Michelin presentation du Motegi GP Pacific

Michelin vise sa 290e victoire en categorie reine. Depuis le dernier GP, à Rio, Valentino Rossi (Repsol Honda Team RC211V-Michelin) est Champion du Monde. En remportant ce titre, le 11ème sacre consécutif pour Michelin en catégorie reine, le...

Michelin vise sa 290e victoire en categorie reine.

Depuis le dernier GP, à Rio, Valentino Rossi (Repsol Honda Team RC211V-Michelin) est Champion du Monde. En remportant ce titre, le 11ème sacre consécutif pour Michelin en catégorie reine, le phénomène italien offre également au manufacturier français sa 22 ème couronne en 27 saisons de participation au plus haut niveau de la compétition moto. Même si ce titre est déjà attribué, il reste du travail aux adversaires de Rossi. Son coéquipier Tohru Ukawa (Repsol Honda Team RC211V-Michelin) est aux prises avec Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team YZR-M1-Michelin) pour la 2ème place du championnat. Quant à la 3ème place, Alex Barros (West Honda Pons NSR500-Michelin), Carlos Checa (Marlboro Yamaha Team YZR-M1-Michelin) et Norick Abe (Antena 3 Yamaha-d'Antin YZR500-Michel in) sont tous trois en mesure de la revendiquer. Seulement neuf points séparent ces pilotes actuellement.

Pour Michelin, 2002 est donc une saison très réussie. En plus du titre de Rossi, Michelin exerce actuellement une domination sans faille sur le championnat avec la pole position, la victoire et le record du tour à chacune des 12 courses déjà disputées. Les pilotes Michelin occupent les 10 premières places du classement provisoire et si Michelin gagne encore ce week-end, il s'agira de la 290ème victoire de la marque en catégorie reine. Le premier pilote Michelin a avoir gagné fut Jack Findlay, vainqueur du T T de L'Ile de Man en 1973 au guidon d'une Suzuki TR500 de 73 chevaux en catégorie 500 cm3 Senior. Depuis, les machines ont certes évolué : la Honda RCV de Rossi est motorisée par un V5 quatre-temps de 220 chevaux ! Et le week-end dernier, Michelin a obtenu un titre de Champion du Monde de plus grâce à Colin Edwards (Castrol Honda SP-2-Michelin) qui a battu Troy Bayliss (Ducati Infostrada 998-Michelin) et ainsi offert à Michelin un 9ème titre en Mondial Superbike. C'est à nouveau un week-end de travail intense qui attend l'équipe Michelin pour ce Grand Prix de Motegi qui se déroule dans une région où la météo est généralement très imprévisible à cette époque de l'année. Mais peu importe les conditions, les pneus Mic helin sont à la hauteur sur piste sèche ou détrempée. A Rio, lors du dernier Grand Prix, le tout nouveau pneu pluie Michelin a fort bien fonctionné pour Rossi, Biaggi et Checa qui utilisaient ce pneu pour la première fois. Au cours d'une superbe remontée de la dernière à la première place, Checa a même signé le meilleur tour en course, un tour seulement 7% plus lent que le record du tour alors que sur le mouillé, la différence se situe généralement entre 12 et 15%. Les huit premiers de cette course étaient des pilotes Michelin et le meilleur des non-Michelin t ermine à 69''9 secondes de Rossi.

DAIJIRO KATO ET MOTEGI

Daijiro Kato (Fortuna Honda Gresini RC211V-Michelin) vise sa première victoire en MotoGP ce week-end. Champion du Monde 250 en titre, le Japonais est toujours très performant au Japon. Il compte donc parmi les favoris du week-end. Kato a démarré la saison 2002, sa première en catégorie reine, au guidon d'une Honda NSR500 deux-temps. Mais depuis le GP de Brno, il a reçu de l'usine Honda une RCV quatre-temps. Il s'est très vite fait à cette machine surpuissante. Dès sa première course à son guidon, il a compr is comment la régler et la piloter au mieux. En trois courses, il a signé le 2ème temps des essais qualificatifs deux fois. Et à Brno, c'est également à cette place qu'il a terminé la course. Sous les déluges d'Estoril et de Rio, Kato n'a pas connu la même réussite. Aussi espère-t-il retrouver des conditions plus clémentes à Motegi.

" A Rio je n'ai vraiment pas eu de chance, " affirme-t-il. " Nos réglages pluie étaient bons et j'étais en confiance sur la moto, mais un autre pilote m'a percuté au premier virage. C'est dommage car je pensais pouvoir bien terminer cette course et ainsi a méliorer ma connaissance de la RCV. Je m'amuse sur cette moto. La différence entre elle et la 500 se sent surtout en fin de course - sur le quatre-temps le pneu arrière glisse davantage. Ce n'est d'ailleurs pas étonnant étant donné que la moto est plus pui ssante de 20 à 30 chevaux. Elle a aussi plus de couple, elle est plus lourde et plus rapide. Mais la glisse est différente sur le quatre-temps car, comme le moteur délivre sa puissance de manière moins agressive, il est plus facile de contrôler les dérives de l'arrière. Au niveau choix de pneu, il y a très peu de différence entre les deux machines. Les pneus sont renforcés en carcasse et un peu plus durs pour le quatre-temps. Je suis très content de travailler avec Patrick (Isacco, l'ingénieur pneumatique d e Kato). Nous collaborons beaucoup pour bien définir le choix des pneus car sur ces motos, il est très important de ne pas se tromper. "

" Dans l'ensemble, je trouve le quatre-temps légèrement plus facile à piloter. La 500 est plus nerveuse et la glisse de l'arrière plus difficile à contrôler avec ce type de moteur. Mais je ne pense pas avoir modifié mon style de pilotage pour le quatre-tem ps. Sur la 500, on peut rentrer un peu plus vite en courbe, les deux motos sont à peu près identiques en milieu de courbe et c'est le quatre-temps qui est le plus rapide en sortie de virage. Dans l'ensemble, la différence n'est donc pas énorme. "

" Je pense être à environ 80 % de mes possibilités sur la RCV. Il me reste encore beaucoup à apprendre sur cette machine, surtout dans ma compréhension de comment tirer le meilleur du pneu arrière en course. Il faut se montrer un peu plus intelligent dans la gestion des pneus sur un quatre-temps afin de pouvoir garder une réserve de grip pour les derniers tours. "

Kato a connu beaucoup de réussite à Motegi. Il y a gagné le GP 250 en 2000 et aurait bien pu recommencer l'an dernier s'il n'avait pas été poussé à la chute par un autre pilote. Pourtant, comme de nombreux autres pilotes, Kato n'apprécie par particulièreme nt ce circuit, construit par Honda pour fêter le 50ème anniversaire de la marque en 1998. " Motegi n'est pas très amusant en pilotage. Ce n'est qu'une succession de freinages et d'accélérations. Je ne suis pas un grand amateur du tracé mais il ne me dérange pas non plus. Il faut vraiment travailler ses sorties de virage car il est très importan t d'avoir une bonne vitesse sur les lignes droites. "

MICHELIN ET MOTEGI

Michelin a dominé les trois GPs 500 disputés à Motegi avec en 1999, 2000 et 2001, la pole position, la victoire et le meilleur tour en course. Michelin entend bien continuer cette année, même si l'équipe Grand Prix n'est pas retournée sur place depuis la c ourse de l'an dernier remportée par Valentino Rossi.

"Nous n'avons pas d'informations plus récentes que celles de l'an dernier, " confirme Emmanuel Fournier, le responsable Michelin Grand Prix. " Donc nous avons prévu d'amener une gamme de pneus plus importante que d'habitude pour être certains que nos pilot es aient les pneus dont ils auront besoin. Nous sommes curieux de savoir si la piste a encore changé cette année car l'an dernier, le niveau de grip était nettement plus bas qu'en 2000. Nous espérons que le revêtement ne s'est pas dégradé davantage. "

L'an dernier, alors que la plupart des courses étaient nettement plus rapides que celles de 2000 (de 20 à 40 secondes), le GP 500 de Motegi fut plus long de 9 secondes. Ce manque de grip s'est aussi fait sentir en catégorie 250 avec un GP plus lent que cel ui de 2000 de 33 secondes.

" Ce n'est pas une piste particulièrement exigeante pour les pneus, même s'il y a beaucoup d'endroits où les pilotes sont en pleine accélération sur les rapports inférieurs, " poursuit Fournier. " Il est donc important de bien choisir son pneu arrière. Il y a aussi quelques entrées de courbe en descente. Le choix pour le pneu avant se porte donc généralement sur une gomme un peu plus dure que d'habitude. C'est une piste qui a été conçue pour la moto mais qui ne plaît pas beaucoup aux pilotes. "

" Les courses au Japon sont toujours importantes. Les usines sont très impliquées et les enjeux pour les pilotes japonais sont grands. Nous sommes très satisfaits de notre première saison de collaboration avec Kato. C'est un très grand pilote, il est intel ligent et fiable. Son équipe étant italienne, lui japonais et nous français, la communication n'est pas toujours simple mais on se débrouille ! " La fin de saison promet d'être très intéressante à suivre, avec la livraison de nouvelles motos quatre-temps à des pilotes qui n'en disposaient pas encore. Ainsi dès ce week-end, le team Honda Pons aura une RCV et Kawasaki fait son grand retour à la catégo rie reine après une absence de deux décennies. Les pilotes Tech 3 Shinya Nakano (Gauloises Yamaha Tech 3 YZR500-Michelin) et Olivier Jacque (Gauloises Yamaha Tech 3 YZR500-Michelin) vont également recevoir le quatre-temps de Yamaha, la M1, dès la course su ivante en Malaisie. Mais même si les deux-temps sont plus que jamais une " espèce menacée ", Michelin continue de travailler pour fournir les meilleurs pneus possibles aux pilotes qui utilisent encore les " vénérables " 500 deux-temps.

" Nos programmes deux et quatre-temps divergent de plus en plus, " révèle Fournier. " Il est évident que nous consacrons nos plus gros moyens aux quatre-temps, qui représentent l'avenir, mais nous n'en avons pas oublié nos pilotes deux-temps pour autant. Le S4 arrière, que nous avions à l'origine conçu pour les quatre-temps, est également très bien adapté aux deux-temps. Mais depuis quelques courses, nous constatons que les pneus travaillent différemment sur chaque type de moto. Ainsi les pilotes 500 peuve nt chausser des gommes plus tendres. "

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series MotoGP
Drivers Max Biaggi , Carlos Checa , Valentino Rossi , Troy Bayliss , Colin Edwards , Alex Barros , Tohru Ukawa , Shinya Nakano , Olivier Jacque , Abe Norick
Teams Repsol Honda Team