Pacific GP Michelin race report (francais)

ROSSI A DEUX PAS DU TITRE Biaggi chute, laissant Rossi prendre sa 8e victoire de l'année et à 8 points du titre. C'est une victoire décisive que celle glanée par Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) à Motegi aujourd'hui. Une ...

ROSSI A DEUX PAS DU TITRE

Biaggi chute, laissant Rossi prendre sa 8e victoire de l'année et à 8 points du titre.

C'est une victoire décisive que celle glanée par Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) à Motegi aujourd'hui. Une victoire qui laisse le brillant pilote italien à 8 points de sa première couronne 500. Il faut dire que Rossi a beaucoup profité de la chute de son principal adversaire pour le titre Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team-Michelin). L'homme en rouge était alors juste devant Rossi et en tête de la course. Malgré une chute à très haute vitesse ­ environ 160 km/h ­ Biaggi s'est relevé indemne. Biaggi hors-course, Rossi a dû contenir Alex Barros (West Honda Pons-Michelin), le Brésilien faisant le forcing avant de se résigner à la 2e place. Son coéquipier Loris Capirossi (West Honda Pons-Michelin), en pole pour cette course, a terminé 3e. C'est un fantastique duel pour la victoire qui semblait se profiler jusqu'à la chute de Biaggi. L'Italien avait opté pour un pneu Michelin arrière de 17 pouces tandis que Rossi faisait le choix du 16.5 pouces, nettement plus populaire parmi les pilotes 500. Il aurait été très intéressant de voir comment les deux types de pneus se comportaient en fin de course, même si tous les Grands Prix de l'année ont été remportés par le Michelin de 16.5 pouces. « Je suis certain que, grâce à sa longévité accrue, le 16.5 pouces était le meilleur choix, » avance le responsable Michelin Grand Prix Jacques Morelli. « Mais le 17 est performant en début de course. Max l'apprécie parce qu'il a du mal à piloter avec du dribble et comme le 16.5 pouces donne énormément d'adhérence sur l'angle, il peut parfois provoquer du dribble.. Bien sûr, la chute de Max n'est pas due à un mauvais choix de pneu arrière. Il forçait vraiment pour distancer Rossi et il a perdu l'avant. » Depuis l'avènement du 16.5 pouces en 500, le rythme s'est nettement accéléré. Ainsi, le GP de Suzuka 2001 fut plus rapide que l'édition 2000 de 25 secondes. A Welkom, la différence était de 35 secondes, 16 au Mans, 32 à Brno et 42 à Estoril. Mais cette tendance s'est inversée à Motegi, la piste ayant perdu du grip par rapport à l'an passé. Les 500 y ont été moins rapides de 9 secondes cette année, mais la perte de vitesse est plus flagrante en catégorie 250 (33 secondes) et elle s'est également confirmée en 125. « La piste a perdu du grip, mais personne ne sait vraiment pourquoi, » ajoute Morelli. « Mais la course aurait été plus rapide si Rossi était resté sous pression. Barros savait qu'il risquait la panne d'essence. D'ailleurs, il est tombé en panne pendant le tour d'honneur, juste après l'arrivée. Donc je ne pense pas qu'il était à son maximum. » Peu importe les temps, Rossi était ravi. Cette 8e victoire de l'année (sa 10e en 500) lui donne un gouffre d'avance au championnat : 67 points sur le deuxième Max Biaggi alors qu'il reste les GPs d'Australie, de Malaisie et du Brésil à courir. Pour être titré, il lui suffit de terminer 8e lors d'une de ces courses. « Je savais qu'il me fallait prendre un bon départ parce que Biaggi avait choisi un 17 pouces et il allait essayer de faire le break dans les premiers tours, » a analysé Rossi à l'arrivée. « J'ai pu bien partir et ensuite la qualité de mes pneus m'a permis de rester avec Biaggi. Derrière lui, j'ai pu voir que j'étais plus rapide à certains endroits mais plus lent ailleurs. Dans l'ensemble, nous étions au même niveau. Il est certain que le titre semble maintenant proche mais il est important de rester concentré pour les trois dernières courses. » Barros termine à 2''6 secondes de Rossi. Comme à Valence, lors du dernier GP, il se classe 2e. « J'ai essayé de me rapprocher de Valentino mais j'ai compris que ma seule chance de gagner était de le voir commettre une erreur et cela ne me paraissait pas très probable, » a expliqué le brésilien. « Je n'ai pas pris un très bon départ et je pense que la course aurait été meilleure pour moi et pour les spectateurs si j'avais pu mieux partir. » Capirossi n'était pas déçu de sa troisième place, malgré sa pole position. « C'est une bonne chose après ma chute à Valence et c'est important pour le championnat, » a-t-il rappelé, soulignant ainsi le fait qu'il soit actuellement troisième du classement, à seulement 20 points de Biaggi et avec 16 points d'avance sur Barros. « Je n'ai pas pris un bon départ et ensuite j'ai eu du dribble, mais troisième me va bien. » Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D'Antin-Michelin) termine à quatre secondes de Capirossi et à la quatrième place. Il aura tout tenté pour se rapprocher de Capirossi, mais en vain. La lutte pour la 5e place fut la plus divertissante de la course, Tohru Ukawa (Repsol YPF Honda-Michelin) se mesurant à Shinya Nakano (Gauloises Yamaha Tech 3-Michelin) et Sete Gibernau (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin). C'est Ukawa qui prend cette 5e place devant Nakano tandis que Gibernau est tombé en panne d'essence dans le dernier tour et s'est donc retrouvé relégué à la 9e place, derrière Carlos Checa (Marlboro Yamaha Team-Michelin) et Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin). Si Rossi termine dans les huit premiers dimanche prochain, au GP d'Australie, il offrira à Michelin son dixième titre 500 d'affilée et le 21e depuis 1976. Le mois dernier, Troy Bayliss (Infostrada Ducat-Michelin) a signé le huitième titre Michelin d'affilée en championnat du monde Superbike.

- www.michelinsport.com

Write a comment
Show comments
About this article
Series MOTOGP

Latest headlines

Latest photos

StartEUROF3NorisringStart28/06/2014 04:14

Latest photos

Cesar RamosBSSZandvoortCesar Ramos06/07/2014 06:40

Latest videos

Latest headlines

Latest photos

Latest videos

Latest headlines

Latest photos

Latest videos