Etape 9 : Al Mafraq - Wadi Rum (Jordanie)

Le désert jordanien...

La magie des paysages et la diversité des pistes.
Dur, Dur pour les pneus !
La canicule en plus...

SS12 As Salihiyya - Wadi Rum : 418 km

Les concurrents du Master Rallye 2001 ont découvert aujourd'hui, pour la première fois, les pistes de la Jordanie et ont affronté son désert sous une canicule qui avoisinait les 50°.

" La spéciale la plus longue du Master Rallye 2001, pour le plus petit pays traversé ", c'est ainsi que l'a présentée hier soir René Metge lors de son briefing tenu dans le stadium d'Al Mafraq. Il avait également annoncé qu'elle serait la plus complète en terme de terrain, et que sa difficulté résidait dans la gestion du rythme de pilotage qu'impose une telle spéciale par sa variété. Elle a tenu ses promesses ! Magne, le copilote de Schlesser la décrivait ainsi à son arrivée au bivouac : " C'était une très belle spéciale africaine. Au début, nous nous sommes retrouvés dans un décor mauritanien, caractéristique avec ses champs de cailloux, sur une piste très cassante. Nous avons ensuite traversé des paysages marocains, au travers de montagnes typiques du Grand Sud. Nous sommes ensuite passés sur les plateaux que l'on retrouve en Algérie avec ses pistes de gravelle, auxquelles succédaient des pistes montagneuses et cassantes. La traversée du grand lac asséché nous a renvoyé au Maroc. "

Vue sa longueur et la température annoncée dans le désert jordanien, il avait été vivement recommandé aux concurrents de se munir d'un maximum d'eau. Même, les motards étaient tenus de partir avec au moins cinq litres d'eau. Un contrôle de cette consigne était effectué au départ du bivouac d'Al Mafraq afin de leur assurer un maximum de sécurité.

Après avoir parcouru 44 km de liaison, le départ de la spéciale était donné près du village d' As Salihiyya pour atteindre, 418 km plus loin, Wadi Rum (La vallée du Rum)." Le plus beau bivouac du Master Rallye. " avait annoncé René Metge. Il n'a pas menti!

18 motos et 28 autos prenaient le départ de la SS12, en traversant un champ de pierres rondes. Très rapidement, tous les concurrents étaient confrontés à de multiples épreuves et obstacles. La navigation était difficile et chez les autos, pilotes et copilotes ont effectué un réel travail d'équipe pour ajuster trajectoires, road-book et GPS. Les pistes sont tellement nombreuses qu'il faut choisir la bonne du premier coup et sinon se remettre rapidement sur trajectoire ! Ils ont été quelques uns à jardiner un peu, aujourd'hui...

L'autre élément capital, tenait à la gestion des pneumatiques. Les pistes caillouteuses les ont mis à dure contribution. Les crevaisons furent nombreuses aujourd'hui... Et leurs conséquences terribles pour certains. Chez les autos, Kleinschmidt et Wambergue ont crevé trois fois. Le vainqueur de l'étape de la veille, terminait à plus de deux heures et demi du premier, ayant dû attendre deux heures le passage du raider " La part du rêve " pour récupérer le troisième pneu. Il perdait, dans cette avant dernière spéciale, toute chance de se battre au finish pour la troisième place au général. C'est De Mevius, régulièrement bien classé depuis le début de l'épreuve qui s'offrait le second scratch de cette édition 2001 devant Schlesser et Kleinschmidt. Sauf coup de théâtre demain, la pilote allemande voyait ses chances d'accéder à la plus haute marche du podium, s'éloigner... La cinquième place de Delavergne confirme la bonne santé du team Dessoude : " Le rythme est très élevé depuis le débutdu rallye. La voiture a beaucoup progressé et nous nous rapprochons petit à petit des meilleurs, avec des moyens inférieurs ! La voiture s'est avérée beaucoup plus fiable. La victoire nous fait du bien, ainsi qu'à Nissan. " En terminant quatrième Vigouroux réalise sa meilleure prestation. Une belle revanche pour l'équipage, après un début de parcours bien éprouvant.

En T1, Strugo, était lui aussi victime d'une crevaison dans la première partie de la spéciale. Par ailleurs, le pilote de la Mercedes perdait du temps en arrivant directement au bivouac. Il a du faire demi-tour pour pointer au CH d'arrivée ! C'est Lansac qui réalise le meilleur résultat de la catégorie.

Les motards ont aussi rencontré leurs lots de soucis dans la gestion des pneumatiques tout au long de cette spéciale. L'assistance de Tiainen poussait un soupir de soulagement en découvrant l'état de son pneu arrière " Just on Time " ! Le pneu arrière complètement usé, à la limite de d'être déchiré, était près à rendre l'âme d'un instant à l'autre. Le pilote KTM terminait premier et confortait sa position de leader au classement général. Troisième de l'étape du jour, Sala cachait mal sa déception à l'arrivée de la spéciale. Pourtant bien parti, il était victime d'une panne de son GPS à huit kilomètres seulement de l'arrivée, dans un secteur où la navigation était primordiale. Brucy, réalisait le deuxième temps malgré une erreur de navigation. Borsi, quatrième au scratch, conserve sa troisième place au classement général. Super résultat quand on sait qu'il effectue son premier Rallye Tout Terrain ! Quand on lui demande quel est son secret pour réaliser une telle performance ? Le pilote Honda répond, accompagnant ses mots des gestes pour illustrer " Je ne sais pas moi, peut-être par ce qu'il me plaît de mettre les gaz " Py, cinquième temps de la spéciale, a rencontré quelques difficultés de navigation mais s'est fait plaisir : " une bonne partie de la spéciale était très roulante, comme je les aime et l'arrivé dans le sable me convient parfaitement ".

Le pilote Belge Lebon, était particulièrement fatigué et heureux d'avoir réalisé une telle spéciale " Je n'ai jamais roulé dans plus difficile, tout était difficile, la navigation, la piste, surtout le long de la voix de chemin de fer qui alternait rapidement vitesse, évitement de cailloux et sable ". Se désaltérant à l'arrivée, il poursuit " c'est le premier Rallye que je fais où, nous sont distribuées des bouteilles d'eau à tous les CP, vraiment bien car sous cette température l'eau des " Kamel bag " que nous transportons est bouillante".

Higy, a été bien précautionneux après avoir vécu un début de déshydratation deux jours auparavant en Syrie: " Je suis parti avec deux Kamel Bags, j'ai bu et je me suis aspergé d'eau à tous les CP. Asséché moi ? Je ne connais plus ! "

Le pilote du team Touratech, Griep, a cassé son bras oscillant au km 195, près du grand lac asséché. René Metge s'est immédiatement posé à ses côtés pour lui porter assistance. Ne voulant pas abandonner sa moto, René Metge lui a fourni des réserves d'eau et quelques conseils avant de le laisser en compagnie de quelques militaires jordaniens et après s'être assuré que son assistance allait intervenir rapidement. A l'arrivée, le pilote BMW, le remercie : " très sympa René, vraiment très sympa, il m'a gardé comme un enfant ".

Au programme demain ...

L'arrivée du Master Rallye 2001 est prévue aux portes de l'une des merveilles du monde, la Cité de Pétra. Auparavant, les rescapés de cette édition 2001, devront en découdre une dernière fois à la croisée des routes de l'Orient. La SS13, tournera définitivement la dernière page de cette nouvelle aventure aux pays des mille et une nuit.

-ME