GP de Catalogne Michelin course

ROSSI IMBATTABLE EN ESPAGNE L'Italien s'installe à nouveau fermement aux commandes du championnat. Il y a deux semaines, sous la pluie du Mugello, Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) avait chuté. Mais aujourd'hui à Catalunya,...

ROSSI IMBATTABLE EN ESPAGNE

L'Italien s'installe à nouveau fermement aux commandes du championnat.

Il y a deux semaines, sous la pluie du Mugello, Valentino Rossi (Nastro Azzurro Honda-Michelin) avait chuté. Mais aujourd'hui à Catalunya, c'est en vrai champion du monde à venir qu'il a inscrit sa quatrième victoire de la saison.

L'Italien avait pourtant chuté aux essais et même en début de course, le sort semblait s'acharner contre lui. Un premier virage raté et Rossi se retrouvait englué dans le fond du paquet. C'est pourtant en vainqueur qu'il traversait la ligne d'arrivée tandis que ses compatriotes Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team-Michelin) et Loris Capirossi (West Honda Pons-Michelin) complétaient un podium 100% italien, les trois hommes séparés par seulement 3''216 secondes.

Ce Grand Prix fut superbe de suspense avec des bagarres à tous les échelons. Malgré sa quatrième pole de la saison, Rossi s'est fait prendre de vitesse dans la course au premier virage. Là, il dû élargir hors-trajectoire et se retrouvait donc 12e à la fin du premier tour. Mais sa remontée fut aussi rapide que spectaculaire. Implacable, il entreprit de doubler un à deux pilotes par tour et dès le sixième tour, Rossi était déjà troisième derrière Sete Gibernau (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) et Capirossi. En parfait gestionnaire de course, Rossi a alors marqué une pause. Mais sa moto et ses pneus lui donnaient une telle confiance ­ il avait opté pour un Michelin avant à gomme intermédiaire et un 16.5 pouces arrière à gomme dure ­ qu'il ne tardait pas à s'emparer du leadership avant de contrôler le reste de l'épreuve à merveille.

"J'ai pris un mauvais départ et ce premier virage fut un cauchemar," a raconté Rossi, qui compte maintenant 26 points d'avance sur Biaggi au championnat. « Gibernau a élargit sur Crivillé et Crivillé sur moi. Après la course fut vraiment excitante. Je crois que j'étais 15e au premier virage mais après j'ai pu trouver un bon rythme grâce à la qualité de mes pneus et de mes réglages. Les temps étaient plutôt lents, mais le vent soufflait très fort et cela a joué. J'ai attendu un peu derrière Gibernau mais tout semblait fonctionner alors j'ai décidé de continuer à attaquer ­ et ce jusqu'au dernier tour. Après ma chute au Mugello, signer un bon résultat ici était vraiment très important pour moi."

Tout comme Rossi, Jacques Morelli, le responsable des Grands Prix Michelin, était inquiet à cause du vent. "La course aurait été plus rapide si les conditions avaient été meilleures," a-t-il expliqué. "Le vent gêne les pilotes mais en plus, il amène de la poussière sur la piste ce qui fait baisser le niveau d'adhérence et use les pneus plus rapidement. La poussière est abrasive et sur la gomme, elle a le même effet que du papier de verre."

Biaggi est resté bloqué dans le paquet plus longtemps que Rossi et s'est avoué très heureux de prendre la deuxième place. Vainqueur en France, deuxième en Italie, c'est Biaggi qui a marqué le plus de points sur les trois derniers Grands Prix.

"Je savais que le choix des pneus serait très important ici et hier soir, je pensais encore dans mon lit à quels pneus il valait mieux utiliser," a avoué Biaggi, qui a finalement pris le même pneu avant que Rossi mais un pneu arrière un poil plus tendre. "Le pneu que nous avons utilisé au warm-up ne me convenait pas, donc j'ai choisi un pneu un peu plus dur pour la course. Et quelle course ! J'ai pris un mauvais départ et au premier tour, c'était la mêlée générale. Plus tard je me suis bien battu pour la deuxième place contre Capirossi et ensuite j'ai vraiment forcé dans les cinq derniers tours pour essayer de revenir sur Rossi. Mais son avance ne baissant pas, j'ai préféré assurer la deuxième place."

Troisième aux essais, Capirossi termine à la même place en course et prend de ce fait la troisième place du provisoire. "J'ai perdu quelques points aujourd'hui mais les courses à venir sont très ouvertes," a dit Capirossi, qui a utilisé les mêmes Michelin que Rossi.

Sur les derniers tours, Capirossi est tombé sous la menace de plusieurs pilotes, dont Shinya Nakano (Gauloises Yamaha Tech 3-Michelin), qui termine à seulement 0''041 seconde de son premier podium en 500. Après un passage à vide en milieu de course, Nakano est bien revenu et a même pu dépasser Gibernau, qui signe là son meilleur résultat de l'année.

"Nakano était intéressant à suivre," a ajouté Morelli. "Il commence à apprendre la 500 et a changé son style vers la fin de course de façon à solliciter une partie moins usée de ses pneus. C'est ce qu'il faut faire en 500. Tous les bons s'adaptent en fonction de l'usure de leurs pneus et de la contenance de leurs réservoirs."

Norick Abe (Antena 3 Yamaha-D'Antin-Michelin) termine sixième, juste devant Tohru Ukawa (Repsol YPF Honda-Michelin). Carlos Checa (Marlboro Yamaha Team-Michelin) et Alex Crivillé (Repsol YPF Honda-Michelin) n'ont pas vécu une course facile. Checa a composé avec du dribble et se classe 8e tandis que Crivillé est 11e. Kenny Roberts (Telefonica Movistar Suzuki-Michelin) et Alex Barros (West Honda Pons-Michelin) ont chuté mais son indemnes.

-Michelin

Write a comment
Show comments
About this article
Series MOTOGP