Pr?avis Grand Prix d'Italie Michelin

Championnat du Monde Moto 500, saison 2001, 5e épreuve Grand Prix d'Italie, Mugello - 1/2/3 juin 2001 PRESENTATION CONFRONTATION SUPREME POUR LES TROIS SEIGNEURS ITALIENS Le championnat du monde 2001 va encore gagner en intensité ce ...

Championnat du Monde Moto 500, saison 2001, 5e épreuve

Grand Prix d'Italie, Mugello - 1/2/3 juin 2001

PRESENTATION

CONFRONTATION SUPREME POUR LES TROIS SEIGNEURS ITALIENS

Le championnat du monde 2001 va encore gagner en intensité ce week-end au Mugello. L'Italie va en effet découvrir une catégorie 500 qui bat tous les records. Ceux des quatre premiers Grands Prix de 2001 ont volé en éclat et l'épreuve transalpine ne devrait donc pas déroger à la règle.

Deux hommes sont à l'origine de cette escalade. Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) et Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team-Michelin). Rossi a remporté les trois premières courses, au Japon, en Afrique du Sud et en Espagne. Son avance au classement provisoire est donc confortable. Mais Biaggi a opéré un retour en force spectaculaire il y a deux semaines au Mans. Le duel que vont nous offrir les deux italiens au Mugello n'est à manquer sous aucun prétexte.

Rossi et Biaggi ne sont cependant pas les seuls italiens capables de s'imposer sur leur terre. Loris Capirossi (West Honda Pons-Michelin) est le dernier membre de ce trio de champions latins et c'est d'ailleurs lui qui avait gagné l'an dernier, après avoir lutté pendant toute la course contre Rossi et Biaggi. Le Grand Prix d'Italie 2001 réunit donc tous les ingrédients pour entrer dans les annales et ravir des tifosis qui sont toujours en fureur.

Michelin sera directement impliqué dans cette lutte au sommet. Le manufacturier est partenaire des trois pilotes et n'aura de cesse de leur fournir les meilleurs pneus pour la course. Rossi, Biaggi et Capirossi n'auront d'ailleurs jamais eu des pneus de meilleure qualité au Mugello. Car là-bas comme sur les quatre premiers circuits de cette saison, les progrès en performance devraient être en grande partie attribués aux améliorations constantes apportées à leurs pneus par les ingénieurs Michelin.

LE CIRCUIT

LES PILOTES ET LE MUGELLO

Les trois vedettes italiennes de la 500 devraient monopoliser l'attention ce week-end. Entre Valentino Rossi, Loris Capirossi et Max Biaggi la guerre est déclarée. Ce n'est pas seulement ceux qui seront sur place qui suivront chaque coup d'accélérateur, chaque freinage, chaque dérobade... c'est aussi l'Italie toute entière.

"Mugello est une course de rêve pour les italiens parce que nous sommes là, moi, Loris et Biaggi, à nous défoncer sur nos 500," explique Rossi, qui a chuté l'an dernier alors qu'il venait de prendre la tête en course.  "On attend beaucoup de nous et l'ambiance est vraiment incroyable parce que le public vient si nombreux. Je pense que cette année, ce sera encore plus fort. Tant mieux, j'adore ça ! L'an dernier nous avions vécu une course fantastique. Je venais de dépasser Capirossi et j'essayais d'augmenter le rythme de façon à creuser l'écart et gagner. Mais j'ai chuté - j'attaquais trop!"

Malgré cette approche désinvolte, le nouveau roi de la 500 reconnaît ressentir une grosse pression à courir ainsi devant des légions de fans qui lui sont dévoués. « Si le résultat compte pour toi, ce n'est jamais facile. La pression, on la sent toujours. » Pourtant Rossi aime le tracé du Mugello et y a déjà gagné deux Grands Prix, en 125 en 1997 et en 250 en 1999. Chaque année, ces victoires l'ont ensuite mené au titre suprême, donc une victoire ce week-end serait de bonne augure.

"J'aime le Mugello," confirme Rossi. "Le plus dur est d'y régler la moto. Il est plus difficile de bien régler sa moto au Mugello que sur la plupart des autres circuits du championnat. C'est un circuit très technique, la partie la plus technique étant la chicane Casanova-Savelli et les deux virages à droite Arrabbiata qui la suivent. C'est une section très rapide qui permet de faire la différence du moment que la moto est parfaitement réglée. Il faut beaucoup de grip, surtout à l'avant dans Casanova parce que c'est en descente."

L'an dernier Mick Doohan, le directeur général du HRC, avait analysé que Rossi pilotait toujours sa NSR500 trop comme une 250 - en gardant une vitesse d'entrée en courbe trop importante - ce qui l'avait mené à la chute. Depuis, Rossi a beaucoup travaillé sa maîtrise du pilotage sur la roue arrière parce que le contrôle du pneu arrière est la clef du succès en 500. Avec 190 chevaux, le pilote doit apprendre à contrôler la glisse et même à l'exploiter pour l'aider à mieux sortir des virages. « J'ai beaucoup changé mon style de pilotage, » ajoute Rossi, qui s'entraîne sur une Honda de tout-terrain. « Maintenant j'arrive bien à faire glisser l'arrière. Non seulement c'est important, mais en plus c'est vraiment très amusant ! »

Capirossi a remporté la course au Mugello l'an dernier après les chutes de Rossi et de Biaggi. Il a hâte d'essayer de réussir le doublé. « C'est une course vraiment très importante pour nous trois et plus que jamais, nous voulons tous gagner ! » dit l'Italien. « Pour aller vite au Mugello, il faut vraiment avoir un très bon feeling de l'avant. L'avant compte toujours beaucoup mais au Mugello, c'est encore plus vrai. Il y a beaucoup de virages rapides dans lesquels il faut vraiment rentrer très fort. Je sens bien l'avant de ma NSR avec mes pneus Michelin, donc je suis confiant. »

Biaggi arrive au Mugello après une imposante victoire au Grand Prix de France. Son but est donc de continuer à marquer des gros points pour se rapprocher encore plus du leader du championnat Valentino Rossi et de son dauphin Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D'Antin-Michelin). L'équipe de Biaggi a attribué sa victoire au Mans à un changement de réglages sur la moto et de choix de pneus. L'équipe se concentre maintenant exclusivement sur le pneu arrière Michelin de 16.5 pouces et a aussi opté pour un nouveau pneu avant. « Par le passé Max essayait parfois d'utiliser le 17 pouces, mais nous avons travaillé dur pour augmenter nos possibilités de réglages avec le 16.5 pouces ce qui nous permet d'être plus réactif lorsque nous rencontrons des problèmes pour régler la moto, » explique Hiroya Atsumi, le directeur de l'équipe de Biaggi. « Le pneu avant différent que nous utilisons nous a aussi aidé et nous tenons à remercier Michelin pour son aide. »

C'est à l'occasion de récents essais privés au Mugello que Biaggi a trouvé cette nouvelle configuration gagnante. Il devrait donc être avantagé ce week-end. « Nous avons modifié notre configuration de châssis, ce qui me donne un meilleur feeling sur la moto, » commente Biaggi. « Je me sentais bien lorsque nous avons fait les essais au Mugello à la mi-mai et j'espère que ce sera également le cas pour ce Grand Prix. C'est une course très importante pour moi et j'ai très envie de la gagner. J'y ai gagné trois fois en 250 et j'y ai terminé deux fois deuxième en 500. Maintenant il est temps de faire une place de mieux. »

LA REPONSE MICHELIN

LE MUGELLO ET LES PNEUS

Circuit exigeant par excellence, le Mugello déploie ses courbes dans une vallée toscane très pittoresque. Ce tracé vallonné présente des virages qui sont toujours en dévers. Le challenge y est de taille.

Le circuit italien est apprécié des pilotes parce qu'il est rapide et rythmé, avec des moyennes au tour de 160 km/h et des pointes à 310 km/h sur la principale ligne droite. Mais c'est aussi un circuit extrêmement technique où le travail de réglage de la moto est compliqué par les bosses et les fréquents changements de dénivelé.

"Pour moi, le Mugello est le circuit le plus exigeant pour le pneu avant et il nous faut vraiment cravacher pour trouver le bon compromis de gomme et de carcasse," révèle Jacques Morelli, responsable Michelin sur les Grand Prix. "Les virages en dévers et en descente sont particulièrement durs pour le pneu. Pour freiner et se plonger dans un virage en descente, il faut une carcasse avant plus dure que d'habitude mais les pilotes ont aussi besoin du meilleur grip possible, et donc ils veulent des pneus avant aussi tendres que possible. Si un pilote se trompe dans le choix de son pneu avant au Mugello, il ne peut plus garder une vitesse de passage assez élevée dans les virages en descente et il perd du temps. Nous travaillons donc en étroite collaboration avec les pilotes pour être certains qu'ils disposent du meilleur compromis possible."

"L'an dernier, Capirossi a remporté le GP du Mugello avec un 17 pouces à l'arrière et c'est aussi celui que Rossi avait utilisé. Biaggi était le seul pilote de pointe à utiliser un 16.5 pouces. Mais cette année ce sera différent. Tout le monde devrait utiliser le 16.5 pouces parce que ce pneu permet aux pilotes de garder un rythme plus élevé plus longtemps. Le 17 pouces apporte un comportement plus facile à la moto, surtout en début de course lorsque les réservoirs sont pleins, mais ensuite le 16.5 pouces fonctionne mieux. Et les pilotes qui visent la victoire cherchent toujours la meilleure façon d'aller vite sur la totalité de l'épreuve."

VAINQUEURS RECENTS

MUGELLO EN CHIFFRES

Record du tour

Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin), 1'53''342 (1998)

Pole position 2000

Alex Barros (Honda Pons-Michelin), 1'52''811

Les récents vainqueurs du GP d'Italie

2000 Loris Capirossi (Emerson Honda Pons-Michelin), 44'04''220

1999 Alex Crivillé (Repsol Honda-Michelin), 44'05''522

1998 Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin), 43'55''307

1997 Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin), 44'06''442

1996 Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin), 44'04''252

-Michelin

Write a comment
Show comments
About this article
Series MOTOGP