Grand Prix d'Europe Michelin course report

Grand Prix d'Europe Dimanche 24 juin 2001 - Course Juan pablo Montoya décroche la deuxième place Le Grand Prix d'Europe s'est conclu sur une nouvelle victoire de Michael Schumacher, sa cinquième de la saison en l'espace de neuf Grands ...

Grand Prix d'Europe
Dimanche 24 juin 2001 - Course

Juan pablo Montoya décroche la deuxième place

Le Grand Prix d'Europe s'est conclu sur une nouvelle victoire de Michael Schumacher, sa cinquième de la saison en l'espace de neuf Grands Prix.

Une victoire que l'Allemand a décroché devant la BMW WilliamsF1 de Juan-Pablo Montoya, deuxième et auteur du meilleur tour en course, avec 1:18.354.

En fait, Michael Schumacher dut passer les 67 tours du Grand Prix d'Europe à se battre contre les Williams, tout d'abord contre son jeune frère Ralf, puis contre le coéquipier de ce dernier, Juan-Pablo Montoya. Au classement final, les deux Williams détiennent les deux meilleurs chronos en course.

Au départ, Ralf Schumacher faillit prendre la tête avant de se voir tassé contre le mur de béton par Michael Schumacher puis le pilote Ferrari se retrouva dès lors sous la pression de son cadet, qui resta dans ses roues jusqu'aux premiers ravitaillements, au 28e tour.

Les deux frères Schumacher stoppèrent exactement en même temps et reprirent la piste dans le même ordre. C'est alors que Ralf Schumacher empiéta sur la ligne blanche séparant la sortie des stands de la trajectoire, une erreur qui ne lui fit pas gagner de temps, mais que les commissaires sportifs sanctionnèrent par une pénalité de 10 secondes.

Après avoir purgé sa pénalité, Ralf Schumacher se retrouva derrière la Ferrari de Rubens Barrichello. David Coulthard, qui ne ravitailla qu'une seule fois, lui passa devant lorsque la Williams observa son second arrêt.

Du coup, Juan-Pablo Montoya détint la seconde place jusqu'à l'arrivée, réduisant progressivement son retard sur Michael Schumacher, mais sans parvenir à le menacer. Il termine deuxième pour la seconde fois de la saison après le Grand Prix d'Espagne.

Chez Jaguar Racing-Michelin, les deux pilotes terminent groupés mais en-dehors des points, en 7e et 8e place.

En fin de course, Eddie Irvine tenta l'impossible pour remonter sur la McLaren de Mika Häkkinen, mais sans parvenir jusque dans ses roues.

Giancarlo Fisichella (Mild Seven Benetton Renault Sport - Michelin) termine 11e, deux places devant son coéquipier Jenson Button. Chez Prost Acer-Michelin, Jean Alesi, auteur d'une belle bagarre avec Kimi Raikkonen, sortit de la route lors du dernier tour, mais il se voit tout de même classé 15e. Luciano Burti, de son côté, termine 12e, confirmant la fiabilité des voitures bleues.

Fernando Alonso (European Minardi - Michelin) se classe 14e, alors que son coéquipier Tarso Marquès fut le premier à abandonner, au 8e tour.

La journée vue par Michelin :

Pierre Dupasquier (Directeur de la Compétition) :

Une course un peu tronquée...Déçu ?

" Non. C'est la beauté des sports mécaniques ! Tellement de choses peuvent se produire durant un Grand Prix : incidents mécaniques, pénalités pour avoir mordu de quelques centimètres la bande blanche.... Notre satisfaction, outre la deuxième place de Juan Pablo Montoya, est de constater que Ralf Schumacher était nettement plus rapide que son frère. Il a klaxonné pendant 15 tours sans, malheureusement, pouvoir passer. Le résultat de la course aurait alors été bien différent. Le meilleur tour en course de Juan Pablo Montoya est également très encourageant. Signalons aussi le résultat exceptionnel d'Eddie Irvine qui a totalement dominé la situation avec une stratégie à un seul arrêt, et la magnifique bataille Jean Alesi - Kimi Raikkonen. Ce week-end est finalement au moins aussi satisfaisant que celui de Montréal. "

L'amélioration des temps réalisés par les Williams après 10 tours était-elle liée au rendement de leurs pneumatiques ?

" Non. Elle était surtout due à l'allègement des monoplaces. "

Nous venons de passer le cap de la mi-saison. Un premier bilan ?

" Deux victoires en neuf courses : nous n'osions pas imaginer un tel résultat avant le premier Grand Prix de la saison. Tous les voyants sont donc au vert. Lorsque l'an prochain, nous reviendrons sur les circuits -que nous connaîtrons forcément mieux- vous allez voir... "

Magny-Cours, dans une semaine. Un Grand Prix à part ?

" Oui, parce qu'il se déroule en France et que la piste nous sera moins inconnue que celles sur lesquelles nous nous sommes rendus depuis le début de la saison. Notre approche, néanmoins, demeurera la même. Les temps réalisés à Magny-Cours lors des derniers essais, à la fin du mois de mai dernier, ont été très compétitifs mais encore une fois tout reste à faire et nous verrons le week-end prochain. "

-Michelin

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series Formula 1
Drivers Juan Pablo Montoya
Teams Ferrari , McLaren , Williams , Benetton , Minardi , Jaguar Racing