Malaysian GP: Michelin course

Grand Prix de Malaisie Dimanche 17 mars 2002 Doublé Michelin et BMW WilliamsF1 au Grand Prix de Malaisie C'est une course complètement folle, disputée sous une température caniculaire et un soleil de plomb qui a vu la victoire de la ...

Grand Prix de Malaisie Dimanche 17 mars 2002

Doublé Michelin et BMW WilliamsF1 au Grand Prix de Malaisie

C'est une course complètement folle, disputée sous une température caniculaire et un soleil de plomb qui a vu la victoire de la BMW WilliamsF1 de Ralf Schumacher. L'Allemand s'est imposé devant son coéquipier Juan-Pablo Montoya qui a complété un somptueux doublé des pneumatiques Michelin. A la troisième place, Jenson Button a tenté jusqu'au bout de terminer sur le podium, mais il s'est fait passer par Michael Schumacher dans le tout dernier tour de course. Le thermomètre accusait un confortable 34 degrés au moment de démarrer les moteurs.

Par de telles températures, la fiabilité des monoplaces est mise à rude épreuve, et de nombreux abandons furent en effet à déplorer en raison de la fournaise dans laquelle était plongée le circuit de Sepang. Au départ, Juan-Pablo Montoya, de sa place en première ligne, prit un envol magnifique et vint menacer, par l'extérieur, la première place de Michael Schumacher. Les deux voitures se touchèrent, et tous deux perdirent du terrain sur le restant du peloton. Le pilote Ferrari dut stopper pour faire monter un nouvel aileron avant, tandis que Juan-Pablo Montoya, au 10e tour, était contraint par la direction de course à passer par la voie des stands au ralenti.

Du coup, la tête de course revint à la Ferrari de Rubens Barrichello, marquée de près par la BMW WilliamsF1 de Ralf Schumacher. Mais alors que le premier avait opté pour une stratégie à deux ravitaillements, le second n'allait s'arrêter qu'une seule fois. Une tactique qui fit la différence, puisqu'à 20 tours de l'arrivée, après que tout le monde ait complété ses ravitaillements, Ralf Schumacher se retrouva en tête avec une avance respectable (plus de 23 secondes) sur la Ferrari de Rubens Barrichello. Au 40e tour, le Brésilien allait connaitre l'explosion de son moteur et l'abandon immédiat. Il ne fut pas le seul à subir pareil sort.

Plus tôt dans la course, les deux pilotes West McLaren-Mercedes avaient eux aussi abandonné, leurs machines ayant souffert du chaud. Derrière, Juan-Pablo Montoya et Michael Schumacher, les deux pilotes impliqués dans l'accident du premier virage, avaient effectué deux remarquables course-poursuites. Ils terminent finalement à la deuxième et la troisième place. Pour l'écurie Williams, ce doublé prouve la compétitivité de la voiture et des pneus Michelin, qui ont parfaitement fonctionné dans les conditions difficiles du circuit de Sepang. "Ma voiture était tout simplement parfaite", expliqua le vainqueur. "Et les pneus ont vraiment bien fonctionné." Derrière, Jenson Button termine finalement quatrième, après avoir dû céder à Michael Schumacher dans le dernier tour. Un très bon résultat de toute façon pour l'écurie RenaultF1.A

Chez Toyota, les deux monoplaces sont à l'arrivée malgré les conditions difficiles. Allan McNish termine septième et Mika Salo douzième. Parmi les pilotes équipés de pneus Michelin, Pedro de la Rosa finit à la dixième place sur sa Jagua Du côté des abandons, Jarno Trulli se retira au 10e tour sur sa Renault, tandis que David Coulthard rentra à son stand au 16e tour, imité 9 tours plus tard par son coéquipier Kimi Räikkönen.Alex Yoong, le pilote local de l'étape, a abandonné au 30e tour sur sa Minardi, cinq tours plus tôt que son coéquipier Mark Webber. Eddie Irvine, sur l'autre Jaguar, avait abandonné au 31e tou

Pierre Dupasquier, Directeur de la compétition

Premier doublé pour Michelin depuis votre retour en F1 et presque le triplé ? Vous êtes très satisfait ?
"Oui très - de plus les McLaren, du temps où elles ont roulé, étaient parfaitement dans le rythme. Pour ce qui nous concerne, c'est une superbe performance. Nos partenaires BMW Williamsf1 Team et Renault F1 disposaient de machines très compétitives et ont fait un très bon travail."

Etiez-vous confient concernant la tenue des pneumatiques avant la course?
"Oui confient, grâce aux résultats dont nous disposions qui nous montraient que nous n'avions pas de problèmes de fond mais un peu tendu quand même car Sepang est un circuit très difficile en usure. Nos voitures de tête n'ont pas souffert, les rainures sont visibles. Une stratégie en deux arrêts n'aurait pas été plus sécurisante car, dans ce cas, le rythme est beaucoup plus élevé et la vitesse peut coûter cher en usure."

Avec l'accident de départ nous ne savons pas si la stratégie en deux arrêts de Juan Pablo Montoya aurait été plus efficace que celle de Ralf Schumacher.
" L'incident de départ est un accident classique et je ne pense pas que nous puissions retenir une stratégie plus qu'une autre. La théorie montrait que les performances étaient voisines et le résultat aurait probablement été semblable."

Maintenant, êtes-vous prêts à affronter les Ferrari à la régulière ?
"Les Ferrari ont un degré de développement et d'équilibre extraordinaire. C'est un concurrent redoutable. Avec nos partenaires nous nous battons pour le championnat du monde et j'espère bien que nous allons leur donner beaucoup de mal chaque week-end."

Quel enseignement tirez-vous de la Malaisie ?
" Enormément. Nous avons roulé de nouveaux pneus pour la première fois et récupéré énormément de données pour nos futurs développement. Ces précieuses informations vont nous permettent d'ajuster notre choix pour le Brésil."

Est-ce que l'on peut dire que l'ensemble de vos partenaires ont utilisé l'option B (soft)?
"Je pense que l'on peut le dire."

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series Formula 1
Drivers Juan Pablo Montoya
Teams Ferrari , Mercedes , McLaren , Williams , Minardi