Sepang Michelin preview (French)

Championnat du Monde Moto, saison 2001, 15e èpreuve Grand Prix de Malaisie, Sepang - 19/20/21 octobre 2001 DANS LA CHALEUR DE SEPANG Il reste deux Grands Prix courir mais le duel pour la toute derniëre couronne 500 de l'histoire s'est ...

Championnat du Monde Moto, saison 2001, 15e èpreuve
Grand Prix de Malaisie, Sepang - 19/20/21 octobre 2001

DANS LA CHALEUR DE SEPANG

Il reste deux Grands Prix courir mais le duel pour la toute derniëre couronne 500 de l'histoire s'est achevè, le week-end dernier, sur le circuit australien de Phillip Island. Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) y a remportè le championnat avec panache. Il a gagnè une course fantastique en terminant avec seulement 0''013 seconde d'avance sur son grand rival Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team-Michelin). Rossi a ainsi offert Michelin son 10e titre d'affilèe en 500 et le 21e titre 500 en 26 annèes de participation. Les dèbuts de Michelin en 500 remontent l'annèe 1975 et le premier titre de la firme est arrivè seulement un an plus tard, avec l'Anglais Barry Sheene (Texaco Heron Suzuki-Michelin).

Cette annèe, la 500 fut un règal. Dominès par Rossi et Biaggi, les Grands Prix ont ètè parmi les plus rapides et les plus disputès des 53 annèes d'existence de ce championnat. Les progrës rèalisès par Michelin avec le dèveloppement constant du pneu arriëre de 16.5 pouces ont permis de faire chuter les temps au tour et de briser les records. En 2001, de nombreuses courses furent plus rapides qu'en 2000, de 25 secondes Suzuka, de 35 secondes Welkom, de 16 secondes au Mans, de 32 secondes Brno et de 42 secondes Estoril.

Ce week-end, le Landerneau des Grands Prix retrouve l'Asie pour la derniëre fois de l'annèe - et pour le dernier de trois Grands Prix èprouvants car organisès sur trois week-ends successifs. Ce parcours du combattant a commencè au Japon il y a deux semaines avant de rallier l'Australie le week-end dernier. La saison se terminera le samedi 3 novembre prochain, Rio de Janeiro.

Ces Grands Prix lointains sont gènèrateurs de stress et de fatigue pour tous. Les pilotes et leurs èquipes travaillent des milliers de kilomëtres de leurs quartiers gènèraux europèens. Il faut supporter les vols long courrier, les dècalages horaires, les changements de climat... Il faut aussi organiser des milliers de tonnes de fret. Ainsi ce ne sont pas moins de 2000 pneus qui sont envoyès par Michelin sur chacun de ces GPs, 1500 par avion et 500 par bateau. Pour chaque circuit, des types de gommes et de carcasses spèciaux sont nècessaires. En tout, le cargo Michelin chacune de ces courses reprèsente environ 12 tonnes.

SEPANG ET LES PILOTES

Sepang, c'est ë LE' circuit du Champion du Monde 2000 Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki- Michelin). L'Amèricain y a gagnè en 1999 et en 2000. L'an dernier, sa victoire s'est míme accompagnèe de la pole et du record du tour en course.

Roberts vise donc la passe de trois ce week-end, mais il sait que ce ne sera pas facile. Sa saison 2001 a ètè èprouvante. Il ne compte pour l'instant qu' un seul podium mais aucune victoire.

"Nous avons connu des problëmes mais nous continuons travailler dur pour ítre compètitifs," annonce Roberts, qui compte 8 victoires en Grand Prix dans sa carriëre, toutes sur Michelin. "J'aime Sepang mais il est vrai qu'on apprècie toujours un circuit o l'on gagne. J'espëre donc continuer y prendre du plaisir ce week-end."

"Nous avons effectuè des essais Sepang avant la saison mais la mètèo ètait capricieuse et il y avait beaucoup d'eau sur la piste. Nous y avions utilisè le Michelin arriëre de 17 pouces tout comme le 16.5. Nous avons donc demandè Michelin de nous fournir ces deux types de pneus ce week-end. Le 16.5 est devenu la monte de rigueur mais je persiste penser que le 17 est un bon pneu et j'aimerai l'essayer Sepang. En plus, cela fera peut-ítre rèflèchir les autres pilotes !"

"Le tracè de Sepang est sympa mais il y fait gènèralement chaud et humide. J'essaye donc de piloter en douceur pour èconomiser les pneus. Avec le 17, il fallait faire attention ne pas trop abuser de la poignèe de gaz. Il fallait aider le pneu tenir. Le 16.5 est plus costaud et devrait donc mieux rèsister. Nous ferons quand míme patiner l'arriëre en sortie de virage, mais avec le 16.5 cela ne semble pas ítre un problëme. C'est quand míme dommage que la pluie, durant nos essais d'intersaison, nous ait empíchè de comparer les deux types de pneus directement."

"Sepang est assez dur pour le pneu avant. C'est la piste la plus large du calendrier. Les trajectoires y sont donc longues et èlargies ce qui fait qu'on passe plus de temps sur l'angle que la normale. Il faudra beaucoup travailler le choix de gomme pendant les sèances d'essais pour ítre prít en course."

Roberts pense que les longs virages de Sepang devraient favoriser sa RGV500. "Notre problëme pendant toute l'annèe tient au lien entre la poignèe de gaz et le moteur. Le rythme est tel maintenant qu'il faut ítre capable de remettre les gaz alors que la moto est encore sur l'angle et que le virage n'est pas terminè. Et notre problëme intervient lorsque nous sommes sur l'angle maxi. J'aimerais bien pouvoir faire patiner l'arriëre pour remettre la moto dans l'axe la sortie de certains virages , et ainsi mieux m'en extraire. Mais, vu la faÁon dont mon moteur dèlivre sa puissance, ce n'est pas possible."

LES PNEUS MICHELIN ET SEPANG

Un tracè rapide, une piste large et une mètèo tropicale, Sepang est un dèfi pour les pilotes, leurs motos et leurs pneus. Pour autant, le circuit donne moins de fil retordre aux ingènieurs Michelin que Shah Alam, le Grand Prix de Malaisie ètait prècèdemment organisè.

"Shah Alam, c'ètait un vrai cauchemar pour les pneus," explique Jacques Morelli, responsable Michelin des Grands Prix. "Le bitume y ètait trës abrasif et le tracè compte un trës long virage qui se nègocie en sixiëme et les pilotes devaient constamment travailler la poignèe de gaz pour contrÙler les dèrives de leur pneu arriëre. Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin) ètait particuliërement impressionnant dans ce virage."

"Il y a aussi des virages rapides Sepang, mais rien de comparable cette courbe de Shah Alam. En plus, le bitume attaque moins les pneus. Bien s r, il fait tout aussi chaud Sepang qu' Shah Alam et les pneus chauffent donc beaucoup. Il nous est possible de tempèrer cette montèe de tempèrature avec le bon choix de gomme. Mais dans de telles circonstances de course, les pilotes doivent quand míme se montrer intelligents. Comme le bitume est moins abrasif, les pneus s'usent moins. Mais une surface plus glissante, c'est plus de patinage et donc des pneus qui chauffent plus, ce qui peut donner une usure plus rapide. Ceux qui patinent trop peuvent user leurs pneus plus vite que prèvu. Le relatif manque d'adhèrence permet de rèduire les problëmes de dribble, qui ne se rèvëlent vraiment que sur des pistes o l'adhèrence est trës forte."

"Le pneu avant souffre ègalement Sepang. Avec une piste aussi large - tel point que les pilotes ne savent pas toujours quelle trajectoire choisir - les motos sont sur l'angle trës tÙt et les pilotes rentrent trës fort dans les virages. Ils sollicitent donc beaucoup l'avant."

C'est Max Biaggi qui a ètè le plus rapide des essais hivernaux Sepang avec un meilleur temps de 2'05''4, environ 1''4 secondes de mieux que le record du tour. Un temps fantastique, obtenu avec le Michelin arriëre de 16.5 pouces.

"Sepang est un bon tracè pour effectuer des essais. C'est une piste bien conÁue, il y fait chaud et les conditions de roulage sont gènèralement stables," ajoute Jacques Morelli. "Ce n'est pas comme Phillip Island, o la variation de tempèrature d'une èpoque de l'annèe l'autre peut aller de 5 40 degrès."

<pre> SEPANG EN CHIFFRES Record du tour Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) 2'06''839 157.466km/h Pole position 2000 Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) 2'06''053 Rècents vainqueurs du Grand Prix de Malaisie 2000 Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) 31'58''102 (15 tours, course interrompue par la pluie) 1999 Kenny Roberts (Suzuki Grand Prix Team-Michelin) 21 laps - 44'56''033 155.573km/h 1998 Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin), course Johor 1997 Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin), course Shah Alam 1996 Luca Cadalora (Kanemoto Honda-Michelin), course Shah Alam

LES PARTENAIRES MICHELIN - Catègorie 500cc (liste provisoire) No. Pilote Nation. Constructeur Team 1 Kenny Roberts USA Suzuki Telefonica Movistar Suzuki 3 Max Biaggi ITA Yamaha Marlboro Yamaha Team 4 Alex Barros BRA Honda West Honda Pons 5 Garry McCoy AUS Yamaha Red Bull Yamaha WCM 6 Norick Abe JPN Yamaha Antena Tre Yamaha d'Antin 7 Carlos Checa SPA Yamaha Marlboro Yamaha Team 8 Chris Walker GBR Honda Shell Advance Honda 9 Leon Haslam GBR Honda Shell Advance Honda 10 Jose Luis Cardoso SPA Yamaha Antena Tre Yamaha diAntin 11 Tohru Ukawa JPN Honda Repsol-YPF Honda Team 12 Haruchika Aoki JPN Honda Arie Molenaar Racing 14 Anthony West AUS Honda Dee Cee Jeans Racing Team 15 Sete Gibernau SPA Suzuki Telefonica Movistar Suzuki 16 Johan Stigefelt SWE Sabre V4 Sabre Sport 17 Jürgen vd Goorbergh NED Proton KR3 Proton Team KR 18 Brendan Clarke AUS Honda Shell Advance Honda 19 Olivier Jacque FRA Yamaha Gauloises Yamaha Tech 3 21 Barry Veneman NED Honda Dee Cee Jeans Racing Team 24 Jason Vincent GBR Pulse Pulse GP 26 Vladimir Catska SVK Paton Paton 28 Alex Criville SPA Honda Repsol-YPF Honda Team 41 Noriyuki Haga JPN Yamaha Red Bull Yamaha WCM 46 Valentino Rossi ITA Honda Nastro Azzurro Honda 56 Shinya Nakano JPN Yamaha Gauloises Yamaha Tech 3 65 Loris Capirossi ITA Honda West Honda Pons

-michelingsport-

Write a comment
Show comments
About this article
Series MOTOGP