Michelin Pret Pour Une Nouvelle Course A La Puissance

Michelin se prépare à l'un des plus grands défis de son histoire. Depuis le début des années 90, le géant du pneu domine les compétitions moto internationales, en Grands Prix 500 comme en Championnat du Monde Superbike. Mais avec la saison...

Michelin se prépare à l'un des plus grands défis de son histoire. Depuis le début des années 90, le géant du pneu domine les compétitions moto internationales, en Grands Prix 500 comme en Championnat du Monde Superbike. Mais avec la saison 2002, les Grands Prix vont vivre une révolution. La catégorie MotoGP remplace la 500. Des motos inédites, mues par des moteurs quatre-temps de 990 cm3, y font leur apparition. Des machines dont la puissance atteint des niveaux jamais vus.

Depuis l'an dernier, Michelin travaille en étroite collaboration avec les deux précurseurs de cette nouvelle vague, Honda et Yamaha. De nouveaux pneus ont été développés pour ces motos qui affichent déjà une puissance nettement supérieure à celle des 500 deux-temps. Les ingénieurs Michelin ont donc imaginé une nouvelle génération de pneu capable de supporter plus de 200 chevaux.

" C'est une période fascinante pour nous, " avoue Nicolas Goubert, le chef de la compétition moto chez Michelin. " Nous essayons de nous projeter aussi loin que possible dans l'avenir car nous savons que les usines seront capables de fabriquer des moteurs encore plus puissants très prochainement. Car quand la saison commencera, dès qu'un pilote verra un de ses adversaires le dépasser il demandera plus de chevaux. Je pense que les usines n'auront aucun mal à atteindre les 240 ou 250 chevaux. Nous devons donc concevoir les pneus qui permettront de tirer le meilleur de ces nouvelles bêtes de course. Pour les créer, nous nous appuyons d'abord sur notre expérience des Grands Prix 500. Mais ce que nous avons appris en Mondial Superbike nous aide aussi énormément car les motos de ce championnat sont des quatre-temps et sont plus lourdes que les 500 - exactement comme les motos du MotoGP. "

Depuis l'été dernier, moment où les programmes de développement des quatre-temps se sont vraiment intensifiés, Michelin a travaillé sur une nouvelle version du pneu arrière de 16.5 pouces spécialement adaptée au poids et à la puissance des quatre-temps. Trois profils différents ont été construits ainsi qu'un grand nombre de gommes et de carcasses. Un quatrième type de profil doit être inauguré lors des essais IRTA de Catalunya, en Espagne, les 9 et 10 mars. Des essais qui marqueront la première grande confrontation entre toutes les équipes de pointe du championnat MotoGP. Michelin a également planché sur un pneu de 16 pouces pendant ce programme de développement quatre-temps.

" Notre pneu quatre-temps s'inscrit dans la continuité de notre concept 16.5 pouces, " analyse Goubert. " Au début, nous avons gardé la même taille de 16.5 pouces pour le diamètre extérieur du pneu tout en adoptant un diamètre intérieur plus grand, ce qui donne un profil différent. Ainsi la surface de contact au sol augmente et le pneu chauffe moins. En plus, le nouveau pneu donne un meilleur grip sur l'angle. Une donnée importante pour ces quatre-temps qui, au moment de ré-accélérer en sortie de virage, ont plus de couple. Le pneu donne aussi une meilleure motricité, ce qui devient primordial avec 240 ou 250 chevaux. Même si les gommes et les carcasses sont proches, nos nouveaux pneus quatre-temps sont donc par certains côtés très différents de nos pneus 500. "

" Cette première ébauche a donné de bons résultats d'entrée de jeu. De plus, nous avons constaté très tôt que les quatre-temps ne sont pas aussi durs avec leurs pneus que nous le pensions. Depuis ces premiers pas, nous avons bien entendu essayé de nombreuses autres solutions techniques. Jusqu'à un pneu de 16 pouces, plus large, qui n'a pas donné les résultats que nous attendions. A chaque fois que nous tentons quelque chose, nous avons des buts précis. Parfois ils ne sont pas atteints, ce qui est tout à fait normal dans le cadre d'un programme de développement. Au final, nous sommes donc restés assez fidèles à notre premier concept de pneu quatre-temps car il fonctionne très bien. Mais bien sûr nous continuons à travailler. Nous amènerons un autre type de pneu arrière avec un profil différent aux essais de mars. D'ailleurs, nous pensons que l'évolution du pneu arrière va être très importante à l'avenir. "

" Avec Yamaha et Honda, nous avons également fait des tests d'endurance sur des distances équivalentes à celles des courses. Les premiers résultats indiquent qu'il n'y a pas grande différence dans la façon dont une 500 et un quatre-temps sollicitent les pneus sur la durée d'une course. Mais il est encore tôt. Le quatre-temps est appelé à beaucoup évoluer et nous allons donc poursuivre notre travail ".Le développement en compétition se fait toujours en cascade. Les améliorations apportées à un aspect de la moto ^Ö son moteur, son châssis ou ses pneus ^Ö obligent à retravailler le reste pour préserver l'équilibre général de la machine. C'est particulièrement vrai au niveau des pneus. Si le pneu arrière est plus performant, le pilote peut remettre les gaz plus tôt en virage. Il y a un transfert des masses plus important sur l'arrière de la moto ce qui allège l'avant et le rend moins efficace. Il faut donc rétablir l'équilibre en jouant sur le châssis et les suspensions.

" Que ce soit à l'avant ou à l'arrière de la moto, chaque pas en avant nous oblige aux mêmes progrès de l'autre côté, " ajoute Goubert. " Si nous fabriquons un pneu arrière avec plus de grip qui se comporte mieux en virage, l'avant va commencer à sous-virer dès que le pilote accélère. Là, il est vrai que nous comptons aussi sur l'aide que les spécialistes châssis et suspension peuvent nous apporter en modifiant leurs réglages. A la fin de la saison dernière, nous avions déjà beaucoup amélioré notre pneu avant. Au GP de Rio, nous avions un avant avec une carcasse différente et les quelques pilotes qui ont pu l'essayer l'ont immédiatement adopté. Pendant l'hiver, nous avons demandé à tous nos pilotes de l'essayer et 90% d'entre eux l'ont apprécié. Pour l'instant, comme cette dernière évolution fonctionne bien sur les nouvelles motos, aucun de nos pilotes quatre-temps ne nous a demandé de travailler le pneu avant. Mais nous avons effectué des tests supplémentaires sur les pneus avant avec l'équipe Yamaha Tech 3 et les informations que nous en avons retirées devraient nous aider à progresser davantage. "

Le développement en piste amène aussi des surprises et c'est avec satisfaction que les ingénieurs Michelin se sont rendus compte que le nouveau 16.5 fonctionne également très bien sur les 500. " La plupart des pilotes 500 qui ont essayé ce pneu l'aiment beaucoup, même si certains trouvent qu'il fait trop sous-virer l'avant, " confie Goubert. " A chaque circuit nous verrons quels résultats ce pneu donnera avec les 500, mais il sera certainement mieux adapté à certains tracés. "

Cette année, Michelin ne sera plus le seul fabriquant de pneu impliqué en catégorie reine comme c'était le cas l'an dernier. Deux autres manufacturiers ont décidé de s'engager pour le plus grand plaisir des équipes Michelin qui vont à nouveau pouvoir jauger la concurrence. Bien sûr, la grande majorité du plateau restera chaussée en Michelin, la marque ayant remporté tous les titres en 500 depuis 1992 et en Superbike depuis 1994. La politique Michelin reste la même cette année : privilégier une parfaite équité entre tous ses partenaires. Mais avec une telle diversité de matériel cette année - de la Honda RCV V5 quatre-temps à la Yamaha YZR-M1 équipée d'un quatre cylindres en ligne quatre-temps en passant par une kyrielle " d'anciennes " 500 V4 deux-temps ^Ö Michelin sera très certainement amené à effectuer du développement spécifique pour certaines équipes.

" Si nous constatons que l'une de ces motos nécessite des pneus très différents, nous les fabriquerons et les proposerons ensuite aux autres équipes, " résume Goubert. " Nous avons toujours accordé le même niveau de priorité à tous nos partenaires. "

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series MotoGP