GP du Candada Michelin presentation

......... Jusqu'à maintenant, chaque Grand Prix de la saison 2001 a réservé son lot de bonnes surprises à Michelin. A Monaco où la fiabilité des pilotes et des monoplaces est primordiale, les satisfactions...

.........

Jusqu'à maintenant, chaque Grand Prix de la saison 2001 a réservé son lot de bonnes surprises à Michelin. A Monaco où la fiabilité des pilotes et des monoplaces est primordiale, les satisfactions proviennent d'Eddie Irvine, qui assure le premier podium de Jaguar Racing, et de Jean Alesi, qui offre un petit peu de sérénité à l'écurie Prost Acer avec le point de la sixième place.

"Ces résultats permettent de souligner, une fois encore, que chaque course représente une nouvelle étape dans l'apprentissage de la discipline" souligne Pierre Dupasquier "Lorsque l'an passé, nous évoquions la grande difficulté à se hisser, à la régulière, tout en haut de la hiérarchie de la F1, certains de nos interlocuteurs nous taxaient de modestie. Eh bien, la saison se déroule suivant le scénario logique de ce métier !

"Enormément de paramètres conditionnent les résultats, et il n'est pas question de faire d'impasses. Nos partenaires le savent et nos concurrents aussi : il n'y a qu'à voir les déboires à répétition des toutes puissantes McLaren ! Nos combats aux avant-postes montrent clairement que nous proposons des pneus compétitifs assez bien "centrés" sur les différents circuits. Mais, par exemple à Monaco, nous pensions être "un peu" solides et nous étions en fait plutôt limites ! Alors Montréal ? "

L'ambiance de l'Île Notre-Dame
Réputé pour son ambiance chaleureuse, le Grand Prix du Canada se déroule sur le circuit Gilles Villeneuve, situé sur l'Île Notre-Dame. D'une longueur de 4,421 km, ce tracé se caractérise par une succession d'accélérations et de freinages qui rendent le réglage d'une monoplace assez délicat.

"Ici, nous avons de très hautes vitesses, deux épingles "arrêtées", un revêtement usé sans adhérence, des problèmes de motricité et de freinage", énumère Pierre Dupasquier. "Montréal fait partie de ces quelques circuits où il faut trouver de l'adhérence pour disposer d'une bonne motricité, et être suffisamment robuste pour soutenir les contraintes à haute vitesse (327 km/h pour Coulthard en 1999)... C'est un peu Monaco avec la vitesse en plus ! En 1980, la course avait eu lieu en octobre et nous avions eu des flocons de neige. Rendez- vous sur l `Ile Notre Dame le 8 juin, cette fois !"

Cette année, le Grand Prix du Canada ne rentre pas en concurrence de date avec un autre événement majeur pour Michelin : les 24 Heures du Mans. Après son triplé de l'an dernier réalisé avec Audi et sa victoire en catégorie LM GTS avec le Team Viper Oreca, Michelin récupère les faveurs de plus de la moitié du plateau. 6 jours après le Canada, il faudra repartir vers un nouveau week-end éprouvant...

-Michelin

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series Formula 1
Drivers Jean Alesi , Gilles Villeneuve
Teams McLaren , Jaguar Racing