GP cd Valence Michelin preview

Championnat du Monde Moto, saison 2001, 12 e épreuve Grand Prix de Valence, Valence - 21/22/23 septembre 2001 VALENCE Œ BERCEAU DU PNEU MICHELIN DE 16.5 POUCES C'est à Valence que le pneu arrière de 16.5 pouces développé par Michelin a...

Championnat du Monde Moto, saison 2001, 12 e épreuve Grand Prix de Valence, Valence - 21/22/23 septembre 2001

VALENCE ΠBERCEAU DU PNEU MICHELIN DE 16.5 POUCES

C'est à Valence que le pneu arrière de 16.5 pouces développé par Michelin a entamé son règne sur la catégorie 500. En 1999, à l'occasion du premier Grand Prix organisé sur ce circuit, Régis Laconi (Red Bull Yamaha WCM-Michelin) avait porté le 16.5 pouces sur la plus haute marche du podium en gagnant la course. Depuis, ce pneu a été adopté par la quasi-totalité du plateau et a permis une forte augmentation des performances en catégorie reine.

C'est un 16.5 pouces à gomme intermédiaire que Régis Laconi a utilisé pour s'imposer sur une piste qui était, ce jour là, humide. C'est donc la victoire surprise de son coéquipier Garry McCoy (Red Bull Yamaha WCM-Michelin) lors du premier Grand Prix de la saison dernière, en Afrique du Sud, qui a convaincu les autres pilotes 500 d'adopter le pneu de 16.5 pouces. Très rapidement, la plupart des équipes avaient adapté leurs motos au 16.5 pouces. A la fin de l'année, les adeptes de ce pneu étaient fortement majoritaires en 500.

Cette année, le 16.5 pouces est "LE" pneu de la catégorie. Chacun des onze Grands Prix disputés ont été remportés par un pilote qui l'utilisait. A la surprise générale, les temps sont également nettement plus rapides cette saison. Il y a deux semaines, le probable Champion du Monde 2001 Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) a remporté le Grand Prix du Portugal. Pour boucler cette course, il lui aura fallu 42 secondes de moins que Garry McCoy, le vainqueur de l'édition précédente. Une telle différence est impressionnante. Cette année, les cinq courses qui sont vraiment comparables aux éditions 2000 ont toutes été plus rapides : de 25 secondes à Suzuka, de 35 secondes à Welkom, de 16 secondes au Mans et de 32 secondes à Brno.

Dimanche, l'ex-Champion du Monde 125 et 250 Valentino Rossi visera sa huitième victoire de l'année. L'Italien compte une avance de 43 points sur Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team- Michelin), qui a promis de se battre jusqu'au bout malgré ses chutes lors des deux derniers Grands Prix. Après Valence, le Grand Prix Circus quitte l'Europe pour terminer la saison au Japon (pour le Grand Prix du Pacifique), en Australie, en Malaisie puis au Brésil.

VALENCE ET LES PILOTES
Valence compte parmi les circuits les plus lents du calendrier. Aussi surprenant que cela puisse paraître, cela en fait un circuit très difficile pour les pilotes. Valence est un tracé exigeant car tout en virages. Il n'y a qu'une seule vraie ligne droite. C'est le type de tracé qui fait vraiment ressortir les complexités du pilotage d'une 500 moderne. Les pilotes atteignent les limites d'adhérence de leurs pneus dans chaque virage. Ils doivent y maîtriser parfaitement l'accélérateur, les freins et la direction. Ils sont, en quelques sortes, constamment sur la corde raide.

L'Espagnol Sete Gibernau (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) connaît bien ce circuit. "Valence, ce n'est que des virages, "dit-il." Là-bas, une 500 n'est plus une 500 car c'est le circuit qui dicte le pilotage et non la moto. Il n'est pas vraiment possible d'utiliser toute la puissance et une 250 y tournerait donc sûrement presque aussi vite. Ce qu'il faut, c'est une moto agile. Il faut aussi beaucoup de grip à l'arrière pour s'extraire au mieux des épingles. C'est un circuit amusant mais où les virages lents peuvent facilement piéger un pilote."

"Je m'attends à voir une course nettement plus rapide cette année puisque c'est ce que nous avons pu constater sur la plupart des courses jusqu'à maintenant. Le mois dernier, j'ai terminé huitième à Brno avec un temps de course qui m'aurait permis de gagner la course de l'année précédente avec 15 secondes d'avance. Le 16.5 est pour beaucoup dans cette amélioration. Il donne plus de grip et dure plus longtemps. Mais cette année nous avons eu du mal parce que les autres équipes parviennent à mieux profiter des avantages du 16.5 que nous. C'est une question de moteur. Le fonctionnement du nôtre ne nous permet pas d'exploiter le supplément d'adhérence."

"Pour Valence, il faut un pneu avant qui permette de freiner et de tourner de manière à reporter le poids de la machine sur la roue arrière aussi tôt que possible. La plupart du temps, comme les virages ici sont très courts, les pneus n'ont pas besoin de donner le même niveau de grip. L'important est surtout d'avoir un bon transfert des masses de l'avant vers l'arrière et vice versa. A l'arrière, il faut une carcasse assez souple. Le pneu peut bouger un peu, ce n'est pas grave car ce qu'il faut c'est pouvoir sentir le pneu suffisamment pour pouvoir remettre les gaz en sortie de virage et continuer à avancer même quand le pneu patine. Ce feeling est très important parce que la plupart des virages sont lents et c'est dans ce type de virage qu'un pilote a le plus de risque de se faire éjecter."

"Pour un Espagnol, une course à domicile c'est un vrai contraste - il y a d'un côté l'enthousiasme de la foule et de l'autre la pression accrue qui accompagne le besoin de travailler d'avantage avec les médias, de rencontrer plus de gens et de travailler plus pour les fans. Mais le public espagnol est le meilleur du monde."

LES PNEUS MICHELIN ET VALENCE
Le Grand Prix du Portugal a été le théâtre d'un véritable bond au niveau des performances réalisées. Les huit premiers à l'arrivée ont tous bouclé le Grand Prix plus vite que le vainqueur de l'édition précédente. Et aux essais, les sept pilotes les plus rapides ont tous battu le temps de la pole 2000. Valence s'annonce tout aussi rapide que captivante.

De tels progrès ont bouleversé l'ordre établi de la catégorie reine. Ceux qui gagnaient l'an passé, comme le champion en titre Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) ou le vainqueur de l'édition 2000 du Grand Prix de Valence Garry McCoy (Red Bull Yamaha WCM-Michelin) ont pour l'instant bien du mal à se hisser au niveau imposé par le leader du championnat Valentino Rossi. Pour faire face, les pilotes et leurs équipes sont obligés de se dépouiller et de s'améliorer. "Le rythme est si élevé actuellement que nous sommes soulagés de ne pas être trop éloignés des hommes de tête," reconnaît Hamish Jamieson, l'ingénieur de McCoy qui a terminé troisième à Estoril. "Le niveau est tel qu'en arrivant sur un circuit, on sait qu'on ne peut plus compter sur les réglages qui ont fonctionné l'an dernier. Il faut constamment rechercher l'amélioration." Même Jacques Morelli, le responsable Michelin Grand Prix, s'étonne de cette escalade de performances. "Chaque course, nous allons plus vite et je ne sais pas jusqu'où nous pouvons aller ! Rossi a superbement roulé à Estoril et je pense qu'il aurait pu aller encore plus vite. C'est en grande partie grâce à lui que les Grands Prix sont plus rapides. Il profite à fond de l'adhérence accrue du 16 pouces, et ce sur la totalité de la course."

Le 16.5 pouces a permis de réduire les temps, au tour et en course, parce que sa surface de contact au sol est plus importante en virage ce qui augmente l'adhérence, fait baisser sa température de fonctionnement et lui donne une meilleure longévité. Il y a aussi d'autres avantages, surtout sur des circuits comme Valence où il y a un déséquilibre entre le nombre de virages à droite et à gauche. Ce circuit, qui tourne dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, compte neuf virages à gauche et cinq à droite. Le 16.5 est très efficace sur ce genre de tracé.

"Comparé à notre pneu arrière de 17 pouces, le 16.5 a une plage de fonctionnement plus grande," explique Jacques Morelli. "Le 16.5 chauffe moins, ce qui permet d'utiliser une gomme. plus tendre qui donne une meilleure adhérence et le fait de moins chauffer permet au pneu de durer plus longtemps. Le pneu est donc parfait pour des tracés comme Valence parce qu'il donne aux pilotes l'adhérence dont ils ont besoin dans les virages à droite et la longévité nécessaire pour résister à tous les gauches."

LES PNEUS MICHELIN ET LA NOUVELLE CATEGORIE QUATRE-TEMPS
C'est la dernière fois de l'histoire du Championnat du Monde des Grands Prix que la catégorie reine est limitée à 500 cm 3 . Dès l'année prochaine, des quatre-temps de 990 cm 3 pourront également participer à ce championnat. Ce changement reflète mieux le marché de la moto de série, dominé par les quatre-temps. Principalement pour des raisons de protection de l'environnement, les deux-temps sont de moins en moins bien acceptés.

Le nouveau championnat va donc opposer des quatre-temps de 990 cm 3 aux actuelles 500 deux- temps. Au niveau technique, ce sont aussi de nouveaux défis qui attendent tous les acteurs du Championnat du Monde, des constructeurs aux pilotes, des équipes aux manufacturiers de pneus. Michelin s'est déjà fortement impliqué aux côtés des constructeurs pour développer les nouveaux quatre-temps. Les programmes Honda RCV et Yamaha YZR-M1 sont déjà très avancés. Suzuki, Sauber, Ducati et Aprilia se préparent également à participer à l'aventure quatre-temps qui nous promet des années à venir intéressantes.

Plus de puissance - les moteurs quatre-temps dépassent déjà les 200 chevaux - plus de couple, une vitesse de pointe plus élevée et des motos plus lourdes, les nouvelles machines de Grand Prix mettent leurs pneus à rude épreuve. Michelin est prêt à relever ce défi." Nous avons déjà modifié la conception de notre pneu arrière de 16.5 pouces pour les quatre- temps," révèle Jacque Morelli. "Nous l'avons testé à Brno sur la Yamaha YZR-M1 en juillet et le pneu a très bien fonctionné en donnant de très bons temps. Nous avons aussi utilisé le pneu sur la Honda RCV au Japon, la dernière fois avec Shinichi Itoh. Ces essais se sont également avérés très impressionnants."

"La principale différence avec notre pneu 500 est une carcasse légèrement plus rigide et une forme différente qui permet d'accroître la surface de contact au sol pour mieux encaisser le supplément de puissance et de couple. C'est un pneu qui ne fonctionnerait pas sur une 500. Nous avons déjà trouvé une bonne base de travail pour le quatre-temps mais bien sûr, nous allons continuer à travailler au fur et à mesure que les motos seront développées."

<pre> VALENCE EN CHIFFRES Record du tour Alex Crivillé (Repsol YPF Honda-Michelin) 1'36''085 à 150.054km/h Pole position 2000 Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) 1'35''133 Récents vainqueurs du Grand Prix de Valence 1999 Regis Laconi (Red Bull Yamaha WCM-Michelin), 53'23''825 (piste humide) 2000 Garry McCoy (Red Bull Yamaha WCM-Michelin), 48'27''799.

Les partenaires Michelin - Catégorie 500cc (liste provisoire) No. Pilote Nation. Constructeur Team 1 Kenny Roberts USA Suzuki Telefonica Movistar Suzuki 3 Max Biaggi ITA Yamaha Marlboro Yamaha Team 4 Alex Barros BRA Honda West Honda Pons 5 Garry McCoy AUS Yamaha Red Bull Yamaha WCM 6 Norick Abe JPN Yamaha Antena Tre Yamaha d'Antin 7 Carlos Checa SPA Yamaha Marlboro Yamaha Team 8 Chris Walker GBR Honda Shell Advance Honda 9 Leon Haslam GBR Honda Shell Advance Honda 10 Jose Luis Cardoso SPA Yamaha Antena Tre Yamaha d'Antin 11 Tohru Ukawa JPN Honda Repsol-YPF Honda Team 12 Haruchika Aoki JPN Honda Arie Molenaar Racing 14 Anthony West AUS Honda Dee Cee Jeans Racing Team 15 Sete Gibernau SPA Suzuki Telefonica Movistar Suzuki 16 Johan Stigefelt SWE Sabre V4 Sabre Sport 17 Jürgen vd Goorbergh NED Proton KR3 Proton Team KR 18 Brendan Clarke AUS Honda Shell Advance Honda 19 Olivier Jacque FRA Yamaha Gauloises Yamaha Tech 3 21 Barry Veneman NED Honda Dee Cee Jeans Racing Team 24 Jason Vincent GBR Pulse Pulse GP 26 Vladimir Catska SVK Paton Paton 28 Alex Criville SPA Honda Repsol-YPF Honda Team 41 Noriyuki Haga JPN Yamaha Red Bull Yamaha WCM 46 Valentino Rossi ITA Honda Nastro Azzurro Honda 56 Shinya Nakano JPN Yamaha Gauloises Yamaha Tech 3 65 Loris Capirossi ITA Honda West Honda Pons

www.michelinsport.com

Write a comment
Show comments
About this article
Series MotoGP
Drivers Max Biaggi , Carlos Checa , Garry McCoy , Loris Capirossi , Valentino Rossi , Norifumi Abe , Alex Criville , Alex Barros , Tohru Ukawa , Sete Gibernau , Shinya Nakano , Kenny Roberts Jr. , Noriyuki Haga , Chris Walker , Olivier Jacque , Jose Luis Cardoso , Haruchika Aoki , Leon Haslam , Anthony West , Johan Stigefelt , Barry Veneman , Shinichi Ito , Laconi Régis
Teams Sauber