Michelin GP Canada, course

David Coulthard and Michelin sur la deuxième marche Ce Grand Prix du Canada aurait pu être celui de Juan-Pablo Montoya. Parti de la pole-position, le Colombien a mené une course superbe, profitant adroitement de la voiture de sécurité pour...

David Coulthard and Michelin sur la deuxième marche

Ce Grand Prix du Canada aurait pu être celui de Juan-Pablo Montoya. Parti de la pole-position, le Colombien a mené une course superbe, profitant adroitement de la voiture de sécurité pour ravitailler, avant de revenir en fin de course sur Michael Schumacher. Malheureusement, sa BMW WilliamsF1-Michelin l'a lâchée au 56e tour pour laisser le champion du monde s'imposer pour la sixième fois de la saison en huit Grands Prix David Coulthard (West McLaren-Mercedes) termine deuxième sur le podium

A l'extinction des feux rouges, le départ se passe bien pour Juan-Pablo Montoya, qui prend le meilleur sur Rubens Barrichello et Michael Schumacher. Juste avant la fin du premier tour, pourtant, la BMW WilliamsF1 Team-Michelin du Colombien se fait passer par Rubens Barrichello et se retrouve en sandwich entre les deux Ferrari Au 14e tour, la voiture de sécurité doit intervenir pour permettre aux commissaires de piste de dégager la monoplace de Jacques Villeneuve, en panne le long du bassin d'aviron.

Juan-Pablo Montoya en profite pour effectuer son premier ravitaillement, et reprend la piste en cinquième place, juste devant David Coulthard Alourdie par le plein d'essence, sa voiture ne lui permet plus un rythme aussi soutenu que ses adversaires, et il perd beaucoup de terrain sur Michael Schumacher avant le ravitaillement de ce dernier Dès lors, par contre, le Colombien parvient à lui reprendre une bonne seconde à chaque tour. Il réussit ainsi à revenir à 6.1 secondes du champion du monde. La victoire semble alors envisageable quand survient la rupture brutale de son moteur, au 56e des 70 tours. Nouveau coup du sort pour Juan-Pablo Montoya, qui connaît ainsi sa deuxième rupture de moteur consécutive après celle du Grand Prix de Monaco Ralf Schumacher, sur l'autre BMW WilliamsF1 Team-Michelin, termine de son côté à la 7e place.

Longtemps bloqué derrière la West McLaren Mercedes de Kimi Räikkönen, l'Allemand, lui aussi, a été frapé par la malchance puisqu'il dut stopper deux fois pour ravitailler, le système ayant mal fonctionné et n'ayant pas versé suffisamment de carburant lors de son premier arrêt Derrière cette nouvelle victoire de Michael Schumacher, Michelin place une voiture sur le podium grâce à la deuxième place de la West McLaren Mercedes de David Coulthard, qui termine finalement à une seconde à peine du vainqueur. Kimi Räikkönen, le coéquipier de l'Ecossais, termine à la quatrième place Dernier à marquer des points, Jarno Trulli termine sixième sur sa Mild Seven Renault F1, lui aussi en pneus Michelin. Son coéquipier Jenson Button a abandonné à cinq tours de l'arrivée.

Au total, le manufacturier clermontois place donc trois voitures dans les points Les deux Minardi figurent également à l'arrivée, Mark Webber terminant 11e et Alex Yoong 14e et dernier. Les Jaguar et les Panasonic Toyota ont toutes été contraintes à l'abandon. Du côté des verts, Pedro de la Rosa a abandonné après 29 tours, tandis qu'Eddie Irvine a quitté le classement 12 tours plus tard. Chez les rouge et blanc, Mika Salo a abandonné au 41 tour, tandis qu'Allan McNish n'a pu aller plus loin que le 45e tour

La journée vue par Michelin Pierre Dupasquier (Directeur de la compétition)

Juan Pablo Montoya était à lutte pour la victoire avant son problème moteur. Pour Michelin est-ce décevant?

"Oui bien sur, mais en même temps notre performance pneumatique était tout à fait satisfaisante. En ce qui nous concerne, notre performance est satisfaisante. Dans des conditions difficiles, qui sont celles de Montréal, nous étions suffisamment rapides. Nous sommes venus au Canada avec deux produits qui se sont avérés très compétitifs en course. Nous n'avons pas eu de soucis et n'avons retardé personne, et nous pensons avoir fait un superbe week-end."

Pensez-vous que les pneus de Montoya auraient été assez constants pour lui permettre de défier Michael Schumacher et remporter la victoire?

"De ce que nous avons vu, les pneus de notre adversaire ont souffert de " bullage " ce qui a contraint Michaël à réduire fortement sa cadence en fin de course. Je pense que si Juan Pablo avait pu sans problème défier Michael et certainement le passer - mais c'est la course. De part la nature particulière du circuit, nous pouvons dire que nos pneus ont bien fonctionné ici - peut-être même mieux qu'à Monaco il y a deux semaines, quand nous avons gagné."

Les deux types de pneu Prime et Option ont-ils été utilisés en course?

"Oui. On peut simplement dire que BMW Williamsf1 Team et McLaren-Mercedes n'avaient pas le même type de pneu mais que les deux versions ont été performantes. David Couthard avec McLaren Mercedes a fait un très bon travail et il termine deuxième après être partis de la quatrième ligne. "

Nous avons vu que sur plusieurs voitures les équipes n'ont changé que les pneus arrières?

"Oui c'est exact. Dans la recherche d'équilibre de la voiture, il n'y a pas de raison de changer les avants quand ils vont bien. Quelques voitures ont pu faire toute la course avec les mêmes pneumatiques avant sans souffrir de dégradation. C'est un autre d'aspect de ce week-end qui est très encourageant pour nous."

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series Formula 1
Drivers Juan Pablo Montoya
Teams Ferrari , Mercedes , McLaren , Williams , Minardi