Le preview du GP Moto du Japon

Championnat du monde moto 500cc 2001, 1ère épreuve Grand Prix du Japon à Suzuka - 6/7/8 avril 2001 2001 OUVRE SUR LE MYTHE SUZUKA Après un programme d’essais hivernaux intensif, Michelin s’attaque ce week-end à la première course du...

Championnat du monde moto 500cc 2001, 1ère épreuve
Grand Prix du Japon à Suzuka - 6/7/8 avril 2001

2001 OUVRE SUR LE MYTHE SUZUKA
Après un programme d’essais hivernaux intensif, Michelin s’attaque ce week-end à la première course du championnat du monde 500 de la saison 2001.

Les techniciens et les monteurs de Michelin ont parcouru le monde cet hiver. Ils ont travaillé avec la totalité des équipes de pointe de ce championnat 500 pour peaufiner des pneumatiques déjà considérés comme étant les plus performants. Ce dimanche, à Suzuka, les cerisiers en fleurs annonceront l’arrivée du printemps... et l’équipe Michelin saura si les efforts de l’hiver ont porté leurs fruits.

Parmi les circuits qui figurent au calendrier de ce championnat 2001, Suzuka est considéré comme l’un des plus exigeants. C’est donc l’endroit idéal pour ouvrir une saison qui promet d’être l’une des plus palpitantes de l’histoire du sport motocycliste. Comme cela était déjà le cas lors des années précédentes, les pilotes et les écuries de pointe de la discipline font confiance à Michelin pour chacune des 16 épreuves de cette année 2001. C’est donc environ 10 000 pneus qui seront utilisés sur la saison. Après le Japon, la caravane des Grands Prix se rendra en Afrique du Sud, à Welkom, avant de rallier le Vieux Continent. La saison s’achèvera le 3 novembre à Rio de Janeiro.

UN HIVER PRODUCTIF
Pendant l’hiver, le grand public oublie un peu le monde des Grands Prix 500. Mais pour les pilotes et leurs écuries, comme pour les constructeurs et leurs partenaires techniques, il n’y a guère de repos. Le programme d’essai 2000/2001 de Michelin a débuté seulement quelques jours après le sublime dernier Grand Prix de la saison 2000 en Australie. Il s’est achevé à Suzuka (Japon), deux petites semaines avant la course de ce week-end.

Entre temps, les techniciens Michelin sont allés plusieurs fois à Sepang (Malaisie), puis à Jerez (Espagne) avant de se rendre à Suzuka avant et après les fêtes de fin d’année. Les essais officiels ont débuté à Jerez, puis Estoril (Portugal), Valence (Espagne) et Catalunya (Espagne). Entre chacune de ces séances, ils sont rentrés à Clermont-Ferrand pour modifier et adapter les gommes et les profils aux côtés des ingénieurs et des chimistes de la firme. Ce programme de développement a permis d’évaluer environ 2 000 pneus.

Comme l’explique Warren Willing, le directeur technique de l’équipe Telefonica Movistar Suzuki, championne du monde en titre, les pneus sont un élément primordial de l’amélioration des performances. " S’aligner en 500, c’est avant tout comprendre les interactions entre le pilote et sa moto et prendre conscience que toute la performance de la moto passe par ses pneus. Le moteur le plus puissant du monde ne vaut rien si cette puissance n’est pas exploitable. Tout est dans les pneus. Dans la façon dont la suspension les fait travailler, dont le moteur les sollicite, dont le pilote les traite, l’effet de la température de la piste, etcaetera. "

Le programme hivernal de Michelin visait à améliorer le niveau de performance des pneus avant et arrière. Mais comme l’explique Jacques Morelli, Directeur du service Grand Prix 500 Michelin, il n’est pas toujours facile d’améliorer des produits déjà excellents, surtout à l’avant.

" Notre but est d’obtenir un meilleur feedback pour que les pilotes puissent aller vite plus facilement et en prenant moins de risques, " dit-il. " Mais en moto, on ne peut que progresser à petits pas. Le pilote doit toujours savoir exactement où il en est avec son pneu, surtout son pneu avant. Un pneu radicalement différent peut tout changer pour le pilote ? les distances de freinage, l’entrée du virage, tout. Il est très difficile pour un pilote de gérer tous ces changements en même temps. Sans compter que s’il chute, il risque de perdre confiance et il peut alors être très dur de la retrouver. "

" Sur notre dernière génération de pneus avant, nous avons testé plusieurs types de gomme différents ? des gommes plus tendres et plus dures - ainsi que des carcasses et des profils différents, soit pour accroître la vivacité du pneu, soit pour la diminuer. Mais chaque changement reste très léger. Il est plus facile de travailler le pneu arrière car les pilotes gèrent mieux les glisses de l’arrière. Nous sommes contents de voir que les chutes de type " highside " sont de moins en moins fréquentes. Il y a quelques années, les pilotes ne pouvaient pas espérer commettre une erreur et s’en tirer à bon compte. Aujourd’hui, leurs pneus leur procurent un bien meilleur feeling. "

Pour mener à bien ce programme de développement, il faut impérativement que le pilote ait confiance en son ingénieur. L’équipe Michelin est si proche des pilotes avec qui elle travaille que des pneus spéciaux sont parfois fabriqués pour répondre aux attentes d’un seul homme. L’an dernier, par exemple, le style spectaculaire de Garry McCoy (Red Bull Yamaha-WCM) a nécessité des pneus arrière de 16.5 pouces plus tendres que la normale. Michelin a donc fabriqué ces pneus pour ensuite les proposer à tous ses partenaires. L’équité est en effet un principe de base pour Michelin.

Pour rendre son programme hivernal encore plus efficace, Michelin a utilisé des capteurs électroniques insérés à l’intérieur des pneus. Ces capteurs, qui permettent de glaner des données spécifiques sur le fonctionnement d’un pneu, ont déjà été utilisés par Michelin lors de ses activités de développement, qui comprennent aujourd’hui la Formule 1.

LES PNEUS MICHELIN A SUZUKA
Michelin a remporté les sept derniers Grands Prix 500 disputés à Suzuka. Ce week-end, pour la 14e course organisée sur ce circuit, Michelin sera à nouveau la monte favorite du plateau.

Suzuka est le circuit le plus long et l’un des plus mythiques du championnat du monde moto. Son tracé atypique, en forme de huit, comprend un grand nombre de virages, aussi variés que difficiles. Suzuka est un véritable défi lancé aux pilotes, à leur moto ainsi qu’à leurs pneus.

" C’est un vrai circuit " dit Jacques Morelli. " Je crois que la plupart des pilotes l’apprécient. Le tracé en huit en fait un circuit très spécial avec à peu près autant de virages à droite que de courbes à gauche. Les deux côtés du pneu sont donc bien sollicités. Souvent, les circuits plus récents n’offrent pas du tout le même nombre de virages à droite et à gauche et cela peut poser problème car les deux côtés du pneu travaillent alors très différemment. "

" A Suzuka, la gamme de pneus qui fonctionne bien est plus large que pour d’autres circuits. Ces dernières années, nous avons vu des pilotes gagner avec des pneus tendres et aussi avec des pneus plus durs. C’est vraiment un super circuit pour les pilotes. Il est rapide, exigeant et très amusant. En plus, le tracé semble favoriser les courses en paquet. Nous avons assisté à de superbes courses à Suzuka et je crois que celle de cette année sera tout aussi disputée. Notre seule inquiétude porte sur le temps. Généralement, il pleut pendant le week-end. Cela ne facilite les choses pour personne et cela force les gens à prendre des risques en matière de choix de pneus et de réglages. Je préfèrerais que le Grand Prix s’y déroule plus tard dans la saison. "

L’an dernier, la course fut sublime avec, en toile de fond, un duel entre les utilisateurs de Michelin arrière de 16.5 pouces et ceux qui ont préféré les 17 pouces. Norick Abe (Antena Tre Yamaha-D’Antin-Michelin) s’est imposé avec le 16.5 tandis que Kenny Roberts (Suzuki Grand Prix Team-Michelin) a terminé troisième sur le 17. Cette année, on s’attend à ce que la plupart des pilotes optent pour les 16.5. Cette dimension a gagné en popularité au fil de la saison 2000. En fin d’année, tous les pilotes de pointe préféraient le 16.5. Il offre une plus grande surface de contact au sol sur l’angle, ce qui lui permet de moins chauffer et de moins s’user.

" Nous avons des nouveaux 16.5 pouces qui semblent bien fonctionner," précise Morelli. " Mais nous n’avons changé que la gomme et la carcasse, les pneus ne sont pas très différents de ceux de l’an dernier. Nous savons que, sur certains circuits et pour certains pilotes, la plus grande adhérence du 16.5 peut provoquer des vibrations à l’avant. Pour des circuits comme Jerez ou le Sachsenring, le 17 devrait donc continuer à être demandé. Mais en règle générale, le 16.5 garde un niveau d’adhérence plus important sur la totalité de la course et c’est ce que veulent les pilotes. "

Cet hiver, des travaux ont légèrement amélioré la sécurité du tracé de Suzuka. Il en résulte des temps un peu plus rapides. " L’entrée et la sortie des esses ont été modifiées " ajoute Morelli. " L’entrée paraît plus facile et le bitume n’est plus bombé dans le dernier virage à droite. "

LES PILOTES ET LA PISTE
C’est la première course de l’année pour une catégorie 500 toujours plus disputée. Il est donc presque impossible d’établir un pronostique pour la course de dimanche.

Aucun pilote n’a dominé pendant les essais hivernaux. Lors des derniers essais à Suzuka, les dix meilleurs se tenaient en une seconde. L’homme le plus rapide au terme de ces trois journées d’essais fut Tohru Ukawa (Repsol YPF Honda-Michelin) en 2’05’’729. Bien que novice en 500, Ukawa connaît le circuit comme sa poche pour y avoir remporté à trois reprises l’épreuve des 8 Heures de Suzuka. Ukawa tient cependant à ne pas se surestimer pour sa première course en 500.

" Pour gagner en 500, il faut être capable de garder un rythme élevé tour après tour, " reconnaît-il. " Pour signer ce temps durant les essais, j’ai utilisé des pneus assez tendres. Bien sûr, j’étais ravi d’avoir le meilleur temps. Mais je garde bien les pieds sur terre. J’ai tout à apprendre en 500 et c’est sur ça que je tiens à rester concentré... même si je suis très impatient de courir à Suzuka ! "

Carlos Checa (Marlboro Yamaha Team-Michelin) s’est offert le deuxième temps de ces essais. L’Espagnol entame sa troisième saison dans la même équipe et se sent fort. " Je suis nettement plus à l’aise que je ne l’étais à la même période l’année dernière " avoue-t-il. " Pendant nos essais cet hiver, nous avons réussi à régler la moto rapidement ce qui nous a laissé plus de temps pour effectuer des tests d’endurance avec les pneus. Je suis content car, à chaque fois que nous avons rencontré un problème ces dernières semaines, nous avons été en mesure de le résoudre très vite. Je crois que nous sommes prêts, pour cette course comme pour le championnat. "

Les sept pilotes suivants, Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin), Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team-Michelin), Alex Barros (West Honda Pons-Michelin), Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D’Antin-Michelin), Loris Capirossi (West Honda Pons-Michelin), Noriyuki Haga (Red Bull Yamaha WCM-Michelin) et Shinya Nakano (Gauloises Tech 3 Yamaha-Michelin) , se tiennent tous en une demi-seconde. Le champion du monde en titre Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) n’a pas eu autant de réussite cet hiver. Il s’est démené pour assurer le développement du nouveau moteur de sa RGV. Il était à plus d’une seconde des temps mais il faut s’attendre à le voir plus proche des meilleurs dès les premiers essais de ce Grand Prix du Japon.

<pre> Suzuka en chiffes

Record du tour Max Biaggi (Marlboro Kanemoto Honda-Michelin) 2’06’’746s (1998)

Pole position 2000 Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) 2’08’’304s

Les derniers vainqueurs du GP du Japon. 2000 Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D’Antin-Michelin), 45m 16.657s 1999 Kenny Roberts (Suzuki Grand Prix Team-Michelin), à Motegi. 1998 Max Biaggi (Marlboro Kanemoto Honda-Michelin), 44m 59.478s 1997 Mick Doohan (Repsol Honda-Michelin), 45m 11.995s 1996 Norick Abe (Marlboro Team Roberts Yamaha-Michelin), 45m 34.590s

Partenaires Michelin

1 Telefonica Movistar Suzuki K. Roberts 15 Telefonica Movistar Suzuki S. Gibernau 3 Marlboro Yamaha Team M. Biaggi 7 Marlboro Yamaha Team C. Checa 5 Red Bull Yamaha WCM G. McCoy 41 Red Bull Yamaha WCM N. Haga 19 Gauloises Yamaha TECH3 O. Jacque 56 Gauloises Yamaha TECH3 S. Nakano 6 Antena Tre Yamaha d’ Antin N. Abe 10 Antena Tre Yamaha d’ Antin J.L Cardoso 28 Repsol YPF Honda Team A. Crivillé 11 Repsol YPF Honda Team T. Ukawa 46 Nastro Azzuro Honda V. Rossi 4 West Honda Pons A. Barros 65 West Honda Pons L. Capirossi 8 Shell Advance Racing Honda C. Walker 9 Shell Advance Racing Honda L. Haslam

Teams privés : 17 Proton Team KR J. vd Goorbergh 12 Arie Molenaar Racing H. Aoki 68 Pulse GP M. Willis 24 Pulse GP J. Vincent 14 Dee Cee Jeans Racing Team M. Payten 21 Dee Cee Jeans Racing Team B. Veneman 16 Sabre Sport J. Stigefelt

-Michelin

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series MotoGP
Drivers Max Biaggi , Carlos Checa , Garry McCoy , Valentino Rossi , Alex Barros , Tohru Ukawa , Shinya Nakano , Kenny Roberts , Noriyuki Haga , Mick Doohan , Abe Norick