Grand Prix dmEspagne, Jerez Michelin preview

Championnat du Monde Moto 500, saison 2001 - 3Ëme Èpreuve Grand Prix díEspagne, Jerez - 4/5/6 mai 2001 LíESPAGNE OUVRE LA SAISON EUROPEENNE AprËs deux premiËres courses líautre bout du monde, les Grands Prix moto reviennent en Europe...

Championnat du Monde Moto 500, saison 2001 - 3Ëme Èpreuve
Grand Prix díEspagne, Jerez - 4/5/6 mai 2001

LíESPAGNE OUVRE LA SAISON EUROPEENNE

AprËs deux premiËres courses líautre bout du monde, les Grands Prix moto reviennent en Europe ce week-end. Le Grand Prix díEspagne marque le dÈbut de cette saison europÈenne qui compte un total de dix courses et qui occupe trois quarts de la saison complËte. Pour beaucoup díhabituÈs des paddocks, cíest Jerez que commence le vÈritable championnat car le rÈsultat des deux premiËres Èpreuves ne donne traditionnellement pas díindications trËs fiables sur le rÈel potentiel de chacun. Cíest logique puisquíen ce dÈbut de saison, les pilotes dÈcouvrent leur nouvelle machine tandis que leurs Èquipes sont privÈes de leur camion atelier.

Jerez est líendroit parfait pour entamer la marche europÈenne des Grands Prix. Le circuit espagnol est inscrit au calendrier du championnat du monde depuis 1987. Il est extrÍmement populaire et attire chaque annÈe des records de foules. LíEspagne aime la moto et le montre Jerez. Il níest pas rare de voir plus de 200 000 spectateurs Jerez. Des fans qui sont parmi les plus passionnÈs et les plus dÈmonstratifs au monde !

Ce week-end, ils hurleront pour Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin), le leader du championnat du monde qui est une vedette incontestÈe en Espagne. Mais le public sera avant tout l pour encourager les hÈros du pays que sont Alex CrivillÈ (Repsol YPF Honda-Michelin), Carlos Checa (Marlboro Yamaha Team-Michelin), Sete Gibernau (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) et Jose Luis Cardoso (Antena 3 Yamaha-DíAntin-Michelin).

AprËs Jerez, ce sera au tour du public franÁais de faire la fÍte. Le quatriËme Grand Prix de la saison est en effet programmÈ au Mans, le 20 mai. La cinquiËme manche se disputera sur le circuit italien du Mugello, le 3 juin.

LES PILOTES ET LA PISTE

A en juger par le rythme observÈ durant les deux premiËres courses de cette saison, les records du tour de Jerez devraient voler en Èclats dimanche. Le Grand Prix du Japon de cette annÈe fut plus court que líÈdition prÈcÈdente de 25 secondes. Un gouffre dans le monde de la compÈtition. Pour la course suivante, Welkom en Afrique du Sud, la diffÈrence fut encore plus flagrante avec 35 secondes de moins que líÈdition 2000. Non seulement Valentino Rossi a remportÈ deux belles victoires, mais il lía fait en amÈliorant le niveau de lían dernier.

Níallez pas penser que seule la course est concernÈe par ce phÈnomËne. A Welkom, les treize premiers qualifiÈs ont tournÈ plus vite que la pole de lían dernier. Pourtant, mÍme si le circuit africain avait un peu plus de grip quíen 2000, il Ètait nettement plus bosselÈ. Les experts avancent trois explications cette augmentation de rythme marquÈe: le dÈveloppement continu et líamÈlioration des pneus Michelin ainsi que des motos et la maÓtrise actuelle de Rossi qui a terminÈ son apprentissage de la 500.

Líitalien a gagnÈ Suzuka et Welkom mais le classement provisoire est souvent remaniÈ une fois la saison europÈenne entamÈe. Rossi ne síimagine díailleurs pas avoir la t che facile Jerez. "Je sais ce qui míattend : une grosse bagarre de plus !" prÈvoit-il, aprËs avoir d rÈsister aux attaques de son compatriote Loris Capirossi (West Honda Pons-Michelin) jusquí la fin de la course africaine. "Beaucoup díÈquipes sont venues Jerez faire des essais cet hiver donc je pense que tout le monde y sera dangereux. S rement plus que lors des deux premiËres courses. Mon but reste le mÍme - le podium et si possible la victoire."

Rossi fait bien entendu figure de favori Jerez. En fÈvrier dernier, il y avait signÈ le meilleur temps des essais IRTA. Il avait devancÈ Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team-Michelin), Carlos Checa, Capirossi et Alex Barros (West Honda Pons-Michelin) de peu. Son chef mÈcanicien Jerry Burgess, líhomme derriËre les cinq titres 500 de Mick Doohan, síattend un week-end tout aussi disputÈ.

"La premiËre course en Europe est toujours intÈressante," explique Burgess. "Surtout le circuit de Jerez, que tous les pilotes connaissent si bien. Les temps Ètaient trËs rapides sur les deux premiËres courses, reste voir si ce sera aussi le cas Jerez. Les temps rÈalisÈs Jerez lors des essais hivernaux Ètaient trËs bons mais cíÈtait parce que la tempÈrature de la piste Ètait basse. LíadhÈrence Ètait si forte que certains pilotes ont rencontrÈ des problËmes de dribble lors des essais IRTA et je suis s r quíils vont essayer le Michelin arriËre de 17 pouces cause de Áa. Mais je pense que nous resterons avec le 16.5 parce quíil y a trop de temps perdre passer díun type de pneu líautre."

Rossi vise peut-Ítre le triplÈ mais les espagnols seront l pour líen empÍcher. Alex CrivillÈ, Carlos Checa, Sete Gibernau et Jose Luis Cardoso ont tous líintention de menacer la suprÈmatie de Rossi. Checa, qui revient la compÈtition aprËs avoir loupÈ le Grand Prix díAfrique du Sud pour cause de blessure, aura beaucoup prouver. Le sympathique catalan síÈtait blessÈ en síentraÓnant au guidon de sa moto de supermotard.

"Je suis certain díÍtre 100% de mes capacitÈs physiques Jerez et je serai trËs motivÈ," lance Checa. "Je níai jamais ÈtÈ en aussi bonne condition pour un dÈbut de saison. Jíai rÈalisÈ de bons temps partout o nous avons tournÈ cet hiver et maintenant, cíest en course que je veux montrer tout le monde que je suis toujours bien l."

Lían dernier, Checa a pris la deuxiËme place Jerez et peut tout fait viser la victoire dimanche. "Cíest un super circuit et les pneus y sont trËs importants," ajoute-t-il. "Le tracÈ est part et il faut vraiment bien y piloter pour signer de bons chronos. Il y a des virages lents mais aussi plusieurs longues courbes o on passe beaucoup de temps sur le cÙtÈ du pneu. Il faut donc une bonne adhÈrence et de líendurance. Nous commencerons avec le 16.5 et je ne pense pas en changer par la suite car ils ont une durÈe de vie en course plus longue."

Le Champion du monde en titre Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) avait gagnÈ Jerez lían dernier mais níest actuellement que septiËme au classement provisoire. Il a connu deux courses difficiles Suzuka et Welkom. LíAmÈricain entend donner un coup de fouet en gagnant Jerez mais comme tout le monde, il est surpris par líamÈlioration des temps. SeptiËme en course Welkom, Roberts a montrÈ quíil gardait son sens de líhumour líarrivÈe : "Jíai ÈtÈ nettement plus vite que lían dernier," a-t-il dit. "Malheureusement, les autres aussi !"

LES PNEUS MICHELIN A JEREZ

Peu de circuits sont aussi bien connus des pilotes de Grand Prix et de leurs ingÈnieurs que Jerez. Ce trËs beau circuit díAndalousie est leur prÈfÈrÈ pour effectuer des essais díintersaison. Díailleurs, cíest

Jerez que se tient chaque annÈe les plus importants essais hivernaux, ces fameux essais IRTA o la plupart des Ècuries 500 viennent jauger leur nouveau matÈriel sur un tracÈ exigeant pour tous, les pilotes, les ingÈnieurs et, bien entendu, les techniciens Michelin.

Les essais IRTA 2001 ont ÈtÈ organisÈs en fÈvrier dernier et cíest le vice-champion en titre Valentino Rossi qui a signÈ le meilleur temps en 1í42íí322, soit deux secondes de mieux que le prÈcÈdent record du tour ! Le rythme de ces essais Ètait trËs ÈlevÈ gr ce la tempÈrature plutÙt basse de la piste et il est peu probable que ce week-end les temps enregistrÈs par les pilotes 500 soient du mÍme acabit. Díailleurs, le travail effectuÈ en fÈvrier peut mÍme Ítre gÍnant pour la course de dimanche.

"Chaque annÈe il se passe la mÍme chose pendant les essais díhiver Jerez," raconte Jacques Morelli, responsable des Grands Prix Michelin. "Les temps sont trËs rapides et comme les pilotes sont la limite, ils rencontrent certains problËmes spÈcifiques. Puis nous revenons Jerez pour le Grand Prix et il fait plus chaud. Le niveau de grip baisse et donc les temps sont moins rapides et plus personne nía les mÍmes problËmes que pendant líhiver. Beaucoup de pilotes qui utilisent le 16.5 ont eu du dribble en fÈvrier mais je ne pense pas que le problËme se fera sentir ce week-end."

"Pour simplifier, plus líadhÈrence est grande plus le risque de dribble est fort. Comme le 16.5 donne une adhÈrence trËs forte sur líangle, il est inÈvitable que dans certaines circonstances les pilotes se plaignent de dribble. Surtout Jerez o la moto passe autant de temps sur líangle. Mais la plupart des Èquipes arrivent effacer líeffet de dribble en ajustant les rÈglages ch ssis."

"MalgrÈ tout, nous amËnerons plus de pneus en 17 que díhabitude Jerez parce que cíest ce que nous ont demandÈ plusieurs pilotes aprËs les essais. Certains voudront essayer le 17 ce week-end et je pense que le pilote qui fait le bon choix de pneus dËs le dÈpart et reste avec ce choix sera avantagÈ. Ceux qui passent sans arrÍt díun pneu líautre, en changeant les rÈglages de suspension en fonction des pneus, perdront un temps prÈcieux. Pour ma part, jíopterais pour le 16.5. Cíest sur un 16.5 que Rossi avait signÈ son meilleur temps pendant les essais et je ne pense pas que cette fois nous ayons les mÍmes problËmes de dribble."

Le dribble est un problËme courant en moto. Cíest une vibration haute frÈquence qui se manifeste en virage. La plupart des pilotes ne sont pas trop gÍnÈs par un lÈger dribble, mais plus le phÈnomËne augmente, plus les temps au tour en souffrent. Dans le pire des cas, un dribble prononcÈ peut mener un pilote la chute.

Il níy a pas de solution miracle au dribble car cíest un problËme difficile rÈsoudre. Nous níavons pas de solution immÈdiate mais nous travaillons en collaboration avec les teams car seule cette approche permet de nous faire avancer.

-Michelin

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series MotoGP
Drivers Max Biaggi , Carlos Checa , Loris Capirossi , Valentino Rossi , Alex Criville , Alex Barros , Sete Gibernau , Kenny Roberts Jr. , Jose Luis Cardoso , Mick Doohan