Canadian GP: Qualifications Michelin

Après sa pole-position du dernier Grand Prix de Monaco, Juan-Pablo Montoya a réédité l'exploit à Montréal, signant sa troisième pole de la saison pour l'écurie BMW WilliamsF1 Team-Michelin. Il faisait plutôt frais (à peine 19 degrés)...

Après sa pole-position du dernier Grand Prix de Monaco, Juan-Pablo Montoya a réédité l'exploit à Montréal, signant sa troisième pole de la saison pour l'écurie BMW WilliamsF1 Team-Michelin. Il faisait plutôt frais (à peine 19 degrés) sur l'Ile Notre-Dame, ce qui n'a pas empêcher le Colombien de se montrer le meilleur, alors que son coéquipier Ralf Schumacher se qualifie quatrième.

Contrairement à l'habitude, beaucoup de pilotes, dont les deux représentant du BMW WilliamsF1 Team-Michelin ont pris la piste très tôt au cours de cette séance qualificative.

Au terme de cette première série de tours, c'est Michael Schumacher qui a écrasé la concurrence, avec un chrono plus rapide de plus d'une seconde par rapport au restant du peloton. C'est alors que Juan-Pablo Montoya et Ralf Schumacher ont repris la piste e t ont tous deux battu la Ferrari.

A la mi-séance, le Colombien occupait ainsi la première place, avec près d'une demi-seconde d'avance sur les deux frères Schumacher, Ralf précédant Michael. Douze minutes plus tard, les deux Ferrari se glissaient à la deuxième et la troisième places, avant que Michael Schumacher, lors de sa troisième tentative, se rapproche à moins de deux dixièmes du chrono de Juan-Pablo Montoya.

Assis dans sa monoplace, le Colombien n'a pas sourcillé. Il finit par prendre la piste une dernière fois, à quatre minutes de la fin de la séance, mais c'est alors que quelques gouttes ont commencé à tomber à l'Epingle, mettant ainsi un terme à tout espoir d'amélioration et figeant le classement.

« La voiture était très compétitive et les pneus ont joué un rôle important. Cela risque d’être une course intéressante demain où la stratégie et les pneumatiques sont des facteurs importants. » déclarait-il.

Ralf Schumacher, qui dut prendre la voiture de réserve pour cause de problèmes techniques sur sa monoplace, se classe donc quatrième, derrière les deux Ferrari de Michael Schumacher et Rubens Barrichello. « La voiture de réserve était réglée pour Juan-Pablo et j’ai essayé d’en tirer le meilleur. Je suis confient pour la course de demain aussi parce que je suis sure que Michelin est compétitif sur ce circuit. »

Kimi Räikkönen qualifie la première des deux West McLaren mercedes en cinquième place, alors que le vainqueur du dernier Grand Prix de Monaco, son coéquipier David Coulthard, soit se contenter de la huitième place.

Jarno Trulli, sur la première Mild Seven Renault F1 se classe dixième, . ce qui permet à Michelin de placer cinq voitures dans les dix premiers.. Jenson Button, le coéquipier de Jarno Trulli, se classe 13e, juste . devant la première Jaguar d’Eddie Irvine, 14e Pedro de la Rosa, sur . l’autre Jaguar, se trouve juste derrière sur la grille de départ, en . 16e position .

Les deux Panasonic Toyota ont moins brillé que la veille, Mika Salo devant se contenter du 18e chrono, deux places devant son coéquipier Allan McNish.

Les deux KL Minardi Asiatech ferment la marche, Mark Webber devant Alex Yoong. Jusqu’ici, en huit Grands Prix, l’Australien s’est toujours qualifié devant son coéquipier.

La journée vue par Michelin Pierre Dupasquier (Directeur de la compétition)

Troisième pole position pour Juan-Pablo Montoya et Michelin depuis le début de la saison. C’est encourageant ?

« Oui tout à fait. Cela prouve que le potentiel en performance du package BMW Williamsf1 Team et Michelin est compétitif… on ne fait pas une pole position par hasard. Aujourd’hui nous sommes en mesure de rivaliser avec Ferrari et peut-être de les battre. »

Juan Pablo est le seul à signer un temps en dessous des 1m13s. Qu’en pensez vous ? « Juan Pablo a fait un travail extraordinaire. Ralf Schumacher a été stoppé dans sa progression en changeant de voiture mais je pense qu’il aurait pu également faire un très bon chrono.»

En début de session on commentait beaucoup la température en baisse qui pouvait altérer la performance des pneumatiques Michelin. Que peut-on dire ?

«La même chose que d’habitude. La température n’a rien changé et le résultat est probant car les deux Ferrari étaient vraiment à la bataille. »

Vos deux propositions : le prime (A) et l’option (B). Quel est le meilleur choix ?

« Les phénomènes de sur-température sur les pneus ici à Montréal et le risque de bullage sont tels que les deux versions se recoupent fortement. Pour la course un choix avec faible appui et donc forte vitesse de pointe risque de dégrader les pneus – par contre avec davantage d’appui le pneu pourrait être un peu plus préservé. Nous trouverons les deux types de pneus en course demain. »

Traditionnellement ici c’est une course en un arrêt – quand sera-t-il demain ?

« Avec les modifications de la sortie des stands nous perdons moins de temps, donc ce n’est plus vrai cette année. Deux arrêts est une solution plus qu’envisageable. »

Pronostic météo pour demain ?

« Nous sommes à la frontière de la perturbation. Le risque d’averse demain n’est pas à exclure. »

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series Formula 1
Drivers Eddie Irvine , Jarno Trulli , Jenson Button , Ralf Schumacher , Pedro de la Rosa , Michael Schumacher , Rubens Barrichello , Mark Webber , David Coulthard , Kimi Raikkonen , Allan McNish , Mika Salo
Teams Ferrari , McLaren , Williams , Minardi