Michelin pr?sentation du Monza

Troy Bayliss, Ducati et Michelin leaders du mondial. C'est à 200 kilomètres de l'usine Ducati que les pilotes ont rendez-vous pour la cinquième manche du mondial Superbike dans le Parc Royal de Monza. Vainqueur des 6 premières courses de la...

Troy Bayliss, Ducati et Michelin leaders du mondial.

C'est à 200 kilomètres de l'usine Ducati que les pilotes ont rendez-vous pour la cinquième manche du mondial Superbike dans le Parc Royal de Monza. Vainqueur des 6 premières courses de la saison (ce qui est n record), le Champion du Monde en titre Troy Bayliss (Ducati Infostrada-Michelin) mène actuellement au classement général provisoire avec 174 points. Il précède son principal adversaire de ce début de saison Colin Edwards (Castrol Honda-Michelin) de 24 points alors qu'il reste encore 18 courses. Pour situer l'excellence du niveau de lutte entre les deux hommes, précisons qu'en 8 courses cette année, Edwards est monté 7 fois sur le podium et Bayliss 6 fois. Colin Edwards est le pilote en activité qui totalise le plus de victoires (21) et de podiums (57).

Ruben Xaus (Ducati Infostrada-Michelin) occupe la 6ème place avec 86 points, très proche du 3ème Neil Hodgson (HM Plant Ducati/98 points), du 4ème Ben Bostrom (Ducati/95 points) et à 1 point seulement du 5ème Noriyuki Haga (Playstation 2 Aprilia/87 points).

On notera que les pilotes équipés de pneus Michelin ont gagné toutes les courses depuis Oschersleben l'an dernier (à l'exception des deuxièmes manches d'Imola 2001 et Sugo 2002) soit 12 victoires en 14 courses. Depuis la création du mondial SBK, Michelin a remporté 232 courses sur les 345 disputées, soit environ 2 sur 3.

Les pilotes ne sont pas restés inactifs depuis la dernière manche du mondial SBK disputée au Japon : Edwards a effectué deux jours d'essais à Suzuka après la course de Sugo. Il s'agissait de tester la 1000 VTR SP-2 pour les 8 Heures de Suzuka, mais aussi de nouvelles pièces pour la moto dont il dispose en Championnat du Monde Superbike. Le Texan a amélioré son record personnel en essais de 0.75 seconde, établissant sa meilleure performance en 2'06.54 (Pole des 8 Heures 2001 : 2'08.093 par Ryo sur Suzuki 750 GSX-R et pole MotoGP : 2'04.2 par Valentino Rossi sur Repsol Honda Team-Michelin en avril 2002).

Troy Bayliss a poursuivi l'entretien de sa condition physique : le 1er mai, il a troqué sa Ducati 998 F 02 de 187 chevaux contre un vélo pour participer aux "5 Colli Bolognesi" (5 collines bolognaises). Il fallait parcourir 90 kilomètres avec des pentes inclinées jusqu'à 17% ! L'Australien disposait d'un vélo Ducati Lightspeed obtenu à Las Vegas, son assistance se déplaçant avec classe sur une Ducati ST2 écarlate venue spécialement de Borgo Panigale.

Monza, circuit de tous les records

C'est à Monza qu'ont été établis trois records absolus du Championnat du Monde Superbike, tous circuits confondus. En effet, depuis la création du mondial SBK en 1988 et après 345 courses disputées, voici les meilleures performances établies dans leurs domaines respectifs :

Record du tour : 196,947 km/h par Pierfrancesco Chili (Suzuki Alstare / Monza 2000)

Record des essais : 195,955 km/h par Colin Edwards (Castrol Honda-Michelin / Monza 2000)

Record de la vitesse moyenne d'une course : 194,838 km/h par Pierfrancesco Chili (Suzuki Alstare / Monza 2000). A noter que Pierfrancesco Chili (Ducati NCR) fera son retour à l'occasion de cette manche lombarde après sa fracture de la clavicule à Kyalami.

En Formule 1, la vitesse moyenne de la course la plus rapide de toute l'histoire est de 242,61 km/h, record établi par l'Américain Peter Gethin sur BRM V 12 lors du GP d'Italie à Monza en 1971. Depuis plus de 30 ans, cette performance n'a jamais été battue.

Le circuit de Monza et les pneumatiques

" Monza est un circuit particulier, précise Nicolas Goubert, responsable Michelin Compétition pour la moto. La vitesse y est très élevée en ligne droite et il y a peu de virages à gauche. Nous sommes donc obligés d'avoir des solutions très particulières qu'on utilise uniquement à Monza. La vitesse en ligne droite est de 320 km/h, c'est très exigeant au centre, relativement à droite et peu à gauche. Donc il faut des produits qui se mettent très bien en régime à gauche, qui soient suffisamment résistants pour ne pas avoir de problèmes au centre de l'enveloppe, et pour bien tenir dans la parabolique il faut du grip et de l'endurance à droite. La particularité principale du circuit lombard est que la moto et ses pneus travaillent le plus souvent en position verticale (accélération, vitesse de pointe, freinage). Cette caractéristique est propre à Monza où les machines roulent plus fréquemment en ligne droite qu'en virage, à l'inverse des autres circuits. Schématiquement, un pneu de course conçu pour Monza ressemble plus à un pneu destiné à un usage routier qu'à un pneu de course habituel ! "

Troy Bayliss : " Monza est chouette car c'est en Europe et j'aime être en Europe. C'est bien pour moi de venir ici car les gens s'enthousiasment pour Ducati. J'ai un bon soutien ici et c'est un bel endroit pour gagner. Avoir un bon résultat à Monza est parfait pour moi. "

Colin Edwards : "Monza est un de mes endroits favoris. Ce n'est pas un circuit très compliqué. La Honda semble marcher très bien ici. Mes " racines européennes " ont pris naissance à cinq minutes du circuit. Quand j'étais chez Yamaha, nous étions basés à cinq minutes du circuit de Monza et j'ai passé beaucoup de temps dans la région pendant trois ans. J'y ai rencontré des gens et des amis. C'est une de mes destinations préférées. Courir n'importe où en Italie est toujours bien. "

Ruben Xaus : " C'est un circuit magnifique car très rapide. Je m'y sens un peu comme chez moi en tant que pilote Ducati. Il y a de beaux virages et des freinages superbes à l'approche des chicanes. "

Construit en 1922 (en seulement 100 jours !) à l'instigation de l'Automobile Club de Milan, "l'Autodromo Nazionale di Monza" est situé à 15 km de cette ville. C'est le plus ancien circuit permanent européen toujours en utilisation et le troisième circuit permanent construit dans le Monde, après Brooklands (GB) et Indianapolis (USA). La longueur de sa piste est de 5,772 km. Il existe un anneau de vitesse (actuellement hors d'usage) long de 2,405 km. La capacité totale est de 113 860 spectateurs, dont 44 843 places de tribunes.

Un des plus rapides

Monza est le circuit le plus rapide utilisé pour le championnat du Monde Superbike. Cette piste comprend deux chicanes très lentes : la "Prima variante" et la "Seconda variante", ainsi qu'une longue courbe parabolique à droite nommée "Curva Parabolica". Monza ne possède qu'un seul virage rapide à gauche - la "Curva del Serraglio" - qui suit le double droite de Lesmo. Dans ce gauche, des chutes se produisent parfois à l'occasion du premier tour des essais si les pilotes oublient que la partie gauche de leurs pneus n'est pas encore montée en température.

Chicanes et freinages

Les freinages en entrée des chicanes sont très importants car une partie non négligeable des dépassements s'y produit. Le pneu avant doit donc être performant pour permettre aux pilotes de réaliser de bons freinages. Le pneu avant Michelin de dimensions 12/60-420 amène un progrès indéniable dans ce domaine en amortissant mieux les bosses qui se trouvent dans les zones de freinage.

La parabolique

" Le rôle de la parabolique est souvent très important car c'est fréquemment à cet endroit que se joue la course, d'où des écarts très faibles sur la ligne d'arrivée, explique Jean Hérissé, responsable Michelin Compétition Superbike. En effet le pilote qui sort le mieux de cette parabolique lors du dernier tour est en général vainqueur, même s'il n'est que troisième ou quatrième à l'entrée de cette courbe. "

Adhérence faible

Monza propose un challenge intéressant aux techniciens de l'équipe Michelin Compétition car le niveau d'adhérence de la piste est faible. Son grip est encore plus limité en cas de pluie, essentiellement dans plusieurs virages recouverts par des arbres.

L'intendance

Michelin amène pour cette course italienne un total de 600 pneumatiques pour piste sèche ou humide. Les dimensions sont de 19/67-420 (16,5 pouces) pour l'arrière en slicks, en pneus pluie et en intermédiaires. A l'avant, elles sont de 12/60-420 (16,5 pouces). Il y a un total de 200 pneus avant et de 400 pneus arrière.

Le personnel présent sur place comprend un responsable, deux techniciens, quatre monteurs et un attaché de presse.

Interview : Claudio Domenicali, Managing Directeur de Ducati Corse

Le 3 avril 1988 fut disputée à Donington la première course de l'histoire du Championnat du Monde Superbike. Dès cette inauguration, l'association entre Ducati et Michelin porta ses fruits avec la victoire de Marco Lucchinelli (Ducati 851-Michelin). La suite de cette collaboration fut également couronnée de succès, avec 7 titres mondiaux obtenus grâce à des pilotes dotés d'un talent fantastique :

1990 : Raymond Roche (Ducati 888 / Ducati Corse-Michelin)

1994 : Carl Fogarty (Ducati 916 / Ducati Corse-Michelin)

1995 : Carl Fogarty (Ducati 916 / Ducati Corse-Michelin)

1996 : Troy Corser (Ducati 955 / Promotor-Michelin)

1998 : Carl Fogarty (Ducati 996 / Ducati Performance-Michelin)

1999 : Carl Fogarty (Ducati 996 / Ducati Performance-Michelin)

2001 : Troy Bayliss (Ducati 996R / Ducati Infostrada-Michelin)

Ducati story : En 1926, la famille Ducati associée à d'autres investisseurs bolognais fonde la " Società Radio Brevetti Ducati " spécialisée dans la fabrication de composants pour les appareils de radio.

A la Foire de Milan en 1946 est présenté le " Cucciolo ", un petit moteur auxiliaire pour bicyclette qui connaîtra un grand succès. Vendu initialement en kit, il est ensuite monté sur un cadre fabriqué spécialement par le célèbre avionneur Gianni Caproni (dont le 23 octobre 1934 un hydravion MC 72 motorisé par Fiat vola à 711 km/h).

1954 voit l'arrivée d'un enseignant du "Tecniche" d'Imola : Fabio Taglioni. Cet ingénieur deviendra au cours de ses 40 années passées chez Ducati l'une des légendes de la maison. C'est à lui que l'on doit, entre autres, la fameuse distribution desmodromique.

Les frères Claudio et Gianfranco Castiglioni achètent Ducati en 1983, la firme de Borgo Panigale étant alors intégrée au Groupe Cagiva. L'aventure Superbike commence en 1988, avec Marco Lucchinelli comme pilote de la magnifique 851 conçue par l'ingénieur Massimo Bordi.

Texas Pacific Group, un fond d'investissement américain, rachète Ducati en 1996, puis introduit l'action Ducati Motor Holding au New York Stock Exchange et à la Bourse de Milan le 24 mars 1999. Actuellement, 1000 employés gèrent une production annuelle de 40 000 motos.

Ducati Corse S.r.l. est une filliale à 99% de Ducati Motor Holding S.p.A. En activité depuis 4 ans, elle emploie 100 personnes, dont 30 pour le sport, 60 pour la recherche et le développement ainsi que 10 pour les ventes et le marketing. Les ventes, le marketing et le sponsorship couvrent 65% de ses besoins. Ses objectifs actuels : renouveler le succès de l'an dernier en mondial SBK et développer les nouvelles motos pour les Grands Prix et les Superbikes de 2003. L'an passé, Ducati et Michelin ont gagné ensemble le Championnat du Monde Superbike avec Troy Bayliss, vainqueur des deux manches de Monza 2001 devant Colin Edwards (Castrol Honda-Michelin). La nouvelle Ducati 998 Testastretta dotée d'un alésage de 104 mm et développée par le chef ingénieur Filippo Preziosi a déjà remporté 6 courses cette année avec Troy Bayliss, le leader actuel du mondial.

Claudio Domenicali, pourquoi les Ducati sont-elles plus nombreuses cette année en Championnat du Monde Superbike que les motos des autres marques ?

Notre stratégie est de vendre à nos clients des motos dotées d'un très bon niveau de performance. C'est là le secret de la présence d'autant de Ducati sur les grilles de départ. Il y a trois motos d'usine mais aussi de nombreuses machines privées en raison du haut niveau de performance de ces motos commercialisées directement.

L'arrivée prochaine de Ducati en Grand Prix impliquera-t-elle un effort réduit en mondial Superbike ?

Nous aurons l'an prochain deux teams officiels, un en mondial Superbike et un en Grand Prix. Ces deux équipes seront composées chacune de deux pilotes, ce qui signifie qu'il n'y aura qu'un pilote en moins en Superbike par rapport à aujourd'hui.

La technologie développée par Ducati pour les Grands Prix sera-t-elle utile pour les Ducati de Superbike et de série ?

Le développement que nous effectuons en compétition est transféré sur les motos commercialisées pour nos clients. Pour la nouvelle catégorie Grand Prix, nous travaillons sur un moteur 4 temps de 990 cm3 et tout ce que nous faisons est en relation avec la production en série, même s'il s'agit d'un prototype intégral. Donc beaucoup de la technologie Grand Prix peut avoir un rapport direct avec les motos de série.

Que pensez-vous de la relation entre Ducati et Michelin en ce qui concerne la compétition ?

Nous travaillons avec Michelin depuis très longtemps et avec beaucoup de succès. C'est un très bon partenaire pour nous et nous essaierons absolument d'affronter ensemble les défis du futur. Beaucoup d'autres facteurs entrent en ligne de compte, comme les préférences d'un pilote pour les pneus de tel ou tel manufacturier. Le choix que nous ferons pour l'an prochain dépendra donc aussi de facteurs externes, mais je constate que nos rapports n'ont jamais été aussi bons qu'actuellement. 

- www.michelin.com

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series World Superbike
Drivers Valentino Rossi , Troy Bayliss , Colin Edwards , Noriyuki Haga , Neil Hodgson , Ruben Xaus , Troy Corser , Carl Fogarty , Ben Bostrom