GP de Monaco rapport preliminaire de Michelin

"Nous n'avons pas de commentaires à faire sur le Grand Prix d'Autriche du week-end passé, si ce n'est l'étonnante performance de Juan Pablo Montoya (BMW WilliamsF1 Team - Michelin), qui a effectué toute la course avec le même train de pneus...

"Nous n'avons pas de commentaires à faire sur le Grand Prix d'Autriche du week-end passé, si ce n'est l'étonnante performance de Juan Pablo Montoya (BMW WilliamsF1 Team - Michelin), qui a effectué toute la course avec le même train de pneus et qui a terminé troisième juste derrière les "rouges". Précise Pierre Dupasquier (Directeur Michelin Compétition).

De son côté, le pilote Colombien confirmait la bonne tenue des pneumatiques Michelin après la course: "Notre choix de prendre l'option la plus dure a été payant. Les pneus ont été très constants et j'ai pu ainsi conserver le même train pour toute la course. Son coéquipier Ralf Schumacher a terminé quatrième. "Pour moi tout était parfait, la voiture, le moteur, les pneus et le "pit stop."

Monaco - attention aux rails

Du 23 au 25 Mai prochain, le circuit de Monaco, légende du sport automobile, accueillera la prochaine épreuve du Championnat du Monde de la Formule Un FIA 2002.

Ce tracé urbain, atypique, est connu du monde entier pour son ambiance, ses virages très serrés sans visibilité et la proximité des rails de sécurité qui peuvent contrarier certains pilotes non affranchis. Pour les pneumatiques ce Grand Prix en "principauté" n'est pas un Eden en cas de pluie, dans ces conditions les bandes de signalisations ultra glissantes parsemées tout au long de la piste et les plaques d'égouts rendraient l'adhérence de la piste très précaire. Avec une moyenne en course de moins de 150 km/h au lieu de 196 km/h en Autriche, les pilotes doivent toujours être au bon régime moteur, disposer d'une excellente motricité et être en pole.

"L'an dernier, pour notre premier Grand Prix sur ce tracé, les pneumatiques Michelin étaient bien centrés et grâce à Eddie Irvine nous sommes montés sur la troisième marche du podium." précise Pierre Dupasquier. "Monaco est le circuit le plus lent de l'année mais également le plus "soft". Paradoxalement, il use néanmoins beaucoup les pneumatiques arrières puisque les monoplaces sont sans cesse en relance en sortie de virages lents et il nous faut fournir une offre particulièrement adaptée. En plus il faut parfaitement maîtriser l'antipatinage, gage de motricité et responsable de l'usure. Lors des dernières séances d'essais privés à Valence (Espagne) et au Paul Ricard (France), qui possèdent quelques points communs avec les rues Monégasques, nous avons testé un tout nouveau pneu qui a donné d'excellents résultats. Nous arriverons donc en principauté avec "ce dernier-né" en plus d'un pneu connu."

-michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series Formula 1
Drivers Eddie Irvine , Ralf Schumacher
Teams Williams