WRC

Catalogne: Michelin compte rendu final

Panizzi, Peugeot et Michelin : Combinaison gagnante sur l'asphalte^Å une fois de plus ! Gilles Panizzi a remporté sa seconde victoire de l'année au terme d'une magnifique démonstration dans les montagnes de Catalogne. Après s'être bâti...

Panizzi, Peugeot et Michelin : Combinaison gagnante sur l'asphalte^Å une fois de plus !

Gilles Panizzi a remporté sa seconde victoire de l'année au terme d'une magnifique démonstration dans les montagnes de Catalogne. Après s'être bâti une confortable avance lors des deux premières étapes de la manche espagnole, vendredi et dimanche, le pilote Peugeot-Michelin a contrôlé la situation en cette dernière journée pour coiffer la couronne de lauriers avec 37,3s d'avance sur son plus proche adversaire, qui n'est autre que son équipier Richard Burns. Les 206 WRC ayant inscrit une nouvelle fois le maximum possible de 16 points, le constructeur français compte désormais 27 unités d'avance au classement du Championnat tandis que le trio composé de Marcus Grönholm (4e en Espagne), Panizzi et Burns monopolise les trois premières places chez les pilotes. La

Citroën-Michelin de Philippe Bugalski (3e) a complété en Catalogne un nouveau podium 100% Michelin. Les pneumatiques français ont également signé leur douzième succès consécutif sur asphalte depuis 1998.

Dès que Gilles Panizzi signa le meilleur temps dans la première épreuve spéciale du Rallye de Catalogne 2002, il ne fit plus aucun doute que le Français allait reprendre les choses où il les avait laissées avec sa victoire au Tour de Corse, deux semaines plus tôt. Après avoir obtenu tous les meilleurs temps (cinq) lors de l'étape d'ouverture, vendredi, la star de Peugeot-Michelin consolida sa position en réalisant trois autres le lendemain. Puis il leva le pied aujourd'hui pour assurer sa cinquième victoire mondiale... la cinquième sur asphalte.

Voilà résumé un week-end entier de compétition sur les routes espagnoles. A la remarquable performance du pilote, il faut ajouter la fiabilité de sa 206 WRC qui a tourné comme une horloge. De leur côté, les gommes Michelin ont confirmé être l'arme absolue dans ce rallye disputé par une forte chaleur et sur des routes très abrasives.

"Je dois dire que les Michelin ont été parfaits ce week-end" a expliqué Panizzi entre deux poignées de mains ou tapes dans le dos après sa victoire. "Ce rallye a été plus facile que le Tour de Corse en ce qui concerne le choix des pneus, parce que la météo est toujours restée la même. Mais la forte chaleur signifie également qu'il faut faire le bon choix pour chaque groupe de spéciales, et je pense que c'est ce que nous avons fait. Je crois n'avoir jamais eu à m'inquiéter au sujet des pneus. J'ai été en totale confiance avec la voiture dès le premier matin, et cela m'a permis d'attaquer sans arrière-pensée pour prendre de l'avance."

Après le fameux triplé corse, Richard Burns, en terminant 2e, a permis à Peugeot-Michelin de marquer seize points - soit le maximum possible - pour la septième fois consécutive sur l'asphalte et la troisième en tout cette année (après la Suède et la Corse). Il occupa le rang de dauphin du début au terme du rallye. Conscient de n'avoir que peu de chances de rivaliser avec son équipier sur ce terrain, il fit preuve d'une grande régularité et parvint à contenir les assauts de Philippe Bugalski et de sa Citroën-Michelin (3e). Mais le plus impressionnant est la rapidité avec laquelle le Champion du monde britannique s'est adapté à la 206 WRC après son départ tardif de chez Subaru, l'hiver dernier.

Au Championnat du monde, le résultat de Peugeot-Michelin donne à l'équipe française un avantage à peine croyable de 27 points en tête du classement Constructeurs. De côté des pilotes, Marcus Grönholm (4e), qui est le seul à avoir marqué des points lors de chaque rallye cette année, emmène un impressionnant triplé provisoire devant Panizzi et Burns. Il y a très, très longtemps que trois pilotes d'une même marque n'avaient monopolisé les trois premières positions.

La première non-206 classée à Lloret de Mar est la Citroën-Michelin de Philippe Bugalski. Celui-ci a gagné une place par rapport à la Corse - où il s'était classé 4e sur une Xsara WRC privée -, évitant ainsi un remake du triplé obtenu par Peugeot sur l'île de Beauté. Après un début hésitant vendredi, l'ancien vainqueur du Catalunya (en 1999) s'est retrouvé de plus en plus en confiance grâce à de fins ajustements de réglages. Il fut une menace jusqu'au bout pour Richard Burns. Avec un retard de 17 secondes samedi soir, tous les espoirs lui étaient encore permis mais il préféra lever le pied et assurer la 3e place après n'avoir pas repris de temps à son adversaire dans les spéciales de dimanche matin, et du fait de l'abandon de son équipier.

Car Sébastien Loeb n'a pas connu la même réussite : il perdit une 4e place quasi-certaine le dernier jour en raison de la rupture d'un triangle survenue dans un tonneau (ES14). En dépit des conditions difficiles, la liste des abandons n'est pas très fournie. Deux autres grands noms avaient disparu prématurément des classements : celui de Tommi Mäkinen (Subaru), son moteur n'ayant pas résisté samedi matin aux dommages subis après une sortie de route la veille en fin d'étape ; et celui de Carlos Sainz (Ford) dont le 155e rallye - un record - se termina par une sortie de route en fin de journée, samedi.

Comme en Corse, le mieux placé des concurrents non-Michelin est Petter Solberg (5e) sur sa Subaru, auquel il fallut à nouveau deux minutes de plus qu'à Panizzi pour parcourir la distance du rallye. De son côté, Colin McRae (Ford) accroche un point au Championnat malgré un doigt en mauvais état suite à la sortie de route subie deux semaines plus tôt lors de la manche française.

Enfin, le Groupe N est revenu à la Mitsubishi-Michelin du Belge Pieter Tsjoen qui s'impose avec près de 12 minutes (!) d'avance, tandis que la deuxième manche du Championnat du monde Junior a été remportée par la Citroën-Michelin de l'Espagnol Daniel Sola.

LE RALLYE SELON MICHELIN:

ENCORE UN QUARTE MICHELIN SUR L'ASPHALTE

- DOUZE SUR DOUZE: Le résultat du jour porte à douze le nombre de victoires consécutives obtenues par Michelin depuis 1998 sur l'asphalte (Sanremo 98, 99, 2000 et 2001 ; Catalunya 99, 2000, 2001 et 2002 ; Corse 99, 2000, 2001 et 2002) avec quatre constructeurs partenaires différents (Mitsubishi, Peugeot, Citroën et Ford). Le sophistiqué Michelin FP pour sol sec s'est imposé pour la première fois au Sanremo 98, et ses évolutions successives demeurent invaincues sur ce type de surface.

- GROUPE PAR GROUPE: Deux seules des quinze épreuves spéciales disputées ce week-end n'ont pas été remportées par un partenaire de Michelin. Plus significatif encore, les concurrents Michelin furent les plus rapides sur sept des huit "groupes de spéciales" grâce à la grande résistance des gommes sur des sections atteignant jusqu'à 56 km cumulés (ES10/11/12). Le seul "groupe de spéciales" qui ait échappé à Michelin est le dernier, alors que les concurrents n'avaient plus de raisons d'attaquer.

- DENOMINATEUR COMMUN: Il est important de ne pas considérer comme identiques l'asphalte corse et l'asphalte catalan, qui lui-même se partage entre les parties très abrasives du sud et celles du nord. D'autre part, alors que le Tour de Corse avait été disputé par des températures fraîches et sur des routes parfois détrempées, le rallye de ce week-end a été couru d'un bout à l'autre par une grande chaleur, avec des températures au sol atteignant jusqu'à 38°C. Le dénominateur commun des deux rallyes est donc la nette domination des produits Michelin.

- JOLI MOIS DE MARS: La performance de Michelin ce week-end vient allonger une fantastique série de victoires conquises par la firme en sports mécaniques internationaux ce mois-ci. Aux deux quartés consécutifs signés lors des rallyes de Corse et de Catalogne, il faut ajouter le doublé de Michelin avec l'équipe BMW WilliamsF1 au Grand Prix de Malaisie de Formule 1 le week-end dernier, et celui obtenu le même jour avec Audi aux 12 Heures de Sebring (USA). Sur deux roues, la Ducati-Michelin de Troy Bayliss a déjà remporté quatre victoires en quatre courses dans le Championnat du monde Superbike 2002, avec deux nouveaux succès ce week-end en Australie !

Prochaine manche : Chypre, 19-21 avril 2002

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series WRC
Drivers Tommi Makinen , Colin McRae , Carlos Sainz , Richard Burns , Gilles Panizzi , Marcus Gronholm , Sébastien Loeb , Philippe Bugalski , Daniel Sola , Troy Bayliss
Teams Williams , Citroën World Rally Team