Brazilian GP le preview

Championnat du monde de Vitesse Moto 500cm3 14e manche : Grand Prix de Rio Jacarepaguá - Les 5, 6 et 7 octobre 2000 Le fils du "Roi Kenny" prêt à être sacré Le Grand Prix de Rio se courra ce week-end sur le circuit de ...

Championnat du monde de Vitesse Moto 500cm3

14e manche : Grand Prix de Rio Jacarepaguá - Les 5, 6 et 7 octobre 2000

Le fils du "Roi Kenny" prêt à être sacré

Le Grand Prix de Rio se courra ce week-end sur le circuit de l'Autodromo Jacarepaguá Nelson Piquet, c'est la dernière phase du Championnat du Monde des 500 cm3, qui devrait, selon toutes probabilités, déboucher sur le couronnement du nouveau roi de la spécialité. Après la chute de l'Italien Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin), seul rival du titre lors du Grand Prix de Valence, il suffit désormais à l'Américain Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin), leader du Championnat, de terminer dans les six premiers pour remporter le titre suprême.

S'il obtient une couronne mondiale à Rio, Kenny Roberts Junior inscrira une nouvelle page de l'histoire des sports mécaniques. L'héritier du célèbre Kenny Roberts, qui régna naguère sur la spécialité, remportant le Championnat 500 en 1978, 1979 et 1980, signerait en effet à 27 ans le premier doublé père-fils jamais enregistré dans la catégorie reine.

La victoire de Kenny Roberts Junior constituerait également le 20e titre de Michelin en Championnat du Monde des 500 cm3, après ceux de Barry Sheene (Suzuki, 1976 et 1977), Marco Lucchinelli (Honda, 1981), Franco Uncini (Suzuki, 1982), Freddie Spencer (Honda, 1983 et 1985), Eddie Lawson (Yamaha, 1986 et 1988 ; Honda, 1989), Wayne Gardner (Honda, 1987), Wayne Rainey (Yamaha, 1990 et 1992), Kevin Schwantz (Suzuki, 1993), Mick Doohan (Honda, 1994, 1995, 1996, 1997 et 1998) et Alex Crivillé (Honda, 1999).

Il est très probable que Roberts Junior cherchera à conquérir sa première couronne en chaussant à l'arrière de sa moto le slick 16,5 pouces de diamètre, un pneumatique qui s'est imposé au cours des dernières courses. Cette dimension, semble avoir désormais détroné l'habituel 17 pouces de Michelin car elle offre encore plus d'adhérence, de motricité et de longévité. Elle équipait d'ailleurs les neuf premiers à l'arrivée du Grand Prix de Valence.

Pour la première fois, la course de Rio se déroulera le samedi et non pas le dimanche, afin de donner aux pilotes vingt-quatre heures de plus pour faire leurs bagages et filer au Japon, où se courra le week-end suivant le Grand Prix du Pacifique, sur le circuit de Motegi.

Les pilotes et le circuit

L'Autodromo Jacarepaguá Nelson Piquet accueille des Grands Prix moto de façon plus ou moins régulière depuis le milieu des années 90. Le circuit, après avoir été laissé à l'abandon, a été remis en état pour le Grand Prix de 1995, il a ensuite été utilisé en 1996, 1997 et 1999. Autrefois glissante et pleine de bosses, la piste a été refaite pour le Grand Prix de l'an dernier. Même si les bosses n'ont pas disparu, elle offre désormais beaucoup plus de grip.

Situé entre plusieurs escarpements granitiques spectaculaires et l'Atlantique, non loin de la bouillante Rio de Janeiro, Jacarepaguá est un circuit sinueux et sans relief, comportant une ligne droite de 1,1 km.

Le héros local, Alex Barros (Emerson Honda Pons-Michelin) cherchera à décrocher ce week-end la victoire la plus importante de sa carrière en Grand Prix. Alors qu'il n'était pas monté sur la première marche du podium depuis le Grand Prix de Jarama, en 1993, le pilote de Sao Paulo a bel et bien retrouvé la grande forme : il a déjà décroché deux victoires cette année, une à Assen et une au Sachsenring.

"Tous les pilotes rêvent de remporter un Grand Prix à domicile," déclare Barros, qui a fini quatrième à Rio l'an dernier, sa meilleure performance au Brésil. "Je ferai le maximum pour arracher la victoire. Je pense que ma préparation est meilleure qu'elle ne l'a jamais été cette saison. J'aime cette piste et je suis particulièrement à l'aise dans la dernière partie. Le premier virage est plein de bosses et c'est là que j'ai perdu du temps l'an dernier, mais nous nous sommes améliorés cette année et j'ai acquis suffisamment d'expérience sur ce circuit pour faire face à tous les problèmes susceptibles de se présenter".

"Il fera chaud et la piste de Rio est abrasive. Les pneus ont donc énormément d'importance. Il y a beaucoup de patinage et il faut que tout fonctionne bien au niveau de la suspension et des pneumatiques pour arriver à tirer le maximum de la machine. C'est un circuit très bosselé et l'avant doit pouvoir encaisser. A Rio, le pneu avant est extrêmement sollicité et, bien entendu, si on pousse trop fort sur l'avant, la moto ne tourne plus. De manière générale, c'est un circuit très dur pour les suspensions et les pneus".

"Comme toujours, je vais d'abord travailler sur les suspensions. Ensuite, lorsque j'aurai trouvé les bons réglages, je me concentrerai sur le choix des pneumatiques." Comme la plupart des autres pilotes 500, Alex Barros est passé du Michelin arrière de 17 pouces au 16,5 pouces. Ce dernier offre une aire de contact au sol plus importante sur l'angle maxi, pour une meilleure adhérence, un échauffement moindre et une longévité supérieure. C'est avec un 16,5 pouces qu'il a terminé à la cinquième place à Valence, il y a trois semaines.

"J'utilise de plus en plus le 16,5 pouces arrière," explique-t-il. "Je l'ai essayé pour la première fois il y a quelque temps déjà, mais j'avais trouvé au départ qu'il provoquait trop de dribble à l'arrière, ce qu'avaient également constaté plusieurs autres pilotes Honda. Toutefois, devant la réussite évidente de ceux qui utilisaient ce pneu, il est vite devenu évident que nous devions chercher à résoudre ce problème. Nous avons fait le point lors des tests à Catalunya, après le Grand Prix du Portugal. Nous avons apporté les modifications nécessaires aux ressorts et aux amortisseurs, jusqu'à obtenir le résultat escompté."

"Maintenant, j'apprécie dorénavant pleinement le 16,5 pouces et ce pneu m'a vraiment étonné. Il me paraît beaucoup plus régulier. Lorsque le pneu commence à patiner, c'est beaucoup plus facile de contrôler et cela me procure beaucoup plus de traction et de moticité en sortie de courbe. Le 17 pouces offre parfois plus d'adhérence, mais sur l'ensemble de la course, c'est le 16,5 pouces qui se révèle plus homogène. La surface de contact est plus importante lorsque la moto est très inclinée ; il s'échauffe donc moins et reste efficace."

La réponse de Michelin au défi de Jacarepaguá

Rio a connu l'an dernier le plus beau Grand Prix de son histoire, Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D'Antin -Michelin), Max Biaggi (Marlboro Yamaha Racing Team-Michelin) et Kenny Roberts se relayant quatre fois en tête, pour ne parler que du dernier tour. A l'arrivée, 0,257 seconde seulement séparait les trois pilotes. Norick Abe avait remporté le deuxième Grand Prix de sa carrière, après avoir heurté Max Biaggi dans le dernier virage. Le spectaculaire champion japonais a depuis ajouté une troisième victoire à son palmarès en 500, s'adjugeant en avril dernier le Grand Prix de Suzuka.

Comme tous les pilotes du haut du classement à Rio, les trois hommes de tête avaient opté pour des pneus arrière bi-composant, afin de répondre aux contraintes sévères imposées par ce circuit sur lequel les motos tournent dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. Cette année, Michelin apportera à Rio de nouveaux pneus bi-composant. Jacques Morelli, responsable des Grands Prix chez Michelin, pense que la plupart des pilotes choisiront de courir avec des pneumatiques arrière 16,5 pouces bi-composant.

Le nombre des partisans du slick arrière 16,5 pouces de Michelin s'est accru au fil de la saison 2000, les pilotes étant de plus en plus nombreux à l'adopter depuis quelques courses. Il y a trois semaines, à Valence, les motos des neuf premiers du classement étaient équipées à l'arrière de 16,5 pouces.

"Il semble que tout le monde apprécie désormais ce pneu," remarque Jacques Morelli. "Je pense qu'il serait logique qu'à Rio, tous les pilotes démarrent avec le 16,5 pouces et s'efforcent de régler leur moto en fonction de ses qualités, quite à essayer ensuite un 17 pouces, ce qui serait exactement le contraire de ce que l'on faisait jusqu'à présent c'est-à-dire définir les réglages avec le 17 pouces, puis essayer éventuellement un 16,5 pouces en cours d'épreuve. La plupart des pilotes ont désormais adapté leur moto au 16,5 pouces. Les deux pneus ont le même diamètre extérieur, ce qui les rend aisément interchangeables. C'est la hauteur des flancs (la surface qui est en contact avec le sol quand la moto prend de l'angle) qui est complètement différente."

"A Rio, il faut des pneumatiques durs, tant au niveau du mélange de gomme que de l'architecture. Le côté gauche du pneu arrière souffre, car il y a pas mal de virages à gauche longs et rapides, dans lesquels les pilotes sollicitent longtemps la même partie du pneu, en contrôlant les glissades avec la poignée de gaz. Le pneumatique subit des contraintes importantes. C'est pourquoi nous le proposons en version bi-composante, plus dur du côté gauche que du côté droit. L'avant n'est pas autant sollicité, mais là aussi, il faut quand même que la gomme et la structure soient très résistantes." Jacarepaguá avait la réputation d'être un circuit glissant depuis le premier Grand Prix qui y a été organisé, en 1995, mais le revêtement a été refait en 1999 et l'adhérence n'est désormais plus un problème.

"Personne ne s'est vraiment plaint de l'adhérence, en 1999," ajoute Jacques Morelli. "La surface s'est avérée être beaucoup plus adhérente qu'autrefois, mais également plus éprouvante pour les pneumatiques. Les bosses n'ont bien sûr pas disparues. Nous ne savons pas si le circuit sera toujours aussi adhérent cette fois-ci, car personne n'est allé s'entraîner là-bas depuis la course de l'an dernier."

Les pneumatiques à Jacarepaguá

Michelin apportera environ 2 300 pneumatiques à Jacarepaguá ce week-end - 1 850 slicks et 450 pneus pluie et intermédiaires. L'équipe Michelin chargée de veiller aux besoins des pilotes regroupe 17 professionnels : six techniciens, neufs monteurs, un coordinateur et un manager.

<pre> Jacarepaguá en quelques chiffres

Record du tour Tadayuki Okada (Repsol Honda-Michelin) en 1m 51.928s à 158.662kmh en 1997 le position

Pole position 1999 Kenny Roberts (Suzuki-Michelin) en 1m 52.227s

Récent vainqueur du Grand Prix de Jacarepaguá 1999 Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D'Antin-Michelin), 45m 34.308s 1997 Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin), 45m 05.793s 1996 Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin), 45m 56.850s 1995 Luca Cadalora (Marlboro Yamaha Team Roberts), 45m 28.726s

Classement provisoire du Championnat du monde 1 - Kenny Roberts (Suzuki-Michelin) 214 points 2 - Valentino Rossi (Honda-Michelin) 148 points 3 - Carlos Checa (Yamaha-Michelin) 141 points 4 - Garry McCoy (Yamaha-Michelin) 134 points 5 - Loris Capirossi (Honda-Michelin) 126 points 6 - Alex Barros (Honda-Michelin) 121 points 7 - Max Biaggi (Yamaha-Michelin) 118 points 8 - Norick Abe (Yamaha-Michelin) 113 points 9 - Alex Crivillé (Honda-Michelin) 107 points 10 - Nobuatsu Aoki (Suzuki-Michelin) 99 points 11 - Régis Laconi (Yamaha-Michelin) 88 points 12 - Tadayuki Okada (Honda-Michelin) 87 points 13 - Jurgen v.d. Goorbergh (Honda-Michelin 74 points 14 - Jeremy McWilliams (Aprilia-Michelin) 66 points 15 - Sete Gibernau (Honda-Michelin) 59 points 16 - Tetsuya Harada (Aprilia-Michelin) 30 points

Catégorie 500cm3

Les partenaires Michelin

 N° Pilote                        Team
 1 Alex Crivillé                  Repsol YPF Honda Team
 2 Kenny Roberts                  Telefonica Movistar Suzuki
 4 Max Biaggi                     Marlboro Yamaha Team
 5 Sete Gibernau                  Repsol YPF Honda Team
 6 Norifumi Abe                   Antena 3 Yamaha - D'Antin
 7 Carlos Checa                   Marlboro Yamaha Team
 8 Tadayuki Okada                 Repsol YPF Honda Team
 9 Nobuatsu Aoki                  Telefonica Movistar Suzuki
 10 Alex Barros                   Emerson Honda Pons
 15 Yoshiteru Konishi             Technical Sport Racing
 17 Jurgen v.d. Goorbergh         Rizla Honda
 18 Sébastien Legrelle            Tecmas Honda Elf
 20 Phil Giles                    Sabre Sport
 24 Garry McCoy                   Red Bull Yamaha WCM
 25 José Luis Cardoso             Maxon Dee Cee Jeans
 31 Tetsuya Harada                Blu Aprilia Team
 46 Valentino Rossi               Nastro Azzurro Honda
 55 Régis Laconi                  Red Bull Yamaha WCM
 65 Loris Capirossi               Emerson Honda Pons
 68 Mark Willis                   Proton KR Team Modenas
 99 Jeremy McWilliams             Blu Aprilia Team

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series MotoGP
Teams Williams