Sepang Michelin la course

GRAND PRIX DE MALAISIE, SEPANG La course, dimanche 21 octobre 2001 ROSSI ROI DE LA GLISSE Le nouveau Champion du Monde, tout en glisse, bat Capirossi et McCoy Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) n'avait pas besoin de cette...

GRAND PRIX DE MALAISIE, SEPANG
La course, dimanche 21 octobre 2001

ROSSI ROI DE LA GLISSE
Le nouveau Champion du Monde, tout en glisse, bat Capirossi et McCoy

Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) n'avait pas besoin de cette victoire, sa dixième de la saison. Mais il s'est quand même évertué à remporter ce Grand Prix de Malaisie. Une victoire qu'il s'est offert en grand seigneur, passant la ligne d'arrivée avec un avantage confortable sur Loris Capirossi (West Honda Pons-Michelin) et Garry McCoy (Red Bull Yamaha WCM-Michelin). Pourtant, il y a sept jours, Rossi devenait Champion du Monde 2001 en remportant le GP d'Australie. Personne n'aurait donc été surpris de le voir relâcher un peu la pression ici. Surtout avec les 35 degrés de chaleur et 55% d'humidité qui rendent une 500 encore plus exigeante à piloter à Sepang. Mais un départ raté (il était deuxième sur la grille) n'a rien fait pour le calmer. Il est méthodiquement remonté de la 8e place pour s'adonner à une belle explication entre les leaders du moment, Capirossi et McCoy. C'est juste après la mi-course que Rossi prenait la tête. Il battait alors deux fois le record du tour pour s'assurer cette première place et au dernier tour, il ravit les spectateurs en maîtrisant à merveille sa poignée de gaz pour provoquer quelques sublimes dérives de son Michelin arrière. "Par cette chaleur, la seule façon de piloter c'est en glisse," a affirmé Rossi, qui a utilisé un pneu avant à gomme dure et un arrière à gomme intermédiaire. "Piloter une 500 comme cela est très marrant, j'adore ! Mon premier tour fut un cauchemar parce que j'ai raté une vitesse au départ. Puis je suis revenu sur Loris et Garry. Rouler avec Garry était difficile parce que son style est si différent. Pas facile de l'approcher suffisamment pour le dépasser. Une fois en tête, j'ai bouclé quatre tours à un bon rythme mais la fin de course a quand même été difficile." Pour Jacques Morelli, le responsable Michelin Grand Prix, Rossi vient de faire une de ses plus belles courses. "Il a été très, très rapide et il a vraiment montré à quel point il contrôle sa 500, même si la température élevée facilite la glisse. Je crois qu'il avait très envie de faire le break parce qu'il lui est difficile de rouler avec McCoy à cause de la différence entre leurs styles de pilotage. Ils freinent à des endroits différents, ils prennent des trajectoires différentes et ils ont des vitesses de passage en courbe différentes." L'avance de Rossi étant très rapidement passée à quatre secondes, Capirossi et McCoy se sont livrés à une sévère explication pour la deuxième place tandis que Shinya Nakano (Gauloises Yamaha Tech 3-Michelin) se mêlait à cette bagarre dès qu'il le pouvait. Capirossi a finalement pris l'avantage en signant son meilleur tour dans le dernier tour. C'est à ce moment que Nakano a brièvement volé la troisième place à McCoy, avant de se faire re-doubler. A la fin, les trois hommes se tenaient en 1''5 seconde. "La course fut aussi dure pour nous que pour nos pneus," a expliqué Capirossi, qui était chaussé d'un arrière tendre et d'un avant dur. "Mon pneu arrière a très bien fonctionné jusqu'à la fin et j'ai donc pu faire mon meilleur tour au 21e tour. J'ai monté un pneu arrière tendre et j'ai attaqué fort en début de course lorsque j'étais en tête, mais mon pneu avant était trop dur pour bien fonctionner avec l'arrière. Je suis quand même content de cette 2e place car je suis maintenant à quatre points de Biaggi alors qu'il reste une course." McCoy a eu beau mener à la mi-course, il n'a jamais pu s'échapper. Il a puisé dans son pilotage au maximum, sortant le grand jeu et la grande glisse, mais Capirossi fut le plus fort. "Cela fait du bien de retrouver le podium parce que nous avons eu du mal cette année," a reconnu McCoy, qui a dû louper cinq courses cette saison sur blessure. "Il faut vraiment se battre avec la moto ici et c'est dur dans ces conditions. J'ai essayé une ou deux fois de faire le break mais sans jamais réussir, puis Rossi m'a doublé." C'est le meilleur résultat de Nakano depuis sa 3e place au GP d'Allemagne en juillet. "Je me suis fait complètement bouchonner au premier tour," a-t-il dit. "Au dernier tour j'ai doublé Garry deux fois mais à chaque fois il est revenu. Je suis content de ma course, même si je suis déçu de passer aussi près du podium." Belle course de Tohru Ukawa (Repsol YPF Honda-Michelin), 14e au départ et 5e à l'arrivée. Il devance Alex Crivillé (Repsol YPF Honda-Michelin), Alex Barros (West Honda Pons-Michelin) et Sete Gibernau (Telefonica Movistar Suzuki- Michelin). Plusieurs incidents dans cette course, dont Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team-Michelin) qui a fauché Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) dans les premiers tours tandis que Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D'Antin-Michelin) a chuté en se battant pour la 2e place. Il est reparti pour terminer 13e.

-michelinsport-

Write a comment
Show comments
About this article
Series MOTOGP

Latest photos

Cesar RamosBSSZandvoortCesar Ramos06/07/2014 06:40

Latest videos

Latest headlines

Latest photos

Latest videos