le 2e jour, un handicap qu'il s'auto-attribua en arrivant en retard pour la réunion où se décidait l'ordre des départs. Certes ce désavantage ne le fit rétrograder que de la 4e à la 5e place, mais il lui était dès lors pratiquement impossible de repasser Rovanperä De son côté, Tommi Mäkinen a surmonté de fortes douleurs (séquelles de son accident lors du récent Tour de Corse) et l'inconvénient de faire équipe avec un nouveau copilote, pour prendre la 6e place et marquer un petit point. Pour ses débuts sur terre, la dernière Lancer Evolution WRC progressa en performances générales et en équilibre tout au long du week-end et le quadruple champion du monde en apporta la preuve avec de bons temps réalisés le dernier jour.

Pour conclure, le héros local Ed Ordynski a remporté le Groupe N sur sa Mitsubishi-Michelin engagée par Ralliart Australie. Dans sa marche triomphale, le pilote d'Adélaïde a croisé le fer avec la nouvelle star mondiale de la catégorie, le champion du monde Groupe N 2001, l'Argentin Gabriel Pozzo, et le champion du monde 2000, l'Autrichien Manfred Stohl.

LE RALLYE SELON MICHELIN...

Les pneumatiques Michelin se jouent des "billes" australiennes !

EVOLUTION... Les dernières évolutions des pneus Michelin Z et ZE16, qui furent pour beaucoup dans la victoire de Marcus Grönholm l'an passé en Australie avec Peugeot-Michelin (malgré une position défavorable sur la route le dernier jour), se sont montrées de nouveau extrêmement efficaces cette année.

0,3 PAR KM... Même si une bonne partie de la couche meuble était peu à peu balayée par les premières autos, il restait néanmoins beaucoup de ces fameuses "billes" sur la piste lorsque les principaux candidats à la victoire s'élançaient dans les spéciales. Cependant, cela n'a pas empêché le Finlandais d'infliger un sévère 0,3 seconde par kilomètre à son principal concurrent (qui partait juste devant lui) lors de la deuxième étape qui fut décisive.

2001 SCORE... Le résultat de ce Rallye d'Australie 2001 laisse les championnats Pilotes et Constructeurs plus que jamais ouverts. En course pour ces deux titres, les partenaires de Michelin sont en mesure d'augmenter le score de Michelin qui s'élève à 30 titres mondiaux depuis 1973, un record absolu. De plus, le succès de Grönholm et de Peugeot aujourd'hui porte à 9 le nombre de victoires pour Michelin sur les 13 épreuves de la saison déjà disputées.

CONDITIONS... Un soleil radieux réchauffa les étapes 1 et 3, avec des températures au sol dépassant les 35°. Malgré la pluie qui s'est brièvement abattue en fin de deuxième étape qui aurait pu fixer la pellicule meuble sur les pistes samedi après-midi, il n'y eut aucun impact sur les conditions particulières qu'offre cette épreuve. Ce qui signifie que la mission des pneumatiques fut de trancher cette couche supérieure instable afin que la gomme accroche la partie plus dure en dessous pour optimiser l'adhérence et la motricité.

-michelinsport-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series WRC
Drivers Tommi Makinen , Colin McRae , Richard Burns , Harri Rovanpera , Didier Auriol , Marcus Gronholm , Manfred Stohl , Ed Ordynski , Gabriel Pozzo