GP d'Italie Michelin course

Alex Barros (West Honda Pons-Michelin) a signé sa première victoire de la saison malgré des conditions difficiles aujourd'hui, au Mugello. Il gagne une course scindée en deux manches à cause de la pluie. Le Brésilien a mené sur...

Alex Barros (West Honda Pons-Michelin) a signé sa première victoire de la saison malgré des conditions difficiles aujourd'hui, au Mugello. Il gagne une course scindée en deux manches à cause de la pluie.

Le Brésilien a mené sur le sec comme sur le mouillé ­ le résultat étant calculé sur le cumul des deux manches. La joie de son équipe fut d'autant plus grande que c'est le coéquipier de Barros, Loris Capirossi (West Honda Pons-Michelin), qui s'offre la deuxième place suite à la chute de Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) dans l'avant-dernier virage de la course ! Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team-Michelin) complète le podium italien et grimpe ainsi à la deuxième place du classement provisoire.

La course sur le sec n'a durée que huit tours. Dommage, car le spectacle était superbe avec Biaggi luttant contre ses compatriotes Capirossi et Rossi, Barros et le champion du monde en titre Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin). Le suspense était aussi intense au niveau des pneus puisque plusieurs des hommes de têtes avaient opté pour des choix de pneus différents. Le Michelin arrière de 16.5 pouces est devenu le pneu le plus populaire depuis l'an dernier mais aujourd'hui, Biaggi et Roberts lui ont préféré le 17 pouces. Comme pour les autres décisions de réglages, chaque type de pneu offre des avantages et des inconvénients. Ici, le 17 pouces donne une meilleure maniabilité tandis que le 16.5 pouces permet de garder une meilleure adhérence sur la longueur d'une course. Il aurait été très intéressant de voir quel pilote avait fait le bon choix...

Mais la pluie en a décidé autrement. Lors de second départ, la piste était détrempée et le seul choix possible porté alors sur les Michelin pluie. Tous les pilotes de V4 ont utilisé des 16.5 pouces excepté Roberts et son coéquipier Sete Gibernau (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) qui sont restés avec les 17 pouces. Malgré des conditions atroces, sans grip et encore moins de visibilité, les meilleurs se sont à nouveau disputés la victoire, Roberts et Barros se battant en piste même si à partir du 9e tour, au cumul c'est le Brésilien qui menait la course et qui gagne avec 8''359 secondes d'avance.

Pourtant, Barros n'a pas eu la partie facile. Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D'Antin-Michelin) et l'impressionnant pilote privé Haruchika Aoki (Arie Molenaar Racing Honda NSRV500) l'ont tous deux passé dans les derniers tours. Le bicylindre d'Aoki s'est révélé parfaitement adapté aux conditions. La pluie redoublant d'intensité dans les derniers tours, Abe a chuté à trois tours de la fin, laissant ainsi la victoire « théorique » à Aoki. Un tour plus tard, c'est Roberts qui chutait, puis Rossi, qui était pourtant remonté suite à un départ prudent dans cette deuxième manche qu'il avait commencé en chutant au tour de formation.

"C'était vraiment dur de courir sur le mouillé sans avoir réalisé d'essais sous la pluie" a expliqué Barros. "J'ai dû prendre des risques. Plus la course avançait plus les conditions empiraient et tout le monde attaquait de plus en plus fort."

Jacques Morelli, le responsable des Grands Prix Michelin, fut impressionné par Barros, surtout en tenant compte d'une nouvelle réglementation qui n'oblige plus les organisateurs à prévoir une séance d'essais sur le mouillé en cas de pluie le jour de la course. "C'est plus difficile pour les pilotes mais après quelques tours, ils avaient tous trouvé leurs marques" commente Morelli. "Tous ceux qui ont utilisé les 16.5 pouces en étaient très contents."

Capirossi était ravi de terminer deuxième, surtout après avoir manqué de chuter au même virage que Rossi. "C'est simple, la piste était inondée" a-t-il dit. "C'était vraiment dangereux. Je ne voyais rien et ces motos sont si puissantes qu'elles patinent sans arrêt."

Comme tout le monde, Biaggi avait du mal à voir la piste. "J'ai dû rouler à l'aveugle, en comptant sur ma mémoire pour mes repères de freinages" a affirmé le pilote italien. "Lorsque la pluie s'est renforcée, je me suis fais deux grosses chaleurs et c'est là que Crivillé et Rossi m'ont passé. Ils allaient très vite, puis Rossi est tombé là où j'avais failli chuter au tour précédent."

Alex Crivillé (Repsol YPF Honda-Michelin) termine quatrième, très près de Capirossi et Biaggi et devant Aoki et son incroyable cinquième place. Sur le sec, le Japonais n'était que 16e !

Gibernau prend la sixième place devant Tohru Ukawa (Repsol YPF Honda-Michelin) et Shinya Nakano (Gauloises Yamaha Tech 3-Michelin), les deux japonais signant là leur premier GP 500 sur le mouillé. Abe pu repartir et s'assurer de la 9e place mais Rossi n'a pas eu cette chance. "Je ne voyais pas grand chose, même pas mon panneautage, et je ne savais donc pas quelle place j'avais" a expliqué le leader du championnat, qui compte maintenant 21 points d'avance. "Alors j'ai roulé aussi fort que possible."

-Michelin

Write a comment
Show comments
About this article
Series MotoGP
Drivers Max Biaggi , Loris Capirossi , Valentino Rossi , Norifumi Abe , Alex Criville , Alex Barros , Tohru Ukawa , Sete Gibernau , Shinya Nakano , Kenny Roberts Jr. , Haruchika Aoki