Championnat du Monde Michelin presentation

Championnat du Monde de la Formule Un de la FIA 2001 Grand Prix de Monaco - Dimanche 27 Mai 2001 Juan Pablo Montoya et Ralf Schumacher, les deux pilotes du BMW WilliamsF1 Team-Michelin, en tête d'un Grand Prix : c'est le grand spectacle que ...

Championnat du Monde de la Formule Un de la FIA 2001
Grand Prix de Monaco - Dimanche 27 Mai 2001

Juan Pablo Montoya et Ralf Schumacher, les deux pilotes du BMW WilliamsF1 Team-Michelin, en tête d'un Grand Prix : c'est le grand spectacle que les autrichiens ont pu savourer durant plusieurs tours menés tambour battant, à la manière d'une course de Moto ! Mais ce n'était pas suffisant pour remporter une nouvelle victoire.

"Nous sommes déçus de ne pas voir nos deux monoplaces les plus performantes atteindre l'arrivée" commente Pierre Dupasquier. "Mais Spielberg nous a permis de franchir un nouveau pas. Les deux solutions que nous avons proposées se sont bien comportées. La "dure" peut-être un peu trop dure et la "soft" peut- être un peu trop "soft", mais la mécanique ne nous a pas permis de tirer parti de la seconde moitié de course où, en toute logique, nous devions être très rapide".

Monaco ... les rails sont si près !

Monaco, c'est la légende de la Formule Un. Ce Grand Prix atypique dégage une ambiance glamour et chacun de ses virages est connu dans le monde entier. "Mais, pour les pneumatiques, cet Eden ressemble à un enfer" n'a pas peur d'affirmer Pierre Dupasquier. "La piste est parsemée de bandes de signalisation au sol ultra glissantes, les vibreurs et les plaques d'égouts offrent un profil agressif et les pilotes flirtent constamment avec les rails". Avec une moyenne en course de moins de 150 km/h - 144 km/h pour David Coulthard en 2000 - ce tracé extrêmement lent, au virages serrés, demande une motricité sans faille afin de réaccélérer au plus vite sans trop abîmer les pneus.

"Nous espérons qu'une fois encore, Michael Schumacher, qui a publiquement douté de la performance des pneumatiques Michelin, les aura en ligne de mire en Principauté !" confie Pierre Dupasquier "Non, sérieusement ce sera une nouvelle expérience comme chaque nouveau circuit que nous abordons cette année. "

Extrêmement exigeant avec les mécaniques, le Grand Prix de Monaco l'est également avec les hommes. Les pilotes adorent ou détestent ce tracé mais ils admettent que ne pas commettre la moindre erreur durant les 78 tours (262,626 km) prévus relève de l'exploit. Et si le Grand Prix se déroule sous la pluie, son vainqueur rentre instantanément dans la légende.

-Michelin-

Be part of something big

Write a comment
Show comments
About this article
Series Formula 1
Drivers Juan Pablo Montoya
Teams Williams