Michelin GP d'Espange victoire

L'Italien donne l'impression de jouer avec ses adversaires et réalise le début de saison parfait. C'est la troisième victoire en trois courses pour l'ex Champion du monde 125 et 250 Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin). A Jerez, ...

L'Italien donne l'impression de jouer avec ses adversaires et réalise le début de saison parfait.

C'est la troisième victoire en trois courses pour l'ex Champion du monde 125 et 250 Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin). A Jerez, malgré la concurrence d'un Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D'Antin- Michelin) survolté, Rossi a eu l'air toujours aussi intouchable.

Les deux hommes ont passé la majeure partie des 27 tours ensemble, à se battre pour la victoire. Loris Capirossi (West Honda Pons-Michelin) a bien essayé de les rattraper, mais sans succès. Et lorsque Rossi a décidé d'enfoncer le clou, à sept tours de la fin, il a laissé Abe sur place. Il gagne avec 2''307 secondes d'avance sur son adversaire japonais.

Pourtant, pour Rossi, son 19e Grand Prix 500 n'était pas parfait. « Nous n'avons pas fait un très bon choix de pneus et je me suis méfié en voyant Abe glisser devant moi, » a reconnu le champion italien, auteur de la pole hier. « Je pensais pouvoir signer des tours en 1'43 dès le début mais j'ai dû me contenter de rouler en 44 avec le réservoir plein. Lorsque Abe m'a doublé, je me suis retourné et je n'ai vu personne. Là, j'ai su que ça se jouerait entre lui et moi. Ensuite, je l'ai observé pour comprendre où je pourrai le dépasser. Avec moins d'essence, j'ai pu augmenter le rythme et passer sous les 1'44. »

Sa victoire place Rossi à 31 points d'Abe, qui est deuxième au championnat. Rossi devient également le premier pilote de tous les temps à avoir gagné à Jerez dans les trois catégories (en 1997 en 125 et en 1999 en 250 ­ à chaque fois, il a ensuite été sacré dans la catégorie la même année). Ce pilote de 22 ans possède maintenant une avance telle qu'il peut déjà oser espérer réaliser son rêve : être le premier pilote depuis le Britannique Phil Read dans les années 60 et 70 à être sacré Champion du monde en 125, 250 et 500. « Je ne crois pas que Valentino soit allé aussi vite qu'il aurait pu, » a analysé Jacques Morelli, le responsable des Grands Prix Michelin. « Il a attendu le bon moment pour montrer qu'il pouvait aller vite et c'est ce qu'il a fait en fin de course. La plupart des hommes de pointe avaient choisi les mêmes pneus donc je ne pense pas que ce soit là que Rossi ait fait la différence. »

Abe, qui avait opté pour les mêmes Michelin à gomme intermédiaire que Rossi, s'est montré ravi de sa deuxième place. « J'ai bien piloté au début, » s'est-il félicité. « J'attaquais mais l'avant à commencé à sous-virer par la suite et je ne pouvais donc plus rester avec Valentino. Mais c'est un super résultat pour mon équipe. J'ai vraiment fait attention à ne pas chuter car pour eux, c'est une course très importante. Il reste treize courses. Nous verrons bien s'il est possible de battre Valentino. »

Alex Crivillé (Repsol YPF Honda-Michelin) a pris une superbe troisième place. 12e au premier tour, le héros du public aurait même peut-être pu doubler Abe avec un tour de plus. C'est le premier podium du Champion du monde 500 1999 depuis Assen, en juin dernier. Sa fantastique remontée a dynamité les 126 000 spectateurs en délire, qui n'ont pas manqué de signaler leur dévouement à Crivillé à l'aide de pétards et de fumigènes. «

C'est vraiment bon de retrouver le podium, a expliqué Crivillé, qui est de plus en plus fort après une saison 2000 plus que difficile. « Nous avons eu des problèmes aux essais mais pour la course, nous avons pu trouvé un bon équilibre de réglage. Ce résultat est bon pour tout le monde, Repsol, Honda et moi. J'ai l'impression d'être à nouveau en 1999 ! »

L'attaque de Crivillé a empêché Shinya Nakano (Gauloises Yamaha Tech 3-Michelin) d'obtenir son premier podium en 500, mais le coéquipier d'Olivier Jacque a encore signé une belle performance après s'être élancé de la première ligne pour la troisième fois en trois courses. Nakano termine à 1''3 seconde de la troisième place et 1''8 seconde devant son compatriote Tohru Ukawa (Repsol YPF Honda-Michelin), qui a bien récupéré après une grosse chute hier.

Alex Barros (West Honda Pons-Michelin) a terminé sixième après une bonne course devant le champion en titre Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin), qui signe sa troisième septième place d'affilée. « On en prend plein la gueule pour l'instant, » reconnaissait l'Américain, qui a devancé Loris Capirossi. L'Italien, qui s'était qualifié en deuxième position et était revenu à la troisième place après un mauvais départ, a commis une erreur. Il est sorti de la piste et a rétrogradé à la 11e place

-Michelin

Write a comment
Show comments
About this article
Series MOTOGP

Red zone: what's trending now