Czech GP: Michelin pr?avis

C'EST LA RENTREE Ce week-end, après quatre semaines de vacances bien méritées, le Championnat du Monde repart sur les chapeaux de roues avec le Grand Prix de Brno. La saison 2002, marquée par l'arrivée d'un nouveau type de machine, a été...

C'EST LA RENTREE

Ce week-end, après quatre semaines de vacances bien méritées, le Championnat du Monde repart sur les chapeaux de roues avec le Grand Prix de Brno. La saison 2002, marquée par l'arrivée d'un nouveau type de machine, a été particulièrement éprouvante pour la plupart des équipes jusqu'à maintenant. Comme le développement de ces 990 cm3 quatre-temps commence à peine, les équipes et les pilotes concernés sont fatigués par les nombreux kilomètres accumulés en séances d'essais et de mise au point.

Les quatre-temps ont pour l'instant tout gagné. Des neuf courses disputées, le Champion en titre - également vainqueur du GP de Brno 2001- Valentino Rossi (Repsol Honda Team RC211V-Michelin) en a remporté huit. C'est son coéquipier Tohru Ukawa (Repsol Honda Team RC211V-Michelin) qui a signé la seule autre victoire de la saison. Pour les pilotes des " anciennes " 500 deux-temps, il n'y a eu que quelques brefs instants de gloire. En Allemagne, le mois dernier, Olivier Jacque (Gauloises Yamaha Tech 3 YZR500-Michelin) a signé la seule pole 500 de l'année. Le Français aurait d'ailleurs bien pu gagner la course s'il n'avait pas été percuté par un autre pilote alors qu'il était en tête. Mais à Brno, un tracé qui convient très bien aux quatre-temps, il est très peu probable de revoir les 500 à pareille fête.

Deux ou quatre-temps, peu importe pour Michelin. Le manufacturier français domine quelque soit le cycle moteur. Les pilotes Michelin se sont ainsi appropriés la pole, le record du tour ainsi que la victoire à chacune des neuf courses déjà courues en 2002. Les huit premiers pilotes au championnat sont des partenaires Michelin. Quant au palmarès Michelin à Brno, il est sans appel avec six victoires en catégorie reine sur les six derniers Grands Prix.

Après Brno, il reste une course en Europe avant d'entamer une tournée de cinq semaines avec des escales au Brésil, au Japon, en Malaisie et en Australie puis un retour sur le Vieux Continent pour terminer la saison avec le GP de Valence, le 3 novembre.

LES PILOTES ET BRNO

Brno n'a pas toujours réussi à Max Biaggi (Marlboro Yamaha Team YZR-M1-Michelin). Si l'Italien y a quand même remporté six GP, dont les GP 500 de 1998 et de 2000, l'an dernier il a chuté en course, un incident qui a sérieusement compromis ses chances d'être champion.

Mais Biaggi est actuellement en forme. Sa Yamaha M1 quatre-temps n'a cessé de progresser et il peut tout à fait viser la victoire. Si l'ex-Champion du Monde 250 ne peut plus vraiment prétendre au titre, il a très envie de montrer qu'il reste capable de gagner des courses.

Si Biaggi s'est toujours montré performant à Brno, c'est que le tracé convient parfaitement à son style de pilotage tout en finesse. Cette piste est plus large que la plupart des circuits de GPs et elle lui permet de signer des trajectoires parfaites tour après tour. Brno est un circuit vallonné avec de nombreux virages en descente et en dévers qui requièrent une parfaite maîtrise de l'avant de la moto. Or Biaggi excelle dans ce domaine.

" Brno est très large, " confirme-t-il. " On peut donc utiliser plusieurs trajectoires et c'est au pilote de décider laquelle est la meilleure en fonction de la situation. C'est donc une piste très intéressante au niveau pilotage. Mais les réglages de la moto comptent aussi énormément. C'est vrai partout, mais ici il faut vraiment choisir le bon type de pneu avant. Avec tous ces virages en dévers, un bon niveau de grip sur l'avant est primordial en course. "

L'an dernier, un mois avant le GP de Brno, Biaggi avait participé à une séance d'essais sur le circuit tchèque en compagnie de son coéquipier Carlos Checa (Marlboro Yamaha Team YZR-M1-Michelin), qui avait explosé le record du tour au guidon du proto de la M1. Face à cette performance, on pouvait déjà imaginer que les quatre-temps domineraient dès leur arrivée en Grands Prix même si, lors du GP 2001, Biaggi et Rossi qui pilotaient encore des 500 avaient égalé le temps de Checa. Le temps total de course en 2001 était ainsi de 30 secondes inférieur à celui de l'édition précédente ! Ces performances étaient en grande partie dues à la qualité du pneu Michelin arrière de 16,5 pouces.

Cette année, Biaggi a pu utiliser des pneus plus tendres que les autres pilotes quatre-temps parce que son pilotage, tout comme la YZR-M1, ne sollicite pas beaucoup les pneus. " Max a un style très coulé et avec la M1, on peut utiliser des pneus plus tendres que sur les autres quatre-temps parce que la Yamaha fait moins chauffer les pneus, " explique Daniel Croispine, le technicien Michelin de Biaggi. " Ce choix de pneus peut se révéler avantageux, surtout en début de course. Comme en plus le moteur n'est pas très agressif avec les pneus, Max n'a jamais de problème de longévité des pneus. Il adore ce circuit. Comme ses trajectoires sont d'une grande pureté et que Brno est un circuit large et rapide, il s'y sent très bien. "

Rossi, le grand rival de Biaggi, aime aussi ce circuit. Il y a remporté une victoire décisive l'an dernier après que Biaggi, alors juste devant lui, ait chuté. " Il roulait vraiment très fort, " se souvient Rossi. " Je me disais des trucs comme " il sera peut-être possible de le doubler ici au dernier tour " ou " je suis plus rapide ici mais plus lent là ". Quant il a chuté j'ai dû modifier ma stratégie de course. Je considère ce GP comme le sommet de ma carrière car sur le plan psychologique, la situation était incroyablement tendue avant cette course. "

" Nous avons testé à Brno en juin et cela devrait nous aider pour cette course puisque nous avons déjà des réglages de base. Pendant cette séance, nous avions essayé des nouvelles pièces de suspension ainsi que plusieurs pneus Michelin. Nous cherchions à améliorer la motricité ainsi que le grip sur l'angle. Mais depuis ces essais, j'estime que nous avons beaucoup progressé. Nous pouvons espérer réaliser une bonne course ici. "

MICHELIN ET BRNO

Brno est l'un des circuits de Grands Prix les plus rapides. Une piste exigeante mais aussi enivrante pour les pilotes. Ici, le choix du pneu avant est peut-être plus important que celui du pneu arrière. Une exception qui s'explique très facilement puisque le tracé de Brno serpente le long de collines boisées. Il compte donc de nombreuses entrées de virages en dévers qui sont très difficiles à bien négocier. En plus, la piste est bosselée et peut donc induire du dribble si les pilotes n'ont pas suffisamment bien travaillé avec leurs ingénieurs châssis, suspension et pneumatique.

" Brno est très bosselé parce que le revêtement est assez vieux et qu'en plus des courses de camions y sont organisées, " explique Emmanuel Fournier, le responsable Michelin Grand Prix. " Comme ce revêtement n'est pas très abrasif, au niveau gomme les pneus ne sont pas soumis à très rude épreuve. En plus, le tracé est très équilibré avec presque autant de virages à gauche (six) que de droite (huit). Il n'y a pas de virages serrés ou d'épingles. "

" Le choix du pneu avant est très important. La plupart des pilotes gardent le même type de pneu avant quelque soit la piste et ne changent que la gomme. C'est une question de mental. Un pilote a en effet besoin de se sentir en confiance au niveau de son pneu avant et donc de le connaître. Mais nous avons un nouveau pneu avant, avec une carcasse étudiée pour maximiser le feeling, et nos pilotes l'apprécient. Le feeling compte énormément, surtout en ce qui concerne le pneu avant, parce que plus un pilote sent bien son pneu, plus il est en confiance et donc plus il sera capable d'aller aux limites d'adhérence du pneu. "

" Nous avons déjà effectué deux séances d'essais à Brno avec les quatre-temps - avec Yamaha en juillet et avec Honda en juin. Mais notre pneu arrière a beaucoup changé depuis l'été dernier. Je crois que nous avions utilisé un S2 pour la séance de juillet 2001 mais depuis, nous avons adopté le S4, que nous avons utilisé pour la première fois en novembre dernier avec le HRC à Jerez. D'entrée, le S4 a affiché un très bon niveau de motricité et depuis, nous l'avons beaucoup amélioré au niveau du grip sur l'angle. Mais depuis nos essais de juin, nos pneus n'ont pas vraiment changé. "

Avec ses bosses et ses virages en dévers, la piste de Brno a tendance à causer du dribble - une vibration haute-fréquence - parce que les pilotes chargent beaucoup les pneus alors qu'ils sont très fortement sur l'angle. Plus un pilote prend de l'angle, moins la suspension de sa moto est efficace et donc, plus ses pneus et son châssis doivent prendre le relais pour absorber les bosses.

" Question dribble, Brno est l'un des pires circuits qui soient, " ajoute Fournier. " Mais avec le S4, nous n'avons pas encore rencontré de gros problèmes de dribble. Pour éliminer le dribble, il ne faut pas uniquement se concentrer sur les pneus puisque ce phénomène naît de l'interaction de trois ressorts différents - le châssis, la suspension et les pneus. Il faut donc travailler ces trois secteurs pour réduire l'effet de dribble. "

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series MotoGP
Drivers Max Biaggi , Carlos Checa , Valentino Rossi , Tohru Ukawa , Olivier Jacque
Teams Repsol Honda Team